Bio Christian Fournier © 2018

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 Table des matières


Page 30 : Je me prends, en rigolant bien, pour James Bond, Nicolas Hulot,
Sebastiäo Salgado
, Yann Arthus-Bertrand, Raymond Depardon, etc.

C'est une page pour rire un peu, mais si vous allez jusqu'en bas, vous découvrirez un bon échantillonnage de la culture photographique mondiale.

PS 1 :
Mon site en anglais s'appelle famousphotographer.com

PS 2 : Toutes les photos ont été prises par Christian Fournier !


Salgado saurait - il faire des mariages ? Depardon des objets en studio ? Robert Capa des photos de mode ?

Je dis : "Se cantonner à un seul sujet, à un seul style est, certes,
la clef de la réussite de nombreux photographes célèbres mais est une offense à l'ouverture d'esprit et à la créativité"

Bon, je dis ça car je fais de tout. Je suis un photographe d'exception pour tout !


« N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès.
Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. » Albert Einstein



Pour vous motiver à aller jusqu'au bout de cette page, vous y trouverez vers la fin,
le meilleur conseil photographique jamais exprimé. Je l'affirme haut et long.


Je me prends pour Indiana Jones

Je me prends pour James Bond

Je me prends pour Nicolas Hulot
J'ai photographié Nicolas Hulot à la conférence pour une gouvernance colomondiale en 2007.

Nicolas Hulot est né le 30 avril 1955 à Lille, est un journaliste-reporter, animateur-producteur de télévision et écrivain français.
À la suite de la renommée de son émission télévisée Ushuaïa, il s'engage plus avant dans la protection de l'environnement
et la sensibilisation du grand public sur les questions écologiques.
Je me prends pour Geronimo
Je me prends pour Alexis Grüss
J'ai photographié Alexis Grüss dans les années 2000

Directeur de cirque dès l’âge de 27 ans, c’est à 30 ans, qu’avec la collaboration de la comédienne Silvia Monfort, Alexis Gruss crée en 1974 le Cirque à l’Ancienne pour fêter le bicentenaire de l’arrivée à Paris de Philip Astley, l’inventeur du cirque.
Le Cirque à l’Ancienne Alexis Gruss a été élevé, en 1982, au statut de Cirque National.
Alexis Gruss, Maître Ecuyer internationalement reconnu, est un artiste aux talents multiples : clown (blanc) il a été, entre autres, partenaire de son père, le célèbre auguste Dédé Gruss.
Musicien, c’est un saxophoniste qui dans « Ellipse » se produit en grande formation, avec sa femme Gipsy à l’accordéon, leurs fils (Stephan à la trompette, Firmin au trombone), leurs petits-fils (Alexandre à la guitare, Charles à la batterie, Louis à l’ocarina, Joseph à la trompette) et leur beau-fils (Tony Florees à la trompette).
Grand Prix National du Cirque, Prix Oscar Carré du Cirque à Amsterdam, titulaire du Trophée Epona d’Or, Alexis Gruss est aussi Clown d’Or du Festival international du cirque de Monte-Carlo.
Je me prends pour John Wayne

Ici avec Frédérique Gorsky, à Las Vegas en 2013.
A 61 ans, 2015, je me prends pour le Tarzan des temps modernes


Le Yéti mâle de 61 ans, Christianus Fournierus, en voie de disparition, à 100 km/heure à l'heure au-dessus de la canopée.
Près du volcan Arenal au Costa Rica en Avril 2015. Photo par Frédérique Gorsky. Nikon D4,mode rafale haute vitesse 24 images par secondes, autofocus, reconnaissance de visage, focus tracking.


Je me prends pour Sebastiäo Salgado


18 Janvier 2014 : J'assiste à l'exposition GENESIS de SEBASTIÃO SALGADO à la MAISON EUROPÉENNE DE LA PHOTOGRAPHIE
Deux heures de queue, mais cela en valait vraiment la peine.


