Bio Christian Fournier © 2018

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 Table des matières
Page 19 : 1980 : Je travaille aussi, en indépendant, pour des compagnies de croisières dans le monde entier :
Dawson Forwarding (UK), Sea Image (Florida and Grand Cayman), Cruiseship Picture Co Ltd (UK), Paquet, Club Med, Dereck Washington Inc.
Je tiens à remercier John Davies, Richard Dawson et Roy Woodford, les dirigeants de Cruiseship Picture Co Ltd (UK) et Trisha Cottom la DRH pour leur confiance et leur aide.

Après ma licence de Mathématiques en France, mes deux ans d'école photo en Angleterre et mon service militaire d'un an en base disciplinaire dans les Vosges, je suis plus âgé que la plupart des autres photographes.

Je m'amuse beaucoup. Je travaille aussi beaucoup.
J'apprends à gérer un business et une équipe.
Comme on dit là-bas : Work hard, play hard. On me dit que j'ai de la chance.
Effectivement, plus je travaille dur, plus j'ai de chance.

Voir aussi la page 31 sur les croisières
J'invente les "Portraits formels" voir page 35.



Ces pages croisières (P19, P31 et P35) montrent ma vitalité, dans de nombreux domaines, mon sens de l'humour et mon efficacité, et démontrent qu'il est bien possible de travailler de s'amuser en même temps.

Lors de mon interview d'embauche pour être photographe free-lance sur bateaux de croisière, le PDG, John Davies, poli, respectable et intelligent, m'a déclaré : "Je vous fournis des passagers, une chambre noire, un endroit pour exposer et vendre vos photos. Faites tout ce que vous voulez, tant que cela ne gêne pas les compagnies maritimes avec lesquels vous coopérez".
Tant que les photos se vendent, tout est OK. J'étais émerveillé par cette définition du business, juste ce qui convenait à mon esprit d'entrepreneur. Je n'avais jamais entendu un tel discours en France.

Parmi les gens extraordinaires que j'ai rencontrés, par ordre alphbétique :
Alain Auclair Weiller *** Alan Sherlock *** Alana Maudsley *** Alen Jolley *** Alicia Goldoni-pucci *** Aline Bariola Pianegonda *** Amanda Dixon-Nuttall *** Andrea Dobson *** Andrea Dorfmeister *** Andrea Harvey *** Andrew Bruce *** Andrew Mc Dermott *** Andy Novis *** Angel Swanson Vanrooyen *** Ann Blocker *** Anne Lize Weissière *** Anthony Reed *** Barrie Moss *** Bernard Reid *** captain Kjell Smitterberg *** Carlos Lopez *** Carol Manalaotao *** Carole Holt *** Carole Walsh *** César *** Charlie Dawson *** Cheryl Pardal *** Chris Chavez *** Chris Kakol *** Chris Modell *** Chris Thompson *** Christine Blanc *** Cindee Hendrickson Forby *** Cindy Peardon *** Craig Almond *** Craig Hellmann *** Darren Downs *** Dave King *** David Flynn *** David Nicholson *** Dede Tabor *** Denise Jeft *** Derek Washington *** Doug Plews *** Dr Nicole Bordes *** Duncan Shakley *** Ellen Ridgely *** Emilia Garcia Ward *** Eric Fauque de Jonquieres *** Eric Rottier *** Ezra Todd Shelton *** Franck Tigwell *** Georges Gaillard *** Gerald Collins *** Gina Rowcliffe *** Graham Mitchinson *** Gwendoline Henry *** Helen Boykin *** Henri Salvador *** Ian Green *** Ian Johnson *** Ian Michael Green *** Isaac Stern *** Isabelle Aubray *** Jackie Lanke *** Jacques Martin *** James Galway *** Jamie Harrison *** Jean-Pierre Delamotte *** Jeremy Kingston *** Jimmy Carter *** John Davies *** John Puczkowski *** John Seymour *** Jokè Soto-Kleuskens *** Josée Jalbert *** Joyce Sweinberg *** Judy Mesaros *** Karen Kurtz *** Kathy Mariani *** Keith Jarrett *** Kevin Mills *** Kim Calderoni *** Laura Lang *** Lewis Cook *** Linda Brown *** Lisa Haug *** Liza Rasmussen *** Lynn Wiechter *** Marc Bromhead *** Margaret Cleveland *** Marianne Chevara Herold *** Marie-claude Chauveau-gaillard *** Mark Anthony Chang *** Martin Gudz *** Maurice André *** Michael Crowe *** Michèle West *** Michelle Farrelly *** Mike Beezley *** Mike Gould *** Mike Moloney *** Monique Quevillon *** Nancy Fernandez *** Nancy Pollack *** Nathalie Monvoisin *** Neil Harrison *** Nick Spray *** Nigel Atherton *** Nigel Blake *** Pamela K Milenst *** Pat Denton *** Pat Gatti *** Paul Carr *** Paul Hargrave *** Paul Smith *** Peter Simpson *** Petra Lindblad *** Richard Dawson *** Richard Kirkby *** Rob Waterfield *** Robin Fellows *** Roy Bookelaar *** Roy Woodford *** Sandrine Filleul *** Scott Anderson *** Shannon Templeton *** Sharon Stanley *** Sharron Atherton *** Simon Emm *** Steve Harris *** Stuart Ward *** Susy Schott (playmate) *** Sylvie Mercier ex Lecointe *** Terri Hammer *** Terri Russell *** Tom Long *** Trisha Cottam *** Vinny Verelli *** Vladimir Ashenazy *** Wanda Alison ....

Comme dans la super série TV américaine "Friends", la grande famille des membres d'équipage est mon "peer group", groupe de pair en français. Pour moi, mieux que ma famille pourrie. Je trouve toujours quelqu'un pour jouer. Suis-je Joey, Ross ou Chandler ?


Cozumel, mexique. Girls, cameras, heaven! Des filles des appareils photo, le paradis !

No obligation to buy the photos. Pas d'obligation d'achat !
Barrie Moss, Chris Fournier, Douglas Plews.



Le Leica M4P avec la compagnie anglaise Cruiship Pictures Co. UK

Les filles de la gift shop : Sylvie, Andrea, Catherine, Marie Claude, etc ....


Leica M4P. Fantastique pour le travail sur bateaux de croisières. Nous avions des fois 10 Leica à bord. Pas de miroir, viseur à collimateur (rangefinder camera). On pouvait donc voir le flash atterrir sur les visages et savoir si les yeux étaient ouverts. On avait une vue dans le viseur plus large que la photo, ce qui permettait d'anticiper les éléments étrangers qui allaient entre dans notre champ au dernier moment, par exemple, les serveurs dans notre photo de tables de salle à manger.

Maintenant vous comprenez l'engouement pour ce fameux Leica.


Voici exactement ce qu'on voit dans le viseur du Leica MP4. Les lignes externes blanches sont le cadre de la vue finale avec l'objectif Summicron de 35mm, les lignes internes sont le cadre de la vue finale si on utilisait un objectif de 50 mm. Si un requin s'approche du cadre on le voit avant qu'il n'y rentre. On voit aussi un bout de l'objectif qui nous rappelle lequel on utilise. On voit aussi que cela n'est pas moi qui ait pris la photo, car je suis dessus, les visages sont coupés et l'horizon n'est pas droit. Les copyrights bien-sûr ont été ajoutés pour des raisons qui n'existaient pas à l'époque, vol de photos et nudité (1980). Merci à Jenny et Mary

On pouvait aussi faire la mise au point dans l'obscurité quasi totale.
Aussi increvables, comme nous les photographes.
Seul point noir : la syncro-flash à 1/60eme seconde, trop lente pour les photos en extérieur de sujets en mouvement, donc Nikon F3.

S/S Norway, ex S/S France, vers 1985

2015
Puis arrive le Nikon F3.
Le Nikon F3 : ce boîtier introduit l'automatisme d'exposition à priorité diaphragme chez les professionnels. La mise au point est manuelle.


Ici Helen Boykin sur une plage déserte d'une île déserte, Little San Salvador au Bahamas avec le Nikon F3. Le paradis existe.




Je fais le clown pour faire rire les passagers, le secret de vente de ce genre de photos.

Ca ne marchait pas toujours, au début.

Puis, cela allait mieux. Joyce Sweinberg

Mais des fois, devenait mortel ! Andrea Dorfmeister.

Andrea Dorfmeister 2018 : Vienna is always great... love it because i was 16 years away. Now I live in Vienna, Cannes, and West Palm Beach in Florida. I was a flight attendant for 30 Years (working for Lufthansa) and since 2 Years retired. If you look at my photos you will see my whole life. Now I will look at your photos...

Andrea Dorfmeister
I made the scuba licence and everybody else in the crew did too as far as I remember. Paula Horan the masseuse went diving with us... remember her?


Janet a écrit le 18 décembre 1981 : "Cher Christian, j'ai apprécié nos moments partagés. Tu es une personne magnifique. Merci de ton attention et de ton amour de la vie. Tu m'inspires. J'espère que nous nous reverrons. Mon adresse : Janet .....


The M/S Stardancer darkroom. A masterpiece of efficiency run by Christian Fournier

Le labo photo du M/S Stardancer. Un chef-d’œuvre d'efficacité par Christian Fournier
Développement couleur négatif C14 avec tireuse et développeuse Durst sur rouleaux et quelques appareils photo. Shoots, développements et impression de plusieurs milliers de photos par semaine. Cette photo est sombre, c'est normal, c'est dans une chambre noire.

1 - Chief photographer Christian Fournier holding Minolta Flashmeter
2 - Paper processor Durst ACS 1641. The exposed paper is on rolls and loaded in the dark at the far end and carried through the different baths via the 2 belts. It comes out all dry at the end (the one we see)
3 - Durst enlarger /printer. The unexposed rolls of paper are loaded in the dark at the back of the machine and every 35 mm negative is individually exposed. The transport of the paper for the next exposure is motor driven. Plus scissors, stapler, pen and note pad.
4 - The paper trimmer. The long length of exposed prints is then cut to size to produce the 5x7" or 8x10" prints
5 - Air conditioning unit
6 - Internal ship telephone
7 - Coffee machine for the French photographer (me)
8 - Kettle for tea for the British photographers (all the others)
9 - Spools to take up the processed rolls of paper
10 - Water filters to protect the films and paper
11 - Paper cores to go the spools and roll up the exposed paper
12 - Quantum batteries for our Sunpack Flashguns. Indispensable for indoor and also outdoor to attenuate the strong shadows of the (usually tropical sun)
Unmarked : Leica cameras, Hasselblad cameras, Fuji 6x9 camera, Nikon F3 cameras, Sunpack Flashguns, various backs, lenses, motor drives ...


Here we have a better view of the paper rolls. The is the S/S Rhapsody darkroom.
La photo est foncée car c'est dans la chambre noire.

Développer des photos couleur en mer n'était pas facile. Contaminations, courbes croisées, etc... sont de mauvais souvenirs


Les photos de salles à manger étaient les plus difficiles à faire. Souvent moins d'une minute par table. Il fallait interrompre les passagers, les faire changer de place (déplacer deux personnes pour les tables rondes, les faire se pencher en avant ou en arrière pour les tables en longueur, éviter les serveurs, les centres de tables qui cachaient des têtes, etc...), attendre qu'ils aient fini de mâcher, les faire sourire tous en même temps, mémoriser les tables incomplètes pour y revenir plus tard, se précipiter pour ne pas manquer les Happy Birthday (les serveurs entourent la table et chantent, le passager en question veut évidemment sa photo), s'arrêter pendant le Baked Alaska où la salle s'obscurcit et les serveurs défilent avec leurs plats enflammés, s'interrompre pour faire la table du commandant au bon moment, s'interrompre pendant les discours, jumeler deux tables car c'est le même groupe. Encaisser gentiment les commentaires : "Eric's got his own camera!", "Oh no! not while we are eating!", "Can we give him some money so he goes away!" ,"No, she's not my wife!" ,"Do not make me look fat!" ," hurry up we do not want to be late for the midnight buffet!" ,"We were on a cruise 5 years ago and already have all the pictures!"


Patricia Dunnsworth.


Laurie-Anne Von Wald

Avec Diane Janire.



Just some of my boarding passes.
Je satisfais ma passion des voyages : (ici sans ordre particulier).

Mendenhall Glacier, Ile Des Pins, Nouméa, Nouvelle-Calèdonie, New Caledonia, Jund, Mazatlan, Torrance, California, La Rochelle, Albuquerque, Vanuatu, Australia, New Caledonia, Nouvelle Caledonie, Dunn's River Falneau, Skagway, St Thomas, Miami, Los Angeles, Ketchikan, Glacier Bay, Tracy Arms, Whittier, Mazatlan, Puerto Vallarta, Stone Islals, Sipadan Island, Malaysia, China, South East Asia, Hong Kong, Nanjing, Shanghao, Padang, Manille, Djakarta, Pukhet, Bali, Singapour, Padang Bay en Indonèsie, Tanjung Priok, Le Port De Djakarta, Kuala Lumpur, Ile De Nias, Borobudur, Scandinavia, USSR, Vancouver, Canada, Hawaii, Los Alamos, New Mexico, Death Valley, Manaus, Bresil, Orinoco River, Amazon River, Honduras, Sea of Cortez, Colorado, Fort Lauderdale, Newport News, Virginia, Monte Carlo, Toronto, Quebec, Missouri, Philadelphia, Eleuthera, Tampa, Key West, Cozumel, Playa Del Carmen, Knoxville, Tennesse, Death Valley, Las Vegas, Gainville, Florida, Cozumel, Grand Cayman, Jamaica, San Juan, Puerto Rico, Haiti, Cap Haitien, Nassau, Alaska, Glacier Bay, San Francisco, Saint Petersburg, Copenhague, Hambourg, etc..



Un orage en pleine mer. Comme disait le commandant Kjell Smitterberg : "A sight for the gods"

L'itinéraire de l'Ocean Pearl.
Ocean Pearl itinerary 1992 : Port Kelang, Malaysia -- Jakarta, Indonesia -- Bali, Indonesia -- Semarang, Indonesia -- Pulau Sepa, Indonesia, -- Singapore -- Phuket, Thailand -- Nias, Indonesia -- Padang, Indonesia -- Bankok, Thailand --

May 6-Sept. 29 1992 --18 days (China Cruise/Tour) from Hong Kong to Beijing, to cruise the Yangtse, calling at Nanjing, Shanghai, cruise Yellow Sea, Qingdao, Dalian and Tianjin; with 3 days in Hong Kong and 3 in Beijing. $3,550-$7,500 plus $695 air fare from West Coast.
May 16-Oct. 9 1992 --18 days (China Cruise/Tour) from Beijing to Hong Kong, calling at Tianjin, Dalian, Qingdao, cruise the Yangtse, Shanghai, Nanjing, cruise the South China Sea. $3,550-$7,500 plus $695 air fare from West Coast. Includes 3 nights in Beijing and 3 in Hong Kong.




Non, je n'ai pas mis le feu à la brousse, il y était déjà lorsque nous sommes arrivés.


On y voit le commandant Delery, le chef purser Manny Cadavid, Catherine Fouin, Mark Antony Chang, Sylvie Lecointe, Andrea Dorfmeister, Judie Mesaros, etc ...

Une gloire (connu aussi comme le Spectre de Broken) est un phénomène optique entourant un objet matériel, ayant la forme d'une ellipse aux couleurs de l'arc-en-ciel. Il s'agit d'un ou plusieurs séries d'anneaux colorés vus par un observateur autour de son ombre portée sur un nuage constitué principalement par de nombreuses petites gouttelettes d'eau, sur du brouillard



Judy Vaught a écrit sur un reçu de vente de nos photos : "Les vacances sont terminées, mais les souvenirs commencent. Merci de les avoir rendus impossibles à oublier et si excitants à se rappeler."


John Cable, Chris Fournier, Nick Llellelyn


Mon coeur est avec les passagers.

John Puczkowski: "Hi Chritian. Thanks for the connect. You were a legend on Cruiseships! We all looked up to you as photographers!"


Je crée un gros recueil de toutes mes notes, "Smile Folks" = Souriez Messieurs Dames" avec exemples photos, de mes activités professionnelles sur les bateaux de croisières. Des extraits figurent sur cette page et aussi les pages 31 et 35


J'apprends à monter à cheval. Alan Jones (R.I.P.) à droite.





Linda wrote: "Christian, you are a warm, caring and sensitive soulful human .. I love you just the way you are ... Nothing more be said ... Except: when you're in the States LOOK me up and stay a while....

Linda a écrit : Christian, tu es un être attentionné et sensible.... Je t'aime juste comme tu es.. Rien de plus à ajouter ... Sauf que quand tu seras aux States viens me voir et reste un peu ....


Christian Fournier, Alan Green et Barrie Moss. La chambre noire du S/S Rhapsody. Nous lançons des films en l'air (mais on ne les voit pas bien). Maintenant un symbole du passé.
Barrie Moss 2009
Hi, We live in Tampa, I am a finance manager in a Ford dealership, still with Judi working on 22 years we have a 9 years old son & a 4 year old girl, play a little in photography no where near as much as you i have check out you website from time to time. Was last in England in 2000 tough to take more than a week off at any one time, if you are ever back this way it would be great to see or talk to you again
Stay in touch, Barrie.






Mes critiques n'ont pas pour but d'embêter les gens. Je pense juste que quelqu'un doit monter les problèmes, pour que nous puissions tous essayer de les résoudre. Amicalement. Christian Fournier.


Créé en découpant une photo de moi, imprimée à la bonne taille et collée sur mon visage. C'était avant Photoshop.


Mathilde





Dear M. Dawson.
I've just returned from the 12/12/1987 cruise aboard the MS Stardancer to Mexico. I spoke briefly to you on the Lido Deck concerning your photographers on board the Stardancer. You have two exceptionally mannered and professional persons on board. My wife and I enjoyed having our pictures taken in a relaxed atmosphere. Both photographers, Andrew Bruce and Raphael Fournier (Chris) were the photographers. They are to be congratulated for their efforts. Thy helped make our cruise a pleasant one. You should be proud of them and the other passengers agree that they are Excellent employees. Please put this in their service record. Sincelerely ....



Near Monte Carlo.

The foetus and the egg in Monte Carlo, photo Peter Warner. I like them sunny side up. Now you know I have a big head.


Je travaille l'été 1982, toujours pour Cruiship Pictures Co, à Monte Carlos. Ils ont une concession photo au Casino Loews. Je travaille avec Peter Warner et Steve Harris. Nous photographons les gens lors des soirées (ma première photo fut Catherine Deneuve) avec un très gros appareil, le Rapid Omega, format 120, négatif de 9x6 cm, puis présentons les photos à la sortie, (divers formats, y compris des vignettes individuelles sur chaque personne, c'est à quoi sert le masque en carton que je tiens à la main) avec de très beaux présentoirs en velours.


Steve Harris 2008 Email : steveleeharris@yahoo.com
Message : Hi Christian, this is Steve Harris the ships photographer who was based in Monaco at the hotels. I saw you last with Pat Denton for his wedding shoot. I will be in Paris sometime this week are you going to be there. If so may try and call by to say hello if time works out. All the best
regards, Steve Harris.





Je travaille aussi de temps en temps, toujours pour Cruiship Pictures Co, à Universal Studios, près de chez moi, à Los Angeles.




Re : Attention: Hotel Manager. Photographer for Innothera. Dawson Forwarding have arranged an excellent French photographer who will arrive Nice 4/3/1991. Due to stay onboard thru till 16/5.
He will replace Robert and take same cabine. Regards S.T.





SS Veracruz, Tampa Florida, May22,1982, to whom it may concern: Mr Christian FOURNIER of French Nationality, was employed aboard the SS Vercruz as the Chief Photographer from March 24, 1980 to May 22,1982. Mr Fournier had always proven to be very popular with the passengers he dealt with and the crew and Staff. Mr Fournier is capable of running a very efficient operation and was courteous at all times. I would highly recommend Mr Fournier for employment and I am sure you will find him an asset to your establishment.
Sincerely, George Reilly, chief purser, SS Veracruz


1982, Missouri, USA . J'ai créé cette photo grâce au vent qui secouait doucement les fleurs. J'ai utilisé différentes combinaisons de vitesses d'obturation pour obtenir le léger flou de premier plan, et de diaphragmes pour le flou d'arrière-plan. Pas de Photoshop.


Even better than a Turner painting, as in page 6. All right, nearly as good as.




You have to remember that these cards where mainly intended to tease our British friends back home in the Christmas rain and snow.


Même les photos heureuses ont un envers.



Helen


Mark Antony Chang, avec le gilet jaune.


Simon Emm: Back in 1982 I loved your photography. I still do and hope to visit you one day. "Creamaginity" is a word I have made for you. I don't think I have ever met a photographer (no disrespect guys) as Creative and Imaginative as you Christian Fournier. And with the French charm, always going to succeed.



Aussi un Fuji grand angle 6"x9" sur film 120

Un mégaphone pour les groupes.
Juillet 1989 à bord du M/V Stardancer
PHOTO DE GROUPE DE 1100 PASSAGERS, JUILLET 29 1989
DE: R. C. Fournier à: Cruiseship Picture Co. Ltd.
Cette semaine le bateau était affrété pour une croisière chrétienne. Donc j’ai essayé de faire une photo de groupe géante. Avec mon appareil 6x9 cm à objectif grand angle, j’ai grimpé sur la cheminée et j’ai fait des essais de prise de vue, me servant du visage de l’assistant, Nick Lleweillin, pour savoir si on pouvait mettre 1100 passagers autour de la piscine et si tous les visages seraient reconnaissables.
J’ai conclu que ça marchait bien, spécialement si le négatif 6x9 cm était imprimé en deux moitiés: deux tirages 10x8", ce qu’on pouvait faire avec notre Durst 801, créant ainsi une image 10x16".
J’ai tout organisé avec M.Templeton, le responsable du charter et j’ai eu l'autorisation du capitaine, du directeur de la croisière et du responsable de sécurité. J’ai réussi à faire figurer une annonce de l’événement dans le programme quotidien pour le prochain jour en mer. Ce jour-là j’ai fait des annonces PA, on a ouvert le toit, et le capitaine a fait tourner le bateau pour que le soleil soit dans mon dos. J’ai réussi à mettre tout le monde à la bonne place, dirigeant les passagers de la cheminée avec mon mégaphone. J’y ai consacré 3 rouleaux de film 120 : un Rouleau panatomic X pour la netteté maximale, un rouleau sur notre Agfa C41 et un autre sur du Kodachrome 25.
Quand j’avais presque terminé le shoot, le gars chargé de la vidéo du charter (Auvid Prod. Int.) a décidé de me rejoindre là-haut. L’assistant Jamie Harrisson et moi l’avons aidé à monter avec son équipement, ce qui n’était pas facile vu qu’il n’avait pas mon expérience en escalade. On ignorait ses possibilités commerciales. Il a pris ma scène en vidéo, les passagers ont commencé à chanter, une chorale de 1100 voix, et c’était un événement impressionnant.
Le lendemain à Ketchican, j’ai acheté le bon papier et de la colle et nous avons travaillé toute la nuit pour produire cette photo de groupe parfaite de 1100 passagers en 10x16". Chaque visage était net et reconnaissable. Nous avons imprimé 500 copies. Tout le monde était impressionné.
Tous les gros bonnets m’ont félicité. Malheureusement, il y avait une concurrence déloyale avec la production vidéo qui a offert une bande superbe de 60 minutes contenant tous les événements de la croisière, y compris ma photo de groupe. Il a vendu 700 bandes, j’ai vendu 300 photos. Cette anecdote témoigne l’impact de la vidéo : un marché nouveau et meilleur.

CHRISTIAN FOURNIER, Photographe en chef, M/V Stardancer



Un extrait de ma vidéo : "Confessions of a Cruiseship photographer" en 1989.
Video Mark Rumbarger, Nick Lellewellin, John Cable et Christian Fournier. Technique : personne. Ceci n'est pas une production Hollywoodienne, mais un truc fait à la maison.... pour ma maman.




Croisière Alaska, Tracy Arms.


Message : Hello! I was thinking about you and wanted to write and see how you are doing. You and I were friends a very long time ago when you worked on the M/V Stardancer. My father would book the entire ship for Christian cruises for Templeton Tours. You took me ice climbing once and photographed me in a bikini on a glacier. I would love to hear from you! I hope you are doing well.

Shannon Templeton: "WOW! I am somewhere in that crowd standing with my mom. I remember thinking what an ambitious project that was and it turned out better than I could have ever imagined. My dad kept a huge copy of that print on his wall for decades."


Shannon Templeton in Skagway glacier.


Shannon Templeton; « Merci pour m’avoir emmenée à ma première expérience d’un glacier. Ce sont des souvenirs que j’oublierai jamais »
Shannon Templeton en 2017 : “Je faisais partie d’un groupe de 8 personnes dans le monde qui étudiait les étoiles binaires à éclipses non-relatives. Il y avait des binaires qui ne suivaient pas les lois de la physique relativiste, leur ligne d’apside précédait à un taux d’un septième de ce qu’Einstein avait prédit. La particularité, c’était que chaque système avait le même montant d’erreur, ce qui était encore plus intrigant. On a vérifié que les nuages de gaz et de poussière ne les ralentissaient pas, nous avons tous vérifié. On n’a jamais pu trouver une explication de ces observations. De nos jours, personne peut l’expliquer. Les étoiles binaires sont le laboratoire idéal pour vérifier la physique relativiste parce qu’elles sont des masses énormes qui se déplacent à très grande vitesse. Et pourtant, ces systèmes ne se comportaient pas de la façon attendue.
J’ai quitté l’astronomie parce que je l’aurais dû enseigner, je l’ai essayé pendant un certain temps et je ne l’ai pas aimé. Au fait je l’ai détesté. L’enseignement n’est pas mon truc. Cependant, l’astronomie me manque tous les jours.

I had no idea you have a PhD in maths! But I am not surprised, I always knew you were a very smart person. That is one of the reasons I enjoyed spending time with you; plus, you were always so very nice to everyone.



Le sourire est aussi le mien. The smile is also mine.!

Un autre extrait de ma vidéo : "Confessions of a Cruiseship photographer" en 1989.
Video Mark Rumbarger, Nick Lellewellin, John Cable et Christian Fournier. Technique : personne. Ceci n'est pas une production Hollywoodienne, mais un truc fait à la maison.... pour ma maman.



Ezra Todd Shelton: 'EXCITING PIECE OF CINEMAGRAPHIC ARTISTRY!!!..(HOW DOES HE DO IT????)."


Whittier, Alaska. Une rando de 20km.




Le flash Norman et son énorme puissance.

The Norman P400B is one of the most popular 400 w/s flash power supplies on today's photography market.
Its all-aluminum housing is rugged and compact. It can be worn either over-the-shoulder with the included shoulder strap,
or around the waist. Delivering a guide number of 163 @ full power, the 400B can also be dialed down to 50 w/s.