Sebastião Ribeiro Salgado est un photographe brésilien humaniste travaillant principalement en argentique noir et blanc.
En 1973, commence à s’intéresser à la photographie, en autodidacte. Il intègre successivement les agences photographiques Sygma (1974-1975), Gamma (1975-1979) et Magnum (1979-1994).
En 1994, il crée à Paris l'agence de presse photos Amazonas Images avec sa femme Lélia Wanick Salgado.
Salgado choisit lui-même ses projets aux quatre coins du Brésil : il travaille toujours en noir et blanc et observe la vie de ceux qui vivent et qui travaillent dans des conditions difficiles : migrants, mineurs, victimes de la famine… Un de ses reportages les plus renommés, intitulé La Mine d'or de Serra Pelada, porte sur le quotidien dans une mine d’or au Brésil, reportage dans lequel il parvient à décrire les conditions de travail auxquelles les mineurs sont soumis.
Il est nommé représentant spécial de l’UNICEF en 2001.
Dans l'introduction d'Exodes, il écrit : « Plus que jamais, je sens que la race humaine est une. Au-delà des différences de couleur, de langue, de culture et de possibilités, les sentiments et les réactions de chacun sont identiques. Les gens fuient les guerres pour échapper à la mort ; ils émigrent pour améliorer leur sort ; ils se forgent de nouvelles existences dans des pays étrangers : ils s'adaptent aux pires situations… ».
Cependant, depuis le début des années 2000, des journaux (dont le New York Times) et l'écrivain Susan Sontag critiquent les photographies de Salgado. Le photographe est accusé d'utiliser de manière cynique et commerciale la misère humaine, de rendre belles les situations dramatiques qu'il saisit au risque de leur faire perdre leur authenticité. Sontag s'interroge sur « l'inauthenticité du beau » dans l'œuvre de Salgado.
Dans le domaine familial de Bulcão qu'il possède près d'Aimorès au Brésil, avec sa femme Lélia Deluiz Wanick Salgado, il a rendu à la nature et reboisé près de 700 ha de terres épuisées par des années d'exploitation. Ils ont pour cela créé en avril 1998 l'ONG « Instituto Terra », qui a trouvé des financements pour élever et planter près de 4 millions d'arbres. L'institut propose également des programmes de sensibilisation et d'éducation à l'environnement.
En 2014, Wim Wenders et le fils du photographe, Juliano Ribeiro Salgado ont réalisé un documentaire sur le travail de Sebastião Salgado, Le Sel de la Terre (The Salt of the Earth) qui a reçu le prix spécial Un Certain Regard au festival de Cannes 2014.
En 2016, Sebastião Salgado se met au service de la liberté de la presse en offrant à l'association Reporters sans frontières (RSF) une anthologie de ses 100 plus belles photos en noir et blanc. Ainsi, le premier numéro de l'année de l'album de RSF, "100 photos pour la liberté de la presse", contient un portfolio sur l'œuvre de Salgado, avec une préface d'Irina Bokova, la Directrice générale de l'UNESCO.
Encore en 2016, il réalise en noir et blanc une série de portraits de membres de la tribu indigène Ashaninka, dont il tire un calendrier. Il photographie notamment la famille du leader indigène Benki Piyãko.
Salgado est connu pour ses travaux en argentique noir et blanc (notamment avec les pellicules Tri-X et T-Max P3200 de Kodak) en utilisant un appareil moyen format Pentax 645.
Actuellement son processus de travail est un mélange d'argentique et de numérique. Il réalise les prises de vue en numérique avec un appareil Pentax 645D (en). Salgado ne souhaite pas regarder ses photos sur un écran. Les fichiers numériques sont tirés sous forme de planche-contact afin de réaliser le choix des photos à tirer sur papier (editing). Les photos numériques sélectionnées sont ensuite traitées avec le logiciel DXO filmpack qui permet de rajouter du "grain" argentique correspondant aux films Tri-X ou T-Max P3200. Une fois modifiées ces images numériques sont transférées sur un internégatif (pellicule argentique sans grain) qui permet au tireur de réaliser des tirages argentiques sous agrandisseur sur papier baryté argentique.
On peut dire que Salgado a mis au point un processus « hybride » argentique/numérique économiquement plus viable que le « tout argentique ».

J'ai photographié la conférence de Sebastião Salgado au Salon de la Photo à Paris le 10 novembre 2017.

Depuis 1973, il a été mon héros photographe.

Je me prends pour Yann Arthus-Bertrand

Yann Arthus Bertrand et Christian Fournier dans le studio de Yann Arthus en 1999.
14 novembre 2014 : Rencontre avec Yann Arthus-Bertrand au Salon de la Photo

Je me prends pour Raymond Depardon

13 octobre 2016 : Rencontre avec Raymond Depardon pour la sortie de son film "Les Habitants". Merci à William pour la photo.