NORMAN FLASHGUNS

TO: CRUISESHIP PICTURE CO. LTD. FROM: CHRISTIAN FOURNIER, Chief photographer. DATE: June 30th, 1989

I am experimenting with using my own Norman flashgun, mounted on a stand using an umbrella, for embarkation and gangway shots.

Advantages :
-More power per flash. -More flashes per battery.
-A much softer light due to the umbrella.
-A very consistent exposure since the distance flash to subject is fix, only the distance camera to subject varies.
-Looks very imposing and professional, so pax pay more attention, pay $6 more easily for they know that they cannot do it with their disc cameras.

Disadvantages :
-Expensive.
-More stuff to carry, store, set up, recharge and maintain.
-Only works where there is enough room so passengers won't stampede the whole thing.

CHRISTIAN FOURNIER



Andrew Rogers: « You were always a fantastic photographer and it was a great pleasure to have known and worked with you » Andrew Rogers"





A note from Captain Kjell Smitterberg : To Christian Fournier, the most pleasant photographer in the cruise business !!!!
Please find enclosed "a bottle" as a best of or a small token of appreciation for a splendid diving. Thanks .... happy vacation. Kjell Smitterberg, youre old man.



Halloween, of course. No we do not dress like this every day!
Me, Julia Pinney, photographer Brown, and friend.



Certains shows étaient très impressionnants, par exemple Rocky Rendall, contortionniste, qui rentre entièrement dans ce cube transparent de 40 cm de côté.

ROCKY RENDALL, LE CONTORSIONNISTE GENEVOIS DEVENU STAR INTERNATIONALE
Pendant 40 ans, ce Genevois a fait le tour du monde avec un incroyable numéro de contorsion.
Né le 4 novembre 1936 à Genève.
De père et mère Genevois, (père décédé en 1942)

1956 pendant environ deux ans : Catcheur professionnel en poids moyen. (Poids très acrobatique à l’époque)
1958/59 Numéro de main à main : « The two Gladiators » le numéro ne fit pas long feu dû à une pneumonie de mon partenaire qui était « l’ ober man »
Et ce fut à ce point nommé que, je décidais de me faire une attraction en SOLO. Contrairement à certains autres artistes, je n’avais personne auquel je pouvais calquer ma carrière, il me fallut, donc tout échafauder, élaborer, calculer et créer par moi-même mon numéro ainsi que mon matériel, dans une discipline, peu connue et pas très commerciale, je parvins néanmoins à mettre au point une attraction extrêmement originale, presque sans concurrence ; mais aussi hélas, excessivement contraignante d’entraînement physique, obligation alimentaire etc. etc.
Dans un type d’attraction complètement différent, essentiellement visuel ma carrière fut donc orientée d’une façon hyper internationale ; aboutissant dans des endroits pas toujours aussi huppés que ceux de mes deux confrères, mais par contre me donnant un palmarès à l’aspect très étoffé, étendu, inhabituel, voire cocasse et étrange, dirions-nous, un voyageur au long court, l’aventurier du spectacle.

N’ayant donc pas le même style et la même discipline, je fût dans l’obligation de me déplacer constamment et de voyager beaucoup plus loin, et aussi plus souvent, en quelque sorte le globe sous le bras ! Une carrière de quelque 42 ans……, ce qui est éloquent et très rare pour un contorsionniste acrobate.

Il me plairait aussi de signaler en passant, que dans mes pérégrinations, j’ai présenté mon numéro devant certaines personnes assez connues quelque part !….. Comme : le Général de Gaules et ses ministres, la Reine du Danemark, le Roi de Hollande, Tchankei Tcheik fils, Ib Seoud d’Arabie. Ytsack Rabin, Moshe Dayan et j’en oublie certainement !

Au cabaret club de Liverpool, dans les années 1959/ 1960 par exemple, j’étais au même programme que les Beatles, ils chantaient alors à deux et ne s’appelaient pas encore les Beatles, des vedettes comme Gilbert Becaud, Will Willy Harris, Max Bygraves, Tom Jones FrankHighfield, Aka Bealk, Antonio Amaya, Aznavour, Mireille Mathieu etc. etc., furent des « collègues de plateau.

Les principales télévisions mondiales m’ont donné la bienvenue sur leur plateau.
Ne dit-on pas que les voyages forment la jeunesse ! mes constants déplacements dans la plupart des pays de la planète, m’ont permis non seulement de voir…du pays..,mais aussi de rencontrer d’innombrables gens et ainsi pouvoir apprendre à parler dix langues.
…j’aimerais conclure aussi par une précision importante : avec grand plaisir, je suis content de constater que je suis toujours le recordman mondial de super contorsion à savoir : l, 73 cm pour 80 kilos dans un cube de 40 sur 40 cm sur 40 cm, avec pour entrée, une porte de seulement 34 centimètres de côté.


I shot an advertising brochure for "The Escapist", also an act on-board the SS Rhapsody.






Everyone asks if the bear is male or female. So once and for all, here it is .... definitely male.


OK, it is only a plastic toy. Rassurez - vous, c'est un jouet en plastique.



Rencontre avec un ours, 1986 environ.
J'étais en train d'escalader le glacier de Skagway en Alaska avec Doug Plews. Pas âme qui vive à 50 km aux alentours. De la glace à perte de vue. Sublime.
Un crampon de Doug casse. Je décide de continuer solo jusqu'à la prochaine corniche qui a l'air fabuleuse et de récupérer Doug au retour.
Arrivé exténué au sommet, je prends mon Nikon muni de son tout nouveau 14mm, extrême grand-angle. Dans mon viseur j'aperçois un ours qui fonce vers moi.
Je me souviens encore de la pensée qui m'a alors traversé l'esprit : si je distingue bien cet ours à travers mon 14mm, il doit être en face de moi.
J'ai jeté mon appareil à terre et me suis précipité pour fouiller dans mon sac à dos à la recherche de mes fusées de détresse, qui servent aussi à effrayer les ours. J'allais en déclencher une lorsqu'un hélico surgit de l'autre côté de la corniche et me survole, effrayant ainsi l'ours.
Cet hélico montrait le glacier à un couple de touristes américains. Son pilote a vu ma détresse et m'a sauvé. Puis il s'est posé un peu plus loin, sur un aplat. Je suis allé à sa rencontre et ai remercié le pilote, pris les coordonnées de la compagnie d'hélico et celle du vieux monsieur qui a pris la scène en vidéo.
Puis, je suis retourné aider Doug à descendre. Plus tard, j’ai fait un énorme tirage couleur de la photo de l'ours qui me regarde et l'ai offert à la compagnie d'hélico qui l'a accroché dans sa salle de réception clients. J'ai reçu la VHS du vieux monsieur qui a avoué ne m'avoir pas vu à ce moment-là, tellement il était subjugué par les deux ours.
Bon, moi, de ma corniche, je n'ai vu qu'un seul ours .
La qualité d'image est mauvaise et le son est surtout le moteur de l'hélico, mais on voit quand même les ours, beaucoup plus agiles que moi, l'immensité et la beauté du glacier. Merci au pilote et au vieux monsieur.


La vidéo en question :


Ben Decker: "One of the great pleasures of my cruise ship days was coming on-board and getting a peak at your book of new 8X10 prints. I also can't count the number of times I've recanted the tale of you in Skagway and the bears, the helicopter and the second helicopter that taped the whole thing. I'm assuming you still have the tape :-) BTW, A few years after the fact, I was back in Skagway and dropped in at the helicopter company's office and got such a kick out of seeing the picture of the bear with the helicopter in the background still up on the wall. The guys working there at the time had no idea of the history, so I had the pleasure of recanting the tale for them.
Keep in touch. BTW, I would love it if you could post the video of the bears to your facebook page (hint, hint!)
Ben Decker"






Here in Cabo San Lucas, Mexico, with Dr Nicole Bordes.

I am a house support in the Bahamas.

Here in Grand Cayman, on a "pirate boose cruise"
I am the guy being kissed by Jackie Lanke.



With Alana Maudsley.

The Cruiseship Picture Company Limited 28th March 1980

to : Mr C Fournier, photographer
SS Veracruz C/o M. Jones Co ltd, P.O. Box 241, Whitepark Road,
Bridgetown, Barbados, West Indies.

Dear Christian,
Mr Davies has now had an opportunity to talk to David Jones concerning your initial term on Dolphin and we are very pleased with David's report.
Thank you for efforts and we wish you continued success on board SS Veracruz.
Kind regards
Richard Dawson.





J'ai inventé les "Formal Portraits". Voir page 35.



A Puerto, Plata, République Dominicaine. Retour d'expédition à cheval, à travers les plages et la campagne. Je plains ceux qui font du cheval dans un manège. Ici, avec Allan Jones, Janet Wakefield, ..

Voir ma page 27 consacrée aux chevaux.








Il fallait mélanger des litres et des litres de produits pour développer.


Il fallait réparer les machines photo en pleine mer.
La preuve !

Vous reconnaissez la blouse de la chambre noire ??? Mexique 1983.




La machine à couper les rouleaux. Ici sur le S/S Norway, anciennement, "paquebot France".





Mon "espace" bureautique dans ma cabine, avant l'informatique.

Quand arrivait une livraison de papiers, produits chimiques et films, directement d'Angleterre.

RCCL Dilemma

TO: CRUISESHIP PICTURE CO. LTD. FROM: CHRISTIAN FOURNIER, Chief photographer.
DATE: Sept 23rd, 1989
Sept 16th, second day of the coastal cruise, at 8:00 AM, I had just finished organizing my gangway shots (flowers, ring, cameras, beautiful shots thanks to the port authorities of Victoria B. C.) and was ready to shoot a very nice gangway, when I was ordered by the chief purser to do some shooting immediately for RCCL.
My two assistants had just gone ashore : I gave them the morning off since they printed the embarkation pictures while I was doing paperwork the night before (I had to search in 6 months old papers to show that the #3 uniform payments had been paid properly, as stated clearly on my papers, and to find a mistake in bleach stock that my vacation replacement had made).
I tried to discuss but the chief purser, the captain and the housekeeper are in panic: the RCCL representative must have these rolls of film within the hour so he can send them to the head office right away in Victoria.
This gentleman (?), Les Royle, boarded the ship the day before and could have easily told me his wills then, so I could have changed my plans and not lost $500 worth of gangway photos!
So I followed Les Royle three times around the whole ship in an erratic fashion, photographing what he pointed out (including the photo gallery with panels closed and open with photos on), numbering the frames for references.
I gave him the three rolls at 9:00 AM and made him sign a receipt. The following day, he gave me the three rolls back for process !!! He had not bothered sending them that day, so there was no rush after all !!!
I printed everything; excellent work, as always from me (Paul Smith has negs for evidence). I made him sign another receipt with a $400 price on, which is cheap for 200 photos, one hour shooting, three hours processing and printing and one gangway lost!
He said: "just give it to the chief purser to put in our account." I did.
The chief purser said: "there is no RCCL account" !






Alan Breen 2013: "Hi Chris .You look well and I hope you are. We were on the Southward circa 1979 -1981 and I remember your so helpful advice about analogue SLRs. Still got the very same lovely OM10 I bought for 200 bucks in Grand Cayman and was about to mothball it, when I learned from a young American girl that you can just scan and save the negs. So thanks to you and her, it has a new lease of life. Best wishes."


Etanche.




$ 3234.00 in one day. MEXICAN CHARTER


From: Christian Fournier To: Mr. R.C.. Dawson, Cruiseship pictures.

This week I negotiated a deal with the Mexican charter leader to offer a classy 10x8" embarkation photo of every couple, in Mexican silver frames. We shot 170 120 negs from 9am to 5pm in Puerto Vallarta, outside the ship, using my own Norman flashgun, the Hasselblad and the Stardancer life ring that I made last month.
The portraits were excellent and every one was pleased, for I planned it all ahead so that the pictures would fit elegantly in the frames.
The beauty of it all is that I charged the portrait price for each 10x8" print: $15.00 each. The Mexican organizer found it steep, but since he had the frames already purchased and had advertised his giving away a superb framed photo to each couple, he couldn't argue much!
I rang the cash as #21: $15 x 170 = $2550.00. No folders were used (see paperwork#98)
And what is even better: I photographed the ceremony, one photo for each couple receiving their framed picture and I sold 114 5x7" prints at $6.00 each, with folder ! I rang the cash as #2: $6.00 x 114 = $684 (see paperwork # 98).
So I made $3234.00 that day.

CHRISTIAN FOURNIER, CHIEF PHOTOGRAPHER M/V STARDANCER



Cruiseship Picture Co Forwarding Limited, 101 high street, Esher, Surrey KT10 9QE, England. Tel (0372) 465700 Fax (0372) 462350 7 June 1993

To whom it may concern
Dear Sirs
Re. Christian Fournier

The above named was engaged as an independent contractor to the Cruiseship Picture Company Inc, for whom we act as Personnel Agents, from March 1980 to March 1992.
Christian always performed his duties in a
most professional and enthusiastic manner, and was reliable and trustworthy in carrying out a first class job of work. We would have no hesitation in offering him a further contract with us, and recommend him for similar positions in his field. Yours faithfully, Trisha Cottam, Personnel Manager




Just pour tester mes flashs en mode à distance.
Sea, Sex and Sun and Money.


Chris Thompson : 14-10-2011 : bloody brilliant
Hi Christian, I've decided that in the next life I'm going to be a ships photographer! Just spent about 2 hours on your website going through the cruise photos, bloody brilliant. All the very best Chris Thompson
Yep, the Fournier photo talent on show again....brilliant!!!
" Good stuff mate, brings back memories!"