J'ai rencontré Raymond Depardon en 1994 lors de la création de l'Atelier Fournier-Schneck. Antoine Schneck et moi-même louions un garage comme studio photo, dans la cour de Raymond, Rue Henri Barbusse, 75013.

Raymond Depardon est un photographe, réalisateur, journaliste et scénariste français. Considéré comme l'un des maîtres du film documentaire, il a créé l'agence photographique Gamma en 1966 et est membre de Magnum Photos depuis 1979.
Je me prends pour Soazig de La Moissonière,
la photographe du Président Macron en 2017.

J'ai ajouté Donald Trump au fond, comme satire.
J'ai photographié Emmanuel Macron, Ministre de l'Economie, le 8 Octobre 2014, pour Renault, dans la nouvelle Renault Espace 5 dévoilée au Mondial de l'Automobile 2014.
Sous la pluie, à la sortie de la navette fluviale, pour se rendre au conseil des ministres.
Je me prends pour l'agence Vandystadt.

2 juillet 2011 : Taïg Khris bat le record du monde de saut en roller au Sacré-Coeur. Photo faite avec un Nikon D4 en mode rafale de 24 images / secondes

L'Agence française de photographies sportives "Regards du Sport - Vandystadt" (2005), est l'Agence des photographes de sport français Gérard Vandystadt, Christian Petit, Alexandre Vandystadt, Daniel Castets... et de + de 50 Auteurs-photographes français et étrangers spécialistes du sport.

Je me prends pour le magazine "Rolling Stones".
Ici Lenny Kravitz en Concert à Bercy
Rolling Stone est un magazine bimensuel américain sur la pop culture mais à dominante musicale, créé à San Francisco en 1967 par Jann Wenner et par le critique de musique Ralph J. Gleason. Wenner était en 2008 l'éditeur du magazine.
Le titre est aujourd'hui publié dans dix-huit pays, dont la Chine, l'Inde et la Russie.
L'édition en langue française a été lancée par Lionel Rotcage, ancien journaliste à Libération ; le no 1 est daté de janvier-février 1988.
Je me prends pour David Doubilet

David Doubilet (born November 28, 1946) is a well known underwater photographer, known primarily for his work published in National Geographic Magazine.
He was born in New York City and started taking photos underwater at the young age of 12. He started with a Brownie Hawkeye in a rubber anesthesiologist's bag to keep the water out of the camera. During his summer holidays, he spent his time along the New Jersey coast in Long Branch, later residing in the city's Elberon section. He later worked as a diver and photographer for the Sandy Hook Marine Laboratories in New Jersey.
He also spent much time in the Caribbean. While a dive instructor in the Bahamas, he found his motivation to capture the beauty of the sea and everything in it.

Je me prends pour le studio Harcourt

Le studio Harcourt est un studio photographique fondé en 1934 à Paris par la photographe Germaine Hirschfeld (dite Cosette Harcourt), Robert Ricci et les frères Jacques et Jean Lacroix. Il est particulièrement connu pour ses portraits en noir et blanc de stars de cinéma et de personnalités, ainsi que d'anonymes.
Situé au 6 rue de Lota dans le 16e arrondissement de Paris, il est détenteur du label « Entreprise du patrimoine vivant » pour son savoir-faire artisanal et industriel d’excellence, au même titre que Baccarat, Boucheron, Chanel, l'Eau de mélisse des Carmes Boyer, Hermès, le Plaza Athénée ou les chantiers navals de Cassis, Marseille et Sanary-sur-Mer.

Je me prends pour National Geographic


J'ai fait cette photo à Jaisalmer, Rajasthan, Inde, à 100 km de la frontière du Pakistan, en février 2007.