Chercher l'erreur.


Je rencontre Jeraldine Saunders, l'auteur de la série TV "The Love Boat"

Jeraldine Saunders (born Geraldine Loretta Glynn; September 3, 1923) is an American writer and lecturer, best known as the creator of The Love Boat, an ABC Television series and its associated made-for-TV films portraying the humorous and romantic adventures of various itinerant passengers. The program was based on her 1974 book, Love Boats, her anecdotal account of her time employed as the first full time female cruise director.


Avec Alana Maudsley.



Je dors. Ne déranger que si le bateau coule



Aneshia.




Lors de la mise sur le marché des révolutionnaires processeurs photos en une heure, j'ai été le premier de la compagnie à suivre un cours à Los Angeles. La brochure disait : "un film = 1 heure" Oui, mais avec les deux pistes en continu, cela donnait 30 films = 15 heures, inutilisable car nous avions chaque soir au moins 30 films à tirer pour le lendemain matin. Notre ancien système consistait à charger jusqu'à 36 films sur 36 bobines, dans le noir, les insérer dans un panier adéquat et tremper le tout dans les différents bains. Heureusement, les machines en une heure se sont énormément améliorées au fil du temps


Ici, avec la tireuse Konica, la machine derrière, devant c'est Nicole.
Non, les négatifs n'étaient pas aussi grands que ça.





Nicole on top of Batur crater in Bali.


Non, il n'y a pas que des vieux sur les bateaux de croisières. Ici Chantal Lamer.

et une très jeune passagère.


et des jeunes mariès.






1985 : Croisière musicale sur S/S Rhapsody (avec Isaac Stern, James Galway, Keith Jarett, Maurice André, Vladimir Ashenazy, etc...)

Je n'avais (et c'est bien normal) pas le droit de prendre des photos pendant les concerts. Voici donc les coulisses.

Voir le reportage plus complet à la page 32
Mark Antony Chang: I loved the annual Music Festival at Sea.
The number of passengers were limited to under 450 with cabins going from around $4,000 to upwards of $25,000 for 11 days during the 80's & '90s. There were 4 gala dinners, each themed by color - blue, gold orange and white (gowns, ties and cummerbunds being appropriate to the theme). The food budgets were upped 20% to enhance the already excellent cuisine. No additional money was needed during these entire all-inclusive cruises. From the moment of sailing, the ship was awash in champagne. They were the most posh cruises in an annual theme program which also included a Theatre Festival (only in french), a Berlitz total immersion French-language course and many other cultural events featuring artists such as Kathleen Battle, Issac Stern, Andre Previn, James Galway, Jean-Pierre Rampal, Zubin Mehta, Basmet,Vladamer Ashkanazy, The Chamber Orchestra of the Berlin Philharmonic, The Royal Ballet of England featuring the current Étoile and Prima Ballerina Assoluta, and other world-class musicians when I got the opportunity to chat with many of the artists and performers during the cruise and at various Ports-of-Call where they performed ashore like in front of the pyramids of Tulum.

Isaac Stern
Né le 21 juillet 1920 à Kremenets (RSS d'Ukraine) et mort le 22 septembre 2001 à New York, est un violoniste américain, l'un des plus illustres représentants de la première génération de musiciens entièrement formés aux États-Unis.
James Galway
Sir James Galway OBE, est un flûtiste né à Belfast en Irlande du Nord le 8 décembre 1939. Il a été première flûte à l'Orchestre philharmonique de Berlin entre 1969 et 1975 sous la direction de Herbert von Karajan. Il se consacre aujourd'hui à une carrière de soliste et vit en Suisse avec sa femme Jeannie Galway, elle-même flûtiste.




Vu mes capacités de plongeur (voir page 24), la compagnie de photos de croisières me demande de faire des portraits des passagers qui font du snorkel. Les gens photographiés achètent leurs portraits sous-marins, mais cela n'est pas rentable, car les "snorkelistes" sont trop peu nombreux par rapport à la totalité des passagers.


Je fais une belle photo pour illustrer le progamme "Diving" des plongeurs de la compagnie NCL.




Épave de la "Dieppoise", près de Nouméa, Nouvelle-Calédonie. Essayez d'imaginer une descente dans le bleu opaque, puis petit à petit une forme énorme noirâtre commence à apparaître au loin et devient un bateau. Le cœur bat. Merci à Raoul Monthuel pour cette plongée.


Mon hommage à Jacques, car c'est quand même un grand homme.


Janet Waterfield and Allan Jones in Cozumel, Mexico for Skin Diver magazine.

Homage to Allan Jones, affectionately known as AJ. Died ten years ago from Hepatitis. RIP AJ. I met AJ on the cruiseship S/S Rhapsody around 1983. Great guy. Pianist. Always happy and ready for adventures. I did many great dives with Allan in Cozumel, Mexico, in the Bahamas, Grand Cayman, the US and British Virgin Islands and also in Alaska with dry suits.

Alan Jones, Rob Waterfield et moi-même en Alaska.

Hommage à Allan Jones, affectueusement connu comme AJ. Il est décédé il y a une dizaine d'années d'une hépatite. Repose en paix Allan. J'ai rencontré Allan sur le paquebot S/S Rhapsody vers 1983. Super-compagnon. Toujours content et prêt pour l'aventure. J'ai fait beaucoup de plongées avec Allan, à Cozumel, Mexique, aux Bahamas, à Grand Cayman, aux îles vierges US et British et aussi en Alaska avec des combinaisons étanches.



Votre humble photographe et narrateur Christian Fournier.


Je préfère avoir un passeport plein de tampons et un ordi plein de photos qu'une maison pleine de trucs pour touristes.






Soudainement et sans préavis, Norwegian Caribbean Cruiseline (NCL) me déclare, au début d'une croisière, que les photographes seraient désormais et immédiatement considérés comme "ouvriers" et non plus comme "staff", c’est-à-dire confiés aux sous-sols. Ceci n'est pas cool, nous aurions dû être prévenus avant le départ. C'est clairement une rupture de contrat de leur part.
Comme j'ai mentionné le mot" grève" dans ma lettre, j'ai été immédiatement viré de NCL, mais pas de Cruiseship Picture Co. Allo Trish. Et elle m'a instantanément placé sur un autre bateau. J'ai été interdit de séjour sur NCL pendant un an. Mais ma politique a eu un impact et les privilèges des photographes ont été restaurés rapidement. Merci Christian.
J'ai été remercié par beaucoup de mes collègues. Je me souviens avoir été accueilli par une super ovation au pub, the Green Shutters, à Nassau, Bahamas, point d'eau (et bière) où de nombreux photographes et membres d'équipage de divers paquebots se rencontraient.



OPEN LETTER TO ALL CONCERNED: FROM CHRIS THE PHOTOGRAPHER.

As you probably know, as from 15 August 1981, at the beginning of this cruise, without any previous warning, all privileges are being withdrawn from the ship's photographers. If I had known this at the beginning of the cruise, I would not have embarked.
Until now we have made is the efforts to be well-behaved, smartly dressed at all times and maintain a high standard in our work.
As we are now being reclassified as "below deck" crew with no passenger privileges, we feel that we must protest in some small ways:
- Crew, officers and staff will pay the passenger standard rate of $4 each.
- Complementary photographs to officers, cruise staff and NCL shoreside employees holding Comp Cards Will be charged with the standard $4.00 for pictures.
- Favours such as printing films for officers girlfriends, etc .. we be stopped so that more people would be aware of our lack of privileges.
Traditionally, photographers need to socialise and mix with passengers in order to break the natural resistant that he's encountered every time a picture is taken.
The photographer is a well-known "face" amongst passengers and subsequently the photographic encounter is more easily made, a better picture of results, and of course, good sales follow accordingly.
If the photographers (usually college trained professional persons) are forced to end their working day by retiring below decks and their shared cabins or try to establish some sort of social life with below deck (with entirely different jobs and origins) whilst crew staff, divers, fitness instructors, etc … enjoy their usual privileges above decks, then naturally a sense of bitterness will develop.
Persons working shoreside forced with such instant turnabout attitudes and compulsory withdrawals of privileges may be inclined to strike, either completely, or at key specific times.
I earnestly hope that NCL will reconsider our position and continue reclassifying photographers as crew staff, so we can continue working as a team combining our efforts rather than splitting our energies in opposite directions.

Yours faithfully,
Christian Fournier, photographer in charge


Oui, je suis un saint.



The O.B. = the Officer's Bar

Allan Green, Barrie Moss monkeying, Chris Fournier. Photo by Janet, thanks Janet.



Fête de Noël dans ma cabine.


Jumping: Debbie.

Autre fête dans ma cabine. Carlos Lopez, Cliff Nelson, ....


L'incontournable soirée "mascarade".





Dunns River Falls, Jamaica with Karen.




Karen again, on the NCL owned deserted (when there are no ships in) beach in the Bahamas, Great Stirrup Cay.





NO CROPPING
TO: CRUISESHIP PICTURE CO LTD.
FROM: C. FOURNIER, Chief photographer

Date: January 13 1990
Further to a debate with Paul Smith last Saturday, I want to confirm my statements: a 35mm neg enlarged onto 5x7" paper minus 1/2 inch logo fits perfectly: there is no cropping, no loss of picture area, as you can see from the enclosed neg (#1), the enlargement (#2) of this full neg for easier viewing and our standard 5x7" print (#3).

Mathematical proof: ratio is: 4.5 inch* = 0.65 = 24 mm (to 1%)
7 inch 36 mm
* The 4.5 inch comes from: 5 inch - 1/2 inch logo
There is no problem with Durst 801 printers: it is all preset for this, with the appropriate lens, of course.
The Durst 502 have to be set up properly. I remember setting up 502 printers on S/S Skyward, Starward and Southward 6 years ago as I was introducing portraits, so we had to change printers. I remember sending to Durst and to Mr. Dawson my drawings for a very simple new design of the paper mask and logo, so that the logo fits perfectly under the enlarged 35mm neg, onto a 5x7" paper, with no loss of image area. I remember receiving a letter of acknowledgement and thanks from Durst and Frank Tigwell told me that we would have all new 502s to these specs from now onwards. I am positive : when I, later, left Miami for New York to set up the Bermuda Star to portraits, the Southward, Skyward and Starward were making full frame prints on 5x7" with logo: no cropping.
I am deeply sadden to hear from Paul Smith, that on many ships, the photographers have to shoot further away, because the picture gets cropped afterwards during printing. What happened?
I know that some #1 set up their 502 deliberately to crop the negs, because most untrained photogs shoot to far away (shyness/not used to 35mm lens) This is poor practice. What about the other photogs?Does every one then adjust to bad shooting? Or does every one shoots badly? It is also inaccurate: how much cropping? This is vital on tight dining room shots: will the passengers on the sides be cut off from the photo? It is also a problem, when a trained photographer to this system, gets to a ship equipped with an 801. All is pictures are too far away and look amateurish compared to ours.
If a were a supervisor for you, I would straighten this out.






Rafting on the Martha Brae, Jamaica.



Pourquoi ne pouvons-nous pas avoir de nouveaux uniformes ?
PS: Nous les avons reçus!


Bien mieux, avec les nouveaux uniformes ! On voit en arrière-plan, notre panneau d'affichage à la galerie des photos, avec les photos des photographes, pour que les filles puissent nous choisir.

Ici, Ann Blocker.


L'Amazonie jusqu'à Manaus !



Si, il y a des iguanes en Amazonie.


D'autres incroyables découvertes archéologiques :
- Le célèbre photographe Christian Fournier était suicidaire lors de sa séparation d'avec le Docteur Nicole Bordes, à l'époque maître de recherches en sciences à Los Alamos, Nouveau-Mexique, USA, donc la photo mentionnée ci-dessus pourrait représenter soit un meurtre, soit un accident, soit un suicide.
- La corde suggère une mise en scène. Donc la première la photo mentionnée pourrait être aussi une mise en scène.
- Cette photo a pu être prise par Graham Mitch dans les sables mouvants de Zihuatanejo, Mexique, le pays juste en dessus des USA.

Nicole est finalement partie !

Graham Mitch: "Hi Chris,
I lost your e-mail address a long time ago and I found it again using a people finder on the internet, I'm glad your doing well, I am working for myself as a wedding photographer, the season has just finished and now I am less busy, Have to look at other ways of making some money during the winter. One day I will come over to Paris and visit you.
We are expecting our second child due on the 6th December so we are getting everything ready. My first daughter is called Hannah and I think we are going to call the second baby Freya or Nichola? we haven't decided yet.
I met up with an old photog friend in August, Paula Pftizer, I worked with her on the Fair princess in 1989 and she is still cruising, She is now ships editor on the Crystal Synphony, The ship came to Liverpool on it's port of call.
I checked out your web pages but I can't read french. Still your photographs are still very imaginative, Did you ever make another CD ROM and get made onto P.C. as well as MAC, If so send me one, I noticed on the cover of your old one their was a few photo's that I took.
Take Care, And Eat BRITISH BEEF!!!!
Graham."


Jokè Soto-Kleuskens: "Always the best photos"

Died in combat, surrounded by his digital tools.


Les croisières "transcanal" = une merveille





Breakfast in Los Angeles, music by Pink Floyd.

Tracey à Yaté en Nouvelle-Calédonie.




Le photographe multi-tâches. Notez les Leica M4P. Nous en avions toujours au moins 6 sur chaque bateau.


Uniquement quand on avait besoin de beaucoup de puissance, par exemple les photos de groupes.

George Jones, né le 12 septembre 1931 et mort le 26 avril 2013, appelé aussi The Possum ou No Show Jones, est un chanteur américain de musique country.





Charlie Dawson is an Entertainer based in the state of Massachusetts. He is from the Singer/Songwriter mold who plays multiple musical instruments including acoustic/electric 6 & 12 string guitars, mandolin, 5 string banjo, ukulele, saxophone and a few others.
It’s no wonder that Charlie Dawson is such an outstanding entertainer much of his musical ability was inherited from his dad, a popular country singer during the 1930’s and 40’s. Charlie’s musical education began in grammar school back in his home town of Salem, Massachusetts. While in high school, he developed a proficiency with a variety of instruments and began playing guitar and singing professionally in local pop groups.
Charlie continued his education at Berklee College of Music, majoring in guitar. He has travelled extensively throughout the United States, Canada and Mexico, performing in top night clubs, concert performances and television shows. Among many others,Charlie has spent 11 years a featured performer for such cruise lines as Sundance Cruise Line, Admiral Cruise Line, and Royal Caribbean Cruise Lines. Charlie has also been a feature performer at the Alaska State Fair (Haines, AK), WCBV’s “Good Day Show”, Danvers Family Festival (Danvers, MA), Pickering Wharf Concert Series, (Salem, MA) and Concerts at the Esplanade in Boston, MA


Charlie Dawson, best entertainer I have ever known. He sang in Stanleys Pub, next to my photogallery on the M/S Stardancer.
Here with Robin Fellows, great singer. Shot in Cabo San Lucas, Mexico.
Charlie said : "Christian Fournier never took a bad picture."

Featured female vocalist, Robin Fellows has performed in everything from small groups to full scale production shows in Los Angeles, Las Vegas and Atlantic City. She currently divides her time between The Hal Kats and headlining her own show on cruise ships worldwide. Her vocal style and musical interpretation along with her unique ability to connect with her audience brings an element of showmanship not seen in other bands.


Robin Fellows and her friend Tammy in Puerto Vallarta, Mexique.
I don't think Robin ever noticed the graffitti on the wall.

Neither did Tammy!





Avec Laura Lang.





Au Golden Gate Bridge (en anglais, littéralement « le Pont de la Porte d’Or ») à San Francisco avec comme modèle Sharon Stanley. Assistants : Nick Lellelyn et John Cable.



Ci-dessous, de gauche à droite : John Cable, Sharon Stanley, moi-même, Nick Lellelyn.



International singer Sharon Stanley Goldberg dans la salle des machines


International singer Sharon Stanley Goldberg sur un arbre à Puerto Vallarta, Mexique.







Le grand Andy Novis. Le mec le plus créatif que j'ai jamais connu. Oui, c'était du faux sang, l'araignée aussi.



With Terri Russel on piano, literally, and Andy Novis



Andy et moi avons fait cette fausse photo de meurtre dans les rues glauques de San Juan, Puerto Rico, circa 1983. Ça a été difficile pour moi de prendre une photo techniquement mauvaise. Merci à Rachel Anscomb pour sa participation en tant que fausse victime.
Andy Novis: my hero Christian, you are exposing the boring lives of people who think they are successful, the combination of technical brilliance, art, & pure fun is fantastic, you were my hero then & even more now, I think you stoked my interest in photography many years ago, happy to be in your shadow.

At this point, I hate you Christian fournier, you make my travels look bleak.

Fantastic, you are a legend, Frenchie.



Utilisation du flash Metz en déporté. Ici avec Terry Russel à Puerto Vallarta, Mexique en 1988

Une belle fille et un bel arbre.


OK, c'est une photo mise en scène. je crois que Jamie Harrison l'a shooté pour moi. Près de Juneau, Alaska en 1986. Non, le pont était déjà écroulé avant.




Runaway Caves in Jamaica with Rachel








Le 20-01-2011 de Kay Masterson Coulthurst : Simply love your work! An inspiration!
Hello Christian!! How lovely to see you here and look back on some photos from the Ocean Princess days! I feel very nostalgic!
Simply love your work! An inspiration!



New York, New York




With Janet.



Feb 1984 : Expédition au delà du cercle polaire.


OK, vous aller me dire, il n'y a pas de bateau de croisière au Pôle Nord. Exact, j'étais en "vacances" du S/S Rhapsody avec Barrie Moss.
A partir de Bettles, Alaska, population 12, près du Pôle Nord, avec l'intrépide Barrie Moss qui habite maintenant à Seffner, Floride.
C'est Barrie qui m'a initié, plus tôt, à l'escalade sur glaciers. Nous sommes partis tous deux de Floride et avons pris des avions de plus en plus petits et il faisait de plus en plus froid.
Venant de Floride, il m' a fallu une semaine avec de me sentir bien à - 40° (pour info les deux échelles Celsius et Fahrenheit se rejoingnent à cette température, -40° C = - 40° F)


A moins 40 degrés Celsius, la photographie devient très difficile : les films deviennent cassants (surtout pas de moteur !), les batteries inopérantes, le métal froid vous arrache les sourcils,
le givre créé par votre souffle obstrue le viseur,
vous avez 20 secondes maxi sans gants pour changer de bobine de film en retirant votre gant externe (il en reste un plus fin en polypropylène).



Mark Anthony Chang a écrit : « I know what a pain in the ass all this work was and appreciate the effort as I am enjoying re-living some of these memories Christian. Thanks a lot! »


Voir sa citation au sujet de la croisière musicale.


Mark Antony Chang, Laura, Many Cadavid.



Pagsanjan Falls also known as Cavinti Falls (indigenous name: Magdapio Falls) is one of the most famous waterfalls in the Philippines. Located in the province of Laguna, the falls is one of the major tourist attractions of the region. The three-drop waterfall is reached by a river trip on dugout canoe, known locally as Shooting the rapids, originating from the municipality of Pagsanjan. The falls can also be reached from the top by a short hike from Cavinti. The boat ride has been an attraction since the Spanish Colonial Era with the oldest written account in 1894.
The town of Pagsanjan lies at the confluence of two rivers, the Balanac River and the Bumbungan River (also known as the Pagsanjan River).

Chris, Andrew Bruce and Ian Johnson

Ian Johnson a écrit : « I worked with Christian Fournier for a while. He was the most brilliant and creative photographer I've ever met. His body of work is absolutely amazing. He lives and breaths photography, truly a rare talent. »


A Skagway, Alaska avec the dancers Misti Mussatto et Alison.


Angel Swanson goes sky diving.


Angel Swanson Vanrooyen
Hi Christian, I'm living in North Carolina just 25 miles north of Charlotte out in the country. I have a beautiful Day spa about 2 miles from home. I met a South African 15 years ago while living in Aspen, Colorado and married him a few years later when we were in Hawaii. We have two 4 legged children and a talking parrot. Life is good! I knew you could never put down the camera. I bet you have a photo collection that's out of this world! Talk to you soon, Angel.


Mark Switzer: thanks for the photos and memories. U remember me from Sov 1994. Was a great couple of weeks working with you. You are a legend in your own lifetime.




De vraies danseuses.






Dr Nicole Bordes illustre les négatifs 35mm et répond à la question proverbiale : "Que faites-vous avec les vieux négatifs ????"




Jackie Matelich.


"Of course I am French, why do you think I have this outrageous accent for?"
This is a famous line from Monty Python and the Holy Grail.


Le 20-01-2011 de Kay Masterson Coulthurst : Simply love your work! An inspiration!
Hello Christian!! How lovely to see you here and look back on some photos from the Ocean Princess days! I feel very nostalgic!
Simply love your work! An inspiration!



Pat Denton: "I have known Christian Fournier for many years and can confirm he is an excellent photographer - as anyone can see from his web-site - he does high fashion shoots for people such as L'Oreal and was actually my mentor, when I lived in Paris, and first got me into digital photography"

Christian Fournier: "Thanks Pat. You were one of my first bosses on the Cruiseships and you were great.
Your good reports have probably contributed to my fast promotion within Cruiseship Picture Co."

Pat Denton is now a very successful photographer in the South of France.
Pat in my studio, in Paris around 1996





Raoul Monthouel

Je suis arrivé à Nouméa à la fin de la croisière de repositionnement du ClubMed II. J'y ai rencontré Raoul Monthouel, propriétaire d'un club de plongée et l'ai accompagné lors de ces expéditions. Nous avons beaucoup parlé informatique et photo sous-marine

Raoul Monthouel : "J'ai téléchargé ton mail depuis le bateau. Demain j'irai me connecter à terre et visiter ton site FlickR. Toi tu assures vraiment. Question photo et Macintosh, tu es ma référence ! Dans ta branche, je n'ai jamais rencontré quelqu'un d'aussi compétent et en avance sur son temps comme tu l'étais à Nouméa. Je ne désespère pas te retrouver et partager quelques souvenirs. All the best, Raoul".

"Quel plaisir d'avoir de tes nouvelles, de voir tes œuvres (ton style et sa touche d'humour n'ont pas changé), de savoir que tu es toujours de la partie et que tu mouilles le maillot ! Raoul"

"Toute ma famille va bien, merci. Depuis mon lynchage à Nouméa, il y a 6 ans, j'ai du mal à refaire surface, mais j'ai fini par être convaincu d'une chose : le plus important dans la vie c'est d'être fidèle en amitié et en amour pour être en accord avec soi-même, le reste est très matériel et ne fait que contribuer ou pas à ce qui a de l'importance. Je me flatte donc d'avoir gardé ton amitié. La crise a frappé tout le monde, sauf les riches ; comme à l'accoutumé en pareilles circonstances.



Ma galerie photo, très inspirée des bateaux de croisières !
Je vendais beaucoup de photos, surtout des agrandissements, surtout aux touristes japonais.
Bien sûr, le volume de la production était beaucoup plus petit que sur mes croisières. Un Nikonos = 36 photos ! Par plongée !





Je photographie Petra Lindblad, célèbre mannequin, à Hollywood, en 1993.
Petra a été aussi photographiée, entre autres, par le célèbre photographe allemand Peter Lindbergh pour le magazine Vogue France.
Je rencontrerai Peter Lindberg plus tard, dans sa maison rue de Savoie à Paris, en 1997, pour lui donner des cours d'introduction au numérique, et encore plus tard, en septembre 2016 lors de sa séance de dédicaces chez Taschen.






Tim Venn : "Thank you chris - I love looking at your pictures Chris.
You have an amazing collection of photos throughout the years that are very interesting and entertaining.
You are the real photo maestro/ creative genius I had some great adventures on the Ocean Princess with in the Amazon and Caribbean"


Tim Venn on Tobago Island






Ben Decker: One of the great pleasures of my cruise ship days was coming onboard and getting a peak at your book of new 8X10 prints. I also can't count the number of times I've recanted the tale of you in Skagway and the bears, the helicopter and the second helicopter that taped the whole thing. I'm assuming you still have the tape :-) A few years after the fact, I was back in Skagway and dropped in at the helicopter company's office and got such a kick out of seeing the picture of the bear with the helicopter in the background still up on the wall. The guys working there at the time had no idea of the history, so I had the pleasure of recanting the tale for them. See the entire thing about this bear encounter page 26, in the middle.





Alana, a fantastic woman.

"Chris,you have been a truly wonderful person to me. Thank you for caring and sharing your love. I love you. I do hope your day has been filled with love and memories. Love always. Alana."

Le début des reconstitutions historiques, voir la page spécifique.
Message from Alana: "Hello Chris,
I was poking around on Facebook and found some people from the M.V. Stardancer days.
Got to thinking about you and came across your website. WOW! Very impressive. But, I already knew that from when I knew you back in 1987-1988. SO many years ago.
I can see that life has treated you well and you are very successful.
I'm glad I had the opportunity to know you back then. Take care.
Hugs, Alana."

Thank you, Chris. Wonderful to get a birthday greeting from around the world. You introduced me to a greater love of photography that has now been passed on to my younger daughter. So cool. I'm glad I got to be a part of your life so many years ago. Merci, Alana.




A party from S/S Rhapsody in Skagway Alaska. The Hawian cowboy and his wife Wes et Eperly Epae, George Gaillard and his wife Marie-claude Chauveau-gaillard, Eric Fauque de Jonquières, Jody, me, etc...



Marie-Claude Chauveau-Gaillard 2010
Après avoir vécu 12 ans à Miami (entre coupés de séjours en France) nous avons atterri à Châlons-en-Champagne, petite ville de province où les loyers ne sont pas trop chers mais où on s'emmerde copieusement rien à voir avec la qualité de vie que l'on avait à Miami. Chic pour tes photos, on les attend avec impatience

Marie-Claude Chauveau-Gaillard 2015
Merci de m'accepter comme amie, en souvenir du bon vieux temps sur Rhapsody. Comme nous sommes des nomades, aimant la vie, mais la belle qualité de vie, nous habitons maintenant à Porto ( Portugal ), depuis 17 mois. J'admire tes photos, tu es devenu un artiste magnifique. Bravo. Bonne journée!


The Amazing and crazy raft trip from Mendenhall lake to the sea, with Barrie Moss and Doug Plews.
The shark is plastic.




Le canot dans ma cabine.


My very first photo in 1980 onboard M/S Skywards. Photo by Michael Gould. I managed to buy the same tiny camera in 1995.


Halloween party on S/S Rhapsody. I am on extreme left, with rib cage and guts showing. Caire-Lise Ashton-Damond, Tony, Nathalie Monvoisin, Terri, Catherine Fouin, George Gaillard, Gilles Bennati.


Before kayaking on Mendenhall Glacier, Alaska, with Barrie Moss, Andy Novis, Doud Plews, me, Nancy Fernandez, etc.



Le 22-12-2010 de Andy Novis : my hero
Christian, you are exposing the boring lives of people who think they are successful, the combination of technical brilliance, art, & pure fun is fantastic, you were my hero then & even more now, i think you stoked my interest in photography many years ago, happy to be in your shadow.



6-23, 1990
Dear Christian, Thank you for all your help. It's so nice to know someone so talented, kind and full of fun.
We will always remember this cruise for many reasons, one- was the joy of your photos.
Theda and Rich.







Ma vie sur paquebots

TEXTE ET PHOTOS : CHRISTIAN FOURNIER

Je sillonne les mers du globe, sur des gros paquebots de croisière, photographiant, photographiant, photographiant.
Mon record personnel est de
quatre mille photos en une semaine (ce qui est très bête, hors de son contexte ; je vais donc expliquer). Il faut vous dire que, par exemple, sur le S/S Norway (ex-paquebot France) de deux mille quatre cents passagers par semaine et sept photographes, la production est de douze mille photos toutes les semaines (j’ai déjà compté pour vous, ça fait dix photos par couple, par croisière) Eh oui, c’est du gros volume. Du gros business même, qui nécessite une certaine organisation. Production, marketing, coups de téléphone, aspirine.

J’ai le statut de photographe indépendant (freelance pour les initiés) et je loue mes services à une agence anglaise qui a les contrats d’exploitation photographique sur environ (ça dépend des saisons) trente-cinq bateaux de croisière, de diverses compagnies maritimes (anglaises, françaises, grecques, italiennes, norvégiennes, américaines, etc, par exemple : Norwigean Carribean Line, Paquet, Bahamas Cruise Line, etc.)
Ce qui me permet le luxe inouï de travailler quelques mois sur un bateau (quinze heures par jour, sept jours sur sept, tous frais payés, même pas d’impôts, merci bien), dans une partie souvent exotique de notre belle planète, puis de bénéficier de quelque mois de "vacances", que j’utilise bien évidemment pour faire le freelance (mot connu, maintenant).
Sur les paquebots,
on s’amuse bien, mais on travaille aussi très dur et il y a toujours la responsabilité de faire son chiffre d’affaires (trente mille dollars environ, cela dépend du bateau), de faire mieux que les chefs photographes précédents, ancienneté oblige, semaine après semaine, en dépit des problèmes diplomatiques avec la compagnie maritime, des délais de livraison, des problèmes techniques du labo couleur à réparer soi-même à bord, des assistants à former, des finances à gérer, des humeurs du grand patron à Londres, etc,..
Prendre les photos est un travail de mercenaire. La meilleure formation est la vente "porte à porte", si vous voyez ce que je veux dire. Quand le paquebot quitte le port, après l’embarquement, tous les passagers sont sur les ponts à regarder s’éloigner la terre ferme. Tous les photographes sont donc sur le pont, chacun son territoire, et prennent une très belle photo professionnelle (avec flash en plein jour, eh oui, ces ombres !), mais pas très créative, de chaque couple, accoudé au bastingage. Le meilleur photographe est celui qui ramène le plus de rouleaux exposés (proprement). Donc le "bagout" est essentiel.
-"Souriez, il n’y a aucune obligation d’achat" -"Allez-y, ça ne fait aucun mal" -"Ce n’est pas tous les jours que vous partez en croisière" -"Je suis le meilleur photographe dans un rayon de vingt km".
Moi, avant, j’étais professeur de mathématiques, dans le privé,
j’étais très timide et je parlais peu l’anglais. Maintenant je suis le meilleur photographe sur un rayon de deux mille km, je photographie des groupes de mille passagers en pensant à ma prochaine plongée, et même mes assistants, tous britanniques, pensent que je viens d’Angleterre. Et tout ça parce que je suis payé à la commission. Il faut être motivé dans la vie !

En résumé, on me donne :
- des passagers en vase clos (devrais-je dire "en bateau clos"?),
- du matériel photo (prise de vue et développement).
- des assistants.
- une galerie pour exposer les photos.
et c’est à moi de transformer tout ça en $$$$$$
. Je vois le début et la fin de ce que je produis (le bon vieux rêve : l’artisanat !).



Avec de l'entraînement, les photographes arrivent à lire couramment les négatifs



Et c’est très varié : il faut être polyvalent, en plus de polyglotte :

-
Magasinier : gestion du stock (vive l’informatique !) Tant pis si on ne peut pas respecter les températures de stockage.

-
Photographe : hé oui, il faut même des fois s’y connaître en photo. D’ailleurs nous sommes tous de très bons photographes car nous avons des "Leica" et des gros flashs. Nous portons des "smokings" pour les "cocktails parties" et des maillots de bain pour les excursions.
- Nous sommes des
contrôleurs de foule : une photo par-ci par-là est semblable à une goutte d’eau par-dessus bord. Il faut photographier tout le monde. Il faut aussi faire toutes les photos pour la compagnie maritime : (une pièce cassée dans la salle des machines, une nouvelle excursion, une remise de médaille, le bateau dans le canal de Panama, un show sur scène, une cale sèche, etc..)

-
Tireur couleur (Kodak n’a pas prévu l’agitation supplémentaire de la chimie sur un navire qui tangue et roule ; tiens, pourquoi la base blanche du papier est-elle légèrement marron ?)

-
Electromécanicien : maintenance et réparation (pas question d’attendre la semaine prochaine : les passagers n’achètent pas souvent les photos des passagers précédents)

-
Très bon vendeur : hé oui, il y a un comptoir, et on accepte les cartes bleues (en vitrine : plusieurs milliers de tirages ; mettez pas vos doigts sur les photos, SVP.)

- Très bon en
marketing : il faut faire des statistiques sur ce qui se vend le mieux, mettre au point des stratégies de prises de vue (les mouvements de foules sont très importants pour la photo en volume), et des stratégies de vente (les mouvements de foules sont très importants pour la vente en volume). Il n’y a pas d’obligation d’achat. Il faut offrir le bon produit pour "gagner". C’est là que l’expérience et le flair comptent.

-
Directeur d’une équipe : il faut savoir déléguer les différentes tâches, selon les capacités de chacun, le mal de mer et les horaires des films à la télé.

- Expert en
diplomatie : (compromis entre les intérêts de la compagnie de photo anglaise, le moins de tracas possible avec la compagnie maritime, le meilleur service pour les passagers et le bien-être des assistants). Tiens, j’oubliais : mon intérêt, aussi.
Le tout en restant poli, avec son uniforme toujours repassé, et d’une grande discrétion, c’est important. Aussi, il est indispensable d’avoir un très bon sens de l’humour, mais de le garder pour soi.

La compagnie anglaise a maintenant environ trente-cinq bateaux. Et je peux me permettre de prendre des "vacances" de plus en plus longues, c’est à dire des reportages photos, d’autres tranches de vie :
Au pôle Nord, avec des scientifiques et des chiens de traîneaux. Avec des vases et des fleurs en studio. En Amazone chez une tribu coupée de la civilisation (où j’ai attrapé le palu qui m’a duré trois mois). En petit voilier dans les îles Vierges Britanniques. Avec des modèles de mode et de charme à Paris et à Los Angeles. Au milieu des glaciers en Alaska. Avec des pots de peinture sur des Ektachromes. Pilotant un avion au-dessus du Missouri. En plongée en Floride, en Ohio, aux Caraïbes, au Mexique, au Canada, aux Bermudes, Honduras, Vénézuéla, Hawaï, Californie, Sipadan en Malaisie, Kota Kinabalou à Bornéo, Bali en Indonésie. Avec mes créations toutes personnelles (voir mon folio accompagnateur).
J’aime la diversité. Toujours photographier les mêmes genres de sujets, avec le même style, telle est la clef de la réussite : quelle insulte à l’ouverture d’esprit et à la vraie créativité !

Le plus dur est de développer et de garder les contacts avec les magazines du monde : heureusement il y a aux USA des très bons services de poste restante, (privés, bien sûr) grâce auxquels je peux rester en communication, (décalée, mais fiable). Ceci m’a permis de nombreuses publications en Europe, Amérique du Nord et Asie.






Grâce aux paquebots. Revenons-en aux paquebots.
L’emploi du temps est toujours très chargé, pour les photographes, comme pour presque tout l’équipage d’ailleurs. Aujourd’hui, c’est relax, nous sommes à quai pour la journée : les passagers vont en excursion. Il y a :
- Les produits chimiques à mélanger
-Les tirages de la veille à couper
- Les comptes de la caisse à présenter au commissaire de bord
- Expliquer au petit nouveau, Nigel, comment photographier l’excursion aux cascades
- L’affichage de la galerie à mettre à jour
- Un fax à envoyer en Angleterre à propos du circuit imprimé du contrôleur de température qui n’est toujours pas arrivé et dont nous avons grand besoin
- Un entretien avec le commandant en second, à propos des photos sur le quai : il ne veut pas que nous arrêtions les passagers sur la passerelle, mais sur le quai lui-même
- Un entretien avec le directeur des excursions qui nous accuse de ralentir le chargement des autobus, parce que nous le gênons avec nos photos sur le quai, il nous demande de les faire sur la passerelle
- Un fax de réprimande arrive d’Angleterre : nous devons prendre plus de photos lors des débarquements
- "l’hôtel manager" veut déplacer le comptoir photo dans un endroit invisible
- L’électricité vient d’être coupée, sans préavis, dans le labo photo : j’ai pourtant déjà demandé au chef électricien de nous prévenir, car nous pourrions perdre beaucoup de films, il oublie toujours
- Un coup de téléphone de la succursale de Miami nous demandant si nous n’aurions pas un circuit imprimé du contrôleur de température, en rechange, car un autre bateau en a besoin d’urgence
- Un passager nous contacte au labo : il râle parce qu’il n’y a pas de photographe pour l’excursion de six personnes, en hélicoptère. Pour nous, il n’est économiquement pas viable de mobiliser un photographe pour une excursion de six personnes, quand il y a trois autres excursions en même temps, de quatre cents personnes chacune. Mais il faut être poli avec le passager : ce n’est pas de sa faute : il ne sait pas comment fonctionne le système : je lui explique, très suave et révérencieux, il m’explique qu’il est sûr que je vendrais au moins six photos, que lui, il en achèterait une, c’est sûr, sauf peut-être si sa femme l’oblige à porter cette horrible veste qu’elle lui a offerte l’année dernière, pour leur voyage en Suisse, qui n’est pas pratique car on ne peut rien mettre dans les poches, et il faut donc mettre l’appareil photo autour du cou, ce qui fait vraiment trop touriste ; je suis sauvé par la sonnerie de l’exercice d’abandon hebdomadaire ; la sécurité, c’est sacré, aux USA.

L’exercice d’abandon : je ne fais absolument rien, comme d’habitude, et comme tous les trois cent quatre-vingts autres membres d’équipage, je regarde les vingt qui s’activent à mettre les canots à la mer.
Après l’exercice d’abandon, je fonce dans la chambre noire, l’électricité est revenue, j’imprime les "cocktail parties" de la veille, le second test est parfait, j’imprime tout en bloc : mille deux cents tirages, même densité, mémé filtrage, trois heures, la vie est belle : les assistants John, Barrie et Nigel ont bien assimilé mes inlassables recommandations : mêmes émulsions, même diaphragme, même puissance du flash en manuel, même distance de prise de vue, pour les quarante rouleaux, pas une seule photo ratée, des vrais pros.
Je charge le gros rouleau de papier, dans le noir, dans la développeuse prévue à cet effet, puis pendant les dix minutes avant l’accrochage du papier développé et sec, j’essaie de réparer le Leica de l’avant-veille, ah oui, ça y est, l’obturateur, en toile, s’était mal déroulé, bon je dévisse, je revisse, c’est bon, j’ai l’habitude.

L’alarme du processeur retentit : la température du révélateur a baissé de plus d’un degré : je sais : le circuit imprimé a encore lâché : ça fait trois semaines que j’en ai commandé un autre, car j’ai dû donner mon rechange à un autre bateau qui frisait la catastrophe. C’est un circuit imprimé complexe, avec une cinquantaine de composants, impossible de réparer ça, ni à bord, ni dans tout le Mexique ; les cent litres de révélateur vont refroidir trop rapidement et les dernières cinq cents photos seront vraiment trop mauvaises pour l’affichage. Bon, je sors l’artillerie lourde : l’élément chauffant de cinq cents Watts, directement branché sur le secteur. Je retire le gros rouleau du processeur, donc quelques tirages seront perdus, mais il n’y a pas le choix, il faut ouvrir le couvercle du révélateur pour y plonger l’élément chauffant, et il faut retirer les photos qui y défilent sinon elles seront voilées. Je n’ai plus qu’à chauffer le bain toutes les quinze minutes, après avoir, bien sûr, retiré le rouleau, perdant à chaque fois quelques photos, mais la température reste dans la limite acceptable, non pas la limite fixée par Kodak (je vous prie de m’en excuser, Mr. Kodak), mais celle fixée par moi-même. Le plus dur est de maintenir l’élément chauffant au milieu du bain sans effleurer les bords, car, étant en PVC, ils n’aimeraient pas. Ce soir je bricolerai une armature en fil de fer pour arranger ça. Ciel, il est déjà presque ce soir : c’est un procédé très long, le chauffage manuel.

Ha, John, Barrie et Nigel viennent de rentrer de leurs excursions respectives, ils vont pouvoir m’aider à retrouver les tirages manquants et à les réimprimer.
Tiens je n’ai pas eu le temps de déjeuner.
Coup de fil de la réception : un émissaire de ma compagnie vient d’arriver et m’attend, j’y vais, il a un beau costume cravate et un téléphone portable qui ne marche pas au Mexique, évidemment. Il est choqué de mon odeur de révélateur. Il vient en urgence de Los Angeles, pour m’emprunter mon circuit imprimé de rechange n° 686138157 8060 PCB ; Tiens, c’est celui qui contrôle la température, que j’ai commandé et toujours pas reçu et dont j’ai aujourd’hui bien besoin. Bon, il est déçu : j’ai la réputation d’avoir toujours mes pièces de rechange, car je les commande toujours à l’heure. Je lui demande pourquoi il ne m’a pas téléphoné de Los Angeles avant de venir, il n’a pas eu le temps, et nous regardons tous les deux le téléphone portable au bout de son bras. Il en profite pour me dire qu’il vient de croiser le commissaire qui s’est plaint que je ne photographiais pas le tour en hélicoptère, car tout le monde le demandait. Bon, lui a son avion à prendre et moi ma douche, et me déguiser en ours (être déguisé, asexué, très doux à caresser, très photogénique, qui attend les passagers à la sortie du restaurant, et hop, comme par miracle, le photographe est là pour faire une photo).






Dans l’escalier l’officier de sécurité me demande pourquoi je n’ai pas fait l’exercice d’abandon aujourd’hui, alors que j’avais déjà trois assistants excusés pour cause d’excursion. Bon, je passe par la galerie, John, Barrie et Nigel ont bien ouvert à l’heure et tout est OK, sauf les photos manquantes, qui sont imprimées, mais pas développées. Je le ferai entre les deux sessions de l’ours.
Une passagère m’interpelle :
-"les photos sont trop chères, je suis sûr que vous en vendriez deux fois plus, si vous les vendiez à moitié prix". Je pense : donc on ne gagnerait rien ; Je dis : -"très bonne idée madame, je vais la transmettre à mes supérieurs". Bon je fais l’ours, un assistant prend les photos, un autre à la galerie, un autre mange. Je fonce au labo et développe les dernières photos manquantes. Je mange, puis prends la relève à la galerie, pleine de monde.
Il y a déjà deux mille photos sur les murs, troisième jour de la croisière. Un passager, en face du comptoir : -"où est la galerie photo ?" Une autre, nous montrant sa photo sur sa carte d’identité :-" pouvez-vous trouver ma photo avec le commandant, voici à quoi je ressemble". -"Bien sûr, Madame, mais nous voyons très bien sur votre visage à quoi vous ressemblez". Un monsieur, très digne : -"est-ce que vous avez un labo photo à bord ?" -"non, nous avons un service d’hélicoptère". En gros ils sont gentils, et bon, ils sont en vacances, sur un bateau de croisière, ils n’ont pas à penser, ils sont là pour se relaxer.

Des fois nous nous relaxons aussi : voir les photos très bêtes, que j’ai produites à bord. Dès fois, nous faisons aussi des photos très intéressantes : le bateau au milieu de la glace pour la brochure Alaska, photo sous-marine : une cassure sur l’hélice, un enterrement marin (non, pas marrant, marin), une célébrité à bord (Henri Salvador, Jimmy Carter), la salle des machines prend feu et les passagers sont évacués. Les aspects techniques et commerciaux de ce business sont aussi fascinants : il faut évoluer avec les changements : les touristes américains ont tous un appareil photo (auto focus, même) et un camescope et beaucoup n’en sont plus à leur première croisière, il faut offrir du nouveau ; la récession nous fait beaucoup souffrir : la photo souvenir est du superflu, la photo numérique (par ordinateur) va bouleverser le système : tout sera instantané ou presque, plus besoin de chambre noire, juste des télévisions et des imprimantes laser couleur.

Grâce à mon grand esprit scientifique et inquisiteur,
j’ai inventé maintes techniques et développé maints marchés. Quand j’ai commencé, la compagnie photo anglaise n’avait (navet, peut-être) qu’une douzaine de bateaux.
J’ai organisé des sessions photo avec des mascottes (êtres déguisés, asexués, très doux à caresser, très photogéniques,….)

J’ai inventé les sessions en studio durant les soirées habillées, mes fameux Formal Portraits : avec Hasselblad, flashs et parapluies de studio. J’ai dû passer une croisière, en tant que consultant, sur chaque navire de la compagnie, l’un après l’autre, pour mettre en place et enseigner ces nouveautés (Voir les détails plus haut).

J’ai mis au point un système très rapide pour numéroter les tirages. J’ai redessiné le masque pour adapter les nouvelles machines à notre système de logo, en bas de chaque tirage, et
Mr. Durst m’a envoyé une patente. Merci Mr. Durst.

J’ai développé (normal pour un photographe) une méthode contre le vol des photos dans la galerie.

Avec l’aide d’une amie, Nicole Bordes, docteur en Physique,
j’ai informatisé toute la gestion photo à bord de telle façon que l’on peut voir immédiatement l’influence des prix, du format, de la saison, des assistants, etc, sur le revenu.

J’ai augmenté les revenus (et la qualité) sur chaque bateau où j’ai travaillé.

J’ai formé de nombreux assistants, qui sont maintenant de très bons responsables.
Tiens, cette page irait très bien dans mon curriculum vitae.

Les aspects humains sont aussi fascinants : il y a quarante-six nationalités différentes à bord parmi les membres d’équipage. Durant son discours d’introduction aux passagers, le commandant leur déclare que nous faisons mieux que l’ONU,
pour la lutte contre le racisme et le brassage des peuples.

Bien. Mais la féodalité subsiste :
- Les serfs
(Haïtiens, Mauriciens, Jamaïcains, Philippins, Mexicains, Chinois, bref ceux des nations pauvres) vivent à six par cabine, gagnent mille francs par mois, ne peuvent aller que de leur cabine à leurs lieux de travail, et sont renvoyés sans préavis au moindre faux pas, et deux cents sont prêts à prendre leur place immédiatement, car quand ils rentrent chez eux, après un an ou deux, ils sont riches, et héros, chez eux.
- Les seigneurs : Le commandant, le directeur de croisière et l’ "hotel manager" sont les seigneurs : on ne peut pas discuter avec eux : même quand ils ont tort, ils ont raison. Ils peuvent même changer les lois de la logique et de la physique quand il le faut.
Bon, il faut que quelqu’un commande, sinon ce serait le bordel. Et ce sont les grèves du personnel qui ont mis le paquebot France en faillite, et que les Norvégiens le font très bien marcher maintenant. Bon.
Au port d’attache, à terre, le capitaine se fait aussi engueuler par le président de la compagnie. Et le président se fait engueuler par le gardien du parking parce qu’il a froissé son ticket et que ça ne rentre plus dans l’ordinateur.
- La cour : les chevaliers, les troubadours, les entre-deux. On s’amuse, on se dispute, on intrigue, on espère, on est déçu, on est content, on voit du pays, enfin surtout le port, enfin beaucoup plus que si on était resté chez soi, et puis on ne paie pas d’électricité et nous sommes tous une grande famille, un petit village au milieu de l’eau. Il y a un coiffeur, un boulanger, un casino, une piscine (réservé aux passagers, car il n’y a pas assez de place, évidemment.)







Tiens, c’est vrai, il y a aussi les passagers. Sans eux, on ne serait pas là. Sans eux, il n’y aurait pas…
Les excursions : les cascades de la Jamaïque, la pêche au gros aux Bermudes, les tours de jungle en Indonésie, le snorkelling aux Caraïbes, les bateaux sur le Grand Canal en Chine et l’inévitable shopping, prévu et avalé.
Lors des grandes découvertes, genre Christophe Colomb, les pays riches de l’époque troquaient avec les indigènes, des pacotilles et verroteries, (produites en masse par l’industrie des riches) contre épices et bois précieux. De nos jours, les riches vont, en bateau de croisière, dans les pays pauvres de nos jours (ce sont toujours à peu près les mêmes, d’ailleurs) et achètent des pacotilles (genre petites ruines Inca en onyx, made in Japan) en grandes quantités aux indigènes. Les indigènes peuvent ainsi acheter des sèche-cheveux électriques (souvent made in Japan, ou par Phillips).

Sans les touristes, il n’y aurait pas, non plus
les inévitables shows folkloriques, que je photographie à longueur d’excursions, plusieurs représentations par jour : dans la jungle, entre deux danses très guerrières, quand les touristes sont partis, le beau noir avec ses peintures et ses plumes partout, fume une cigarette et discute avec ses copains le film de John Wayne de la télé la veille au soir.

Et bien sûr : La croisière s'amuse. THE LOVE BOAT
Grâce aux charmantes passagères, j'ai vécu des tranches de vie incroyables, partagé et compris leurs vies aussi variées que passionnantes. J'ai appris les classes sociales, les religions, les coutumes, l'éducation nationale, la mode, la politique, la vie professionnelle, la morale, les relations conjugales, les dessous, les sous-vêtements, etc, des USA.

Les touristes ont l’arme redoutable à bord : la carte de commentaire, en fin de croisière. La Compagnie Maritime juge tout et gère tout grâce aux cartes de commentaires, car pour gagner, il faut donner aux gens ce qu’ils aiment. Trop de photos, pas assez de photos, des tasses à café plus grandes, des shows plus drôles, le cabinier sentait mauvais, le photographe a interrompu une conversation intime lors de cocktail parties, l’ours a effrayé une vieille dame qui croyait que c’était une grosse peluche, les costumes des danseuses sont trop transparents, il n’y a pas assez de temps pour le shopping pendant les excursions, on mange trop, la croisière était bien, mais nous avons été réveillés tous les matins par l’hélicoptère du photographe, le bateau devrait visiter plus l’intérieur des terres, le photographe m’a fait très grosse sur toutes les photos.
Les cartes de commentaires déclenchent à leur tour une avalanche de mémos et de tasses à café plus grandes. Bon, il est maintenant obligatoire de photographier le tour en hélicoptère de six personnes. Bon, il est maintenant obligatoire qu’au moins un photographe soit présent à l’exercice d’abandon. Bon, il faut plus de communications entre les différents départements.

La croisière s’amuse beaucoup. Et c’est quand même mieux que la guerre du Golf et le trou d’ozone.



TEXTE ET PHOTOS : CHRISTIAN FOURNIER.





Ici à Nias avec Dr Nicole Bordes vers 1992.
You have to remember that these cards where mainly intended to tease our British friends back home in the Christmas rain and snow





Hommage à Shannon Templeton
Je rencontre Shannon en 1989 à bord du bateau de croisière le M/V Stardancer.
Je l’ai emmenée faire de l’escalade sur le glacier Mendenhall en Alaska. J’ai apporté un palmier gonflable et un iguane rouge en peluche.

Shannon Templeton; « Merci pour m’avoir emmenée à ma première expérience d’un glacier. Ce sont des souvenirs que j’oublierai jamais »

Shannon Templeton: "Une de tes caractéristiques que j’ai toujours adorée, Christian, c’est ton sens de l’humour. Qui d’autre aurait apporté un palmier gonflable et un iguane rouge en peluche sur un glacier en Alaska?! Dans quelques centaines d’années quelqu’un se demandera comment ces choses y sont venues…"



Shannon Templeton en 2017 : “Je faisais partie d’un groupe de 8 personnes dans le monde qui étudiait les étoiles binaires à éclipses non-relatives. Il y avait des binaires qui ne suivaient pas les lois de la physique relativiste, leur ligne d’apside précédait à un taux d’un septième de ce qu’Einstein avait prédit. La particularité, c’était que chaque système avait le même montant d’erreur, ce qui était encore plus intrigant. On a vérifié que les nuages de gaz et de poussière ne les ralentissaient pas, nous avons tous vérifié. On n’a jamais pu trouver une explication de ces observations. De nos jours, personne peut l’expliquer. Les étoiles binaires sont le laboratoire idéal pour vérifier la physique relativiste parce qu’elles sont des masses énormes qui se déplacent à très grande vitesse. Et pourtant, ces systèmes ne se comportaient pas de la façon attendue.
J’ai quitté l’astronomie parce que je l’aurais dû enseigner, je l’ai essayé pendant un certain temps et je ne l’ai pas aimé. Au fait je l’ai détesté. L’enseignement n’est pas mon truc. Cependant, l’astronomie me manque tous les jours.


I am so very happy to be in contact with you again, I hope I can see you in Paris sometime. I saw you had a picture of us as your Christmas card once and I loved it! Please keep in touch. If you ever want to talk, my number is xxxxxxxx. Much love to you, Christian

I got some very good news yesterday, NASA/JPL accepted me too be a Solar System Ambassador! It is a volunteer position, but it's still a difficult one to get. The best part is I will have access to the lead scientists for all the JPL missions to ask questions in preparation for talks I'll give. I'll get to meet a lot of people this way and who knows - it might lead to a job in the future. I'm very pleased."




Ici en Amazonie en 1987


Tony from the gift shop, me, Allen Jolley and photographer (can't remember his name just now, sorry). Photo taken by Barrie Moss.


Nias vers 1992.


1993 : Vanuatu, Mélanésie, dans le Sud-Ouest de l'océan Pacifique.




Feu à bord de l'Ocean Pearl en 1992 avec réflexions sur la liberté de presse en France, ici bafouée.
Voir page 33 pour le reportage complet.


Le luxueux paquebot français "Ocean Pearl" (Croisières Paquet) enchante l'Asie. Une croisière de 13 jours de Singapour à Bangkok en passant par Bali la mystérieuse.
Il règne un air de fête car, ce soir, aura lieu le cocktail de bienvenue.

La salle des machines est en feu, l'équipage essaie d'y déverser de l'eau par la cheminée.
PHOTOS : CHRISTIAN FOURNIER, TEXTE CHRISTIAN FOURNIER ET Dr NICOLE BORDES

Cet article (texte et photos) a été immédiatement acheté par Sipa Press, Paris, après faxage des photos et du texte depuis Jakarta. Les photos originales ont été envoyées par DHL deux heures plus tard. L'affaire était conclue. Sipa a retourné les photos 5 jours plus tard avec la mention : invendable. Ceci est absolument impensable en presse car l'article est alors trop vieux et inutilisable. Aucune autre explication, ni compensation. Deux ans plus tard, lors d'un dîner à bord du Club Med II lors de sa croisière inaugurale, j'ai appris par un membre du gouvernement que mon article était arrivé sur le bureau du premier ministre (Chirac à l'époque) et avait reçu un veto, car la compagnie maritime a été suffisamment.......... persuasive.............Cela veut dire qu'elle a "graissé la patte" de politiciens et que ces politiciens ont pu influencer une agence de presse française à ne pas faire paraître un article. Voilà pour la liberté de presse en France.


Mardi 12 février 1992, 15h30 : le luxueux paquebot français "Ocean Pearl" (Croisières Paquet) fait route vers Jakarta (Indonésie).
C’est une belle journée et la mer est calme.
Pour les 370 passagers à bord, ce sont les débuts de belles vacances de rêve : une croisière de 13 jours de Singapour à Bangkok en passant par Bali la mystérieuse. Il règne un air de fête car, ce soir, aura lieu le cocktail de bienvenue.
Soudain, le commandant en second Jeremy Kingston fait une annonce par le système de haut-parleurs du bateau ; le son de sa voix essoufflée et angoissée restera gravé à jamais dans l’esprit de beaucoup.
"Cette annonce ne concerne que l’équipage. Alerte à l’équipage, alerte à l’équipage. Equipe A à la salle des machines, équipe A à la salle des machines."

L’alarme est alors sonnée.
Une fumée noire et épaisse a déjà envahi les escaliers et les couloirs des ponts inférieurs. Les membres d’équipage sont à leur point de rassemblement en moins de cinq minutes ; Personne ne plaisante, il y a déjà eu une alerte lors de la croisière précédente. Peu de temps après, les passagers, la plupart munis de leur gilet de sauvetage, sont évacués sur les ponts extérieurs. A l’intérieur du bateau, la fumée s’épaissit. Mis à part les petites lampes de secours, il n’y a plus de lumière. Dans ce labyrinthe sombre et enfumé, les retardataires sont dirigés vers l’air libre. Une fois que les passagers sont sains et saufs sur les ponts et comptés, l’équipage est autorisé à se rendre près des canots de sauvetage.
Il n’y a pas de panique, mais des visages inquiets fixent la fumée noire qui s’échappe du milieu du bateau.
Des gilets de sauvetage sont distribués à ceux qui n’ont pas eu le temps de se rendre à leur cabine.
Les canots sont descendus à hauteur du pont, prêts pour l’évacuation. Chacun attend anxieusement. Une dame porte encore des bigoudis, une des coiffeuses tient un peigne à la main.
Plus bas, les mécaniciens et les pompiers luttent dans le noir contre le feu, la chaleur et la fumée. Tous savent que le feu est le plus grand danger pour un navire en mer : surtout s’il se déclare en dessous de la ligne de flottaison, ou se propage par les conduits d’aération ou s’il atteint les soutes de combustible.
Les commissaires de bord ont emporté tous les passeports et documents précieux dans des sacs poubelle, la responsable du casino transporte sur elle les fonds du casino et semble être enceinte.

Deux bateaux (de petits cargos) se détournent de leur route et convergent vers l’Ocean Pearl : les signaux de détresse ont bien été reçus.
L’époque du Titanic est révolue !
La fumée qui s’échappe du pont supérieur est impressionnante. Les canots de sauvetage sont prêts. Chacun craint que la prochaine annonce sera le signal : "abandonnez le navire". Mais, l’annonce suivante vient du Commandant Pierre Delery : marchant le long du pont supérieur, mégaphone en main, il explique que le système de haut-parleurs ne fonctionne plus. Il annonce que le feu est sous contrôle mais que chacun doit rester calmement à l’extérieur.

Des mécaniciens et des pompiers couverts de suie font leur apparition sur les ponts munis de lances d’incendie et commencent à déverser de l’eau autour et dans la cheminée afin de faire baisser la température qui règne dans la salle des machines. Les deux cargos s’éloignent et reprennent leur route après leur vigile silencieuse et rassurante.
Des annonces se succèdent : le feu est éteint mais personne n’est autorisé à rentrer à l’intérieur. La fumée prendra du temps à se dissiper car il n’y a plus de ventilation dans le bateau.
Chacun se détend maintenant. Des verres d’eau et des serviettes rafraîchissantes sont distribués. Plusieurs membres d’équipage reprennent leur travail : il faut prendre des décisions sur la suite des événements, préparer le dîner, nettoyer et surtout rétablir l’électricité, l’eau et la climatisation.
Il n’y a pas de victime (un homme s’est évanoui : angoisse et/ou chaleur). Pas de dégât dans le bateau : le feu a été confiné à la salle des machines où il a commencé. Vers 19h00, les passagers peuvent retourner à l’intérieur du bateau. La fumée s’est dissipée, seule reste l’odeur de brûlé.

L’électricité est rétablie mais il n’y a toujours pas d’eau et de circulation d’air.
Un buffet froid est servi au restaurant Orchidée et l’orchestre joue dans le salon Marco Polo. Une nuit chaude attend les passagers : l’air conditionné ne sera pas opérationnel avant le lendemain soir.
La plupart dormiront à la belle étoile sur les ponts.
Le bateau de croisière ne peut plus se déplacer de lui-même car ses moteurs sont fondus. I'Ocean Pearl" dérive donc toute la nuit au gré des flots. C'est très dangereux, mais les signaux de détresse ont bien été reçus, le lendemain, un autre bateau de croisière, le "Sea Princess", s'est détourné pour accueillir les passagers.
Le transfert se fera avec les chaloupes des deux navires.

Aline Bariola Pianegonda 2001 : "Bonjour Christian,
Contente que tu aies pu répondre à mon message
J'étais sur la Pearl d'Août 91 à février 92 quand le bateau a pris feu .
J'étais au service excursion et à l'époque je sortais avec le fils du commandant Kemp !!
Tu nous avais d'ailleurs fait des photos tous les deux et je me souviens que j'étais restée gênée car je suis passée à la boutique photo pour te les payer et que Richard les avait déjà prises ... sans payer !!!!
J'ai en effet des photos de toi (peut-être 2 ou 3) mais elles sont sur diapo ou négatifs et je voudrais les numériser petit à petit (je les donne à un photographe près de chez moi).
Après le Pearl, je suis partie sur le Mermoz où je ne me suis pas du tout plu (ambiance franco-française....!!)
 
J'ai navigué 8 ans sur les bateaux (sur Costa et notamment sur le Ponant en qualité de directrice de croisière).
Maintenant, je suis hôtesse de l'air à Air France .
Est-ce que tu te souviens de Birgit Martensen, qui est d'origine allemande et qui s'occupait des pax allemands (une blonde aux yeux bleus) ? elle était hôtesse de l'air chez Air Liberté et quand elle est venue sur le Pearl, elle était en disponibilité .
Maintenant et depuis 10 ans, elle est elle aussi chez Air France.
Ça serait marrant de comparer nos photos un de ces quatre !!
Moi, je suis à Paris, enfin en banlieue à Viry Châtillon dans l'Essonne .
Si tu veux , on pourrait se voir un jour pour prendre un café ou aller manger ensemble pour parler du Pearl ??
Et toi, quoi de neuf? marié ? des enfants ?

J'ai vu tes photos sur ton site et elles sont vraiment sympas .
Je te dis à bientôt
Aline"


Jeremy Kingston 2008 Email : jdkingston@hotmail.com
Message : "I read your article about the fire on-board Ocean Pearl in 1992. I was the Staff Captain on board at the time, and reading about it and seeing the pictures brought back a few memories. To be honest, I think that it was well written, and can understand your disappointment when the story was suppressed. Unsurprisingly, the Cruise Line conducted their own witch hunt and cover up, which was by no means objective.
I am somewhat surprised by some of the photographs, which were taken in areas which I would have thought you wouldn't have been able to access. My wife is somewhat bemused to see a couple of pictures of myself, suitably covered in smoke and grime.
I was wondering if it might be possible to obtain copies of the article & pictures you have from the Ocean Pearl, as the incident was a notable milestone in my career.
I am still working at sea, and have been in command of a succession of cruise ships for the last 12 years. I am currently the captain of a ship called "Explorer" which is operated by the Institute for Shipboard Education as a floating university. When not at sea, I reside in La Baule (44).
Best regards Jeremy Kingston".





Sans oublier l'indispensable flashmètre / posemètre.
Ici à Yaté, en Nouvelle Calédonie en 1993. On ne le voit pas, mais je mesure mon flash déporté, en lumière incidente. Comme la superficie de Yaté est de 1 356 km2 et que Yaté est complètement désert, et que je suis seul avec le mannequin, j'ai posé mon flash sur ma voiture. Puis j'ai mis mon appareil photo en déclenchement à retardement à la place du flash pour faire ce making of. C'est simple, non ?
A Yaté, il fait 50° C à l'ombre, et il n'y a pas d'ombre ! Un paysage à plus de 300 mètres de la voiture n'est pas photogénique !

Le Kodachrome, un mythe


Le Kodak tri X, un mythe.
Tri-X 400 is usually rated at ISO 400 when processed in standard developers and remains among the fastest black-and-white films today. Push processing Tri-X to a higher "exposure index" of EI 800 in a standard developer yields very good results, while further pushing to EI 1600 requires more sophisticated processing. A popular method for pushing Tri-X film is using highly diluted developers with little or no agitation and extended development times. This method which is referred to as "stand" or "semi-stand" development, can allow the film to be pushed to speeds up to EI 3200 or 6400.



Avec un petit coup de main de mes amis.


Haïti en 1984 pour les magazines "Simply Living" et "New Men".
Haïti est l'un des pays les plus pauvres du monde. les Haïtiens sont d'une gentillesse et d'une sincérité impressionnantes. Il y a là une leçon à prendre, nous les riches et arrogants





Voir le reportage complet.



En 1992, je fais des stages photo technique avec Dean Collins, grand maître de la nouvelle photo aux USA (San Francisco 1992)
et mode avec
Jean Paglioso (Santa Fe, 1992).
Toujours à l'affût des nouveautés, je ne rate aucune occasion d'améliorer mes prestations.


Grâce à son habilité à réduire des concepts compliqués en solutions réalisables, Dean Collins était le roi de l’enseignement de la photographie.




Séances photo : Helen, Michèle West, Karen, Petra Lindblad (top modèle photographiée aussi par Peter Lindbergh), Barbara. Je rencontrerai Peter Lindbergh plus tard, dans sa maison rue de Savoie à Paris, pour lui donner des cours d'introduction au numérique.

Jean Pagliuso a commencé sa carrière en photographie en 1969, une étoile montante dans le domaine de la photographie de mode. Sa carrière de 30 ans comme photographe de la mode s'élargissait pour inclure des collaborations avec le réalisateur Robert Altman, ainsi que Paramount Pictures, Universal Studios, Warner Brothers, 20th Century Fox, et Disney. Au milieu des années 90, elle a quitté son travail en publicité et en mode pour expérimenter des processus d'impression différents y compris la photogravure.



Pour info, je m'appelle Raphaël Christian Fournier, mais il y a des erreurs administratives partout.





Mon matériel photo terrestre perso de l'époque, vers 1986


Ces mots sont tellement vrais ...



John Puczkowski "Hi Christian. Thanks for the connect. You were a legend on Cruiseships! We all looked up to you as photographers!"



Yes sir, the gift shop girl was impressed.


Photographers: the only people who don't get arrested for flashing and exposing in public.




Patronly, prudish, old fashioned, proper, flirty, cheeky, provocative, asking for it, slut, whore. More ...
...More... in the darkroom..

The darkroom. A very great place indeed.
On a une belle vue sur la tireuse et à gauche le système à développer les films 35mm, dit "dip and dunk": jusqu'à 36 films sont enroulés, dans le noir complet, sur des spirales métalliques qui sont encastrées sur une armature. On plonge cette armature dans les différents bains C41 maintenus à température constante grâce à une circulation d'eau.





From April 30 to May 7, "adventuresome couples" would embark from Miami on the Paquet French Cruises 25,000-ton S/S. Rhapsody for ports in Jamaica, Grand Cayman and Mexico. The Brochure promises "monokini sunbathing in an area set aside just for us" (the swingers expect to fill 20 cabins -- assuming double occupancy, that would be limited to about 40 passengers on a vessel with a full capacity of 850).


We had a porno cruise, a gay cruise, and the Playboy shoot for the Playmate August 1984.








Pam in Malibu in 1987.




Remerciement à David Macey de m'avoir permis de participer à ce shoot Playboy. Merci à la Playmate Susan Schott.
Voir aussi la page 31 la suite sur les croisières


J'invente les "Portraits formels" voir page 35.


Propriété intellectuelle Copyright 2018 Christian Fournier.
Tous droits réservés. L’ensemble des textes, photographies, graphes, fichiers son, fichiers vidéo et fichiers animation fait l’objet d’une protection au titre du droit de la propriété littéraire et artistique et en vertu d’autres lois sur la protection de la propriété intellectuelle. Leur reproduction, leur modification et leur utilisation sur d’autres sites web sont interdites.


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 Table des matières