I shoot this in Jaisalmer, Rajasthan, India, 65 miles from Pakistan, in February 2007.
Fan: Splendid. Such a touching subject, the child mother with the baby and the chiaroscuro playing in the back. Excellent photograph.
National Geographic est un magazine mensuel publié par la National Geographic Society, une société américaine. Il est immédiatement identifiable grâce au cadre jaune de sa couverture.
Le premier numéro américain a été publié en 1888. L’édition française du National Geographic existe depuis 1999.
Ses thématiques sont la géographie, les sciences, l’histoire, la culture, la photographie, la vie animale, la protection des espèces menacées ou encore l’archéologie. Des cartes en supplément accompagnent parfois certains numéros. Occasionnellement, des hors-séries sont publiés. La version française est publiée par le groupe de presse Prisma Presse. Son rédacteur en chef est Jean-Pierre Vrignaud, qui a succédé à François Marot en octobre 2013.
National Geographic est décliné dans trente-trois éditions étrangères, qui touchent chaque mois plus de quarante millions de lecteurs. En 2007, 2008 et 2010, l’édition américaine du magazine a remporté le prix d’excellence de l’American Society of Magazine Editors. En 2013, National Geographic reçoit le Prix du meilleur magazine au Pictures of the Year International (POYi).
J'ai photographié en juillet 2013, Robert Clark, photographe au National Geographic.
Based in New York City, Robert Clark is a freelance photographer known for his innovation. He works with some of the world's leading magazines and publishing houses and on cutting-edge advertising campaigns.
Clark's work has won numerous awards. His coverage of the attack on the World Trade Center, witnessed from his rooftop in the Williamsburg section of Brooklyn, was recognized at the World Press Photo awards in Amsterdam. He also received a National Magazine Award for "Best Essay" for his National Geographic cover article, "Was Darwin Wrong?"
His photographs have graced some 40 book covers and more than a dozen National Geographic covers. His work has appeared in numerous publications, including Time, Sports Illustrated, GEO, Vanity Fair, Stern, and Der Spiegel.
Currently involved in a variety of projects, Clark continues his association with National Geographic and is working on a book documenting the birth of the science of evolution. He lives in Brooklyn, New York, with his wife, Lai Ling.
29 juillet 2017 : Je visite "La légende National Geographic" au jardin des Plantes.


Je me prends pour Green Peace.
25 février 2018 : Lors d'une randonnée dans la Forêt de Meudon, près de Paris, Frédérique Gorsky, moi-même et un petit groupe de promeneurs, ont remarqué un immense filet de pêche qui traversait entièrement l'étang de Trivaux. Un brochet se débattait au milieu. Cette pêche, du braconnage, du pillage illégal de poissons dans les cours d’eau­, est interdite, car elle met en péril les 38 espèces de poissons, plus des dizaines d'oiseaux et de batraciens, présentes en Ile-de-France. Nous avons hissé le filet jusqu'à la berge, libéré le poisson en coupant les mailles en nylon avec mon couteau suisse, et remis le brochet à l'eau. Il est apparu presque mort pendant les premières minutes, puis a nagé vers le large. Je vais envoyer mes photos à l'ONF (Office National des Forêts) et à l’AAPPMA (Association Agréée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique) si cela peut aider.





Je me prends pour Reza
Reza Deghati
17 Janvier 2014 :
Je photographie la remise du prix photographique international Lucas Dolega à Majid Saeedi à l'Hôtel de Ville de Paris,
en partenariat avec Nikon, Reporter Sans Frontière, Polka Magazine, l'Atelier Label Image, l'Union des photographes Professionnels, FreeLens et Zanzibar,
en présence de Pierre Schapira, adjoint au maire de Paris, Reza Deghati photographe iranien internationalement reconnu.




'The eyes are the windows of the soul' "I have always considered my camera to be a companion of my thoughts, an extension of my gaze, of my visual intention, my creativity, my solitude, my rebellions, my wonder, my sorrows, and my greatest joys. An extension of myself, if you will. This magical object is a tool that has the power to freeze a moment for eternity. For the last forty years, I have tried to cultivate an attitude that attempts to make my camera a confident of the people I photograph, who themselves are ready to entrust it with a share of their soul as seen through their eyes. It does not matter whether they are kings and queens, or peasants and beggars. Throughout the years, I feel the trust they grant me has increased. I am no longer merely taking a picture – these people encountered in moments of struggle or glory are offering me one. In April, I shared their gazes upon the world through exhibitions, and have pursued editorial projects and workshops on the language of images which has enabled me to reveal to the world the destinies of all those whose paths I have crossed." REZA.

Le 30 novembre 2014 : Je photographie l'expo Reza au Petit Palais.
Je me prends pour Jean-Marie Périer.

Jean Marie Périer (Jean-Marie Pillu de son vrai nom) est le photographe des stars par excellence. Il a côtoyé et immortalisé les plus grands, des Rolling Stones aux Beatles, en passant par Bob Dylan et Eddy Mitchell. Il a notamment acquis cette notoriété en travaillant pour Salut les copains dans les années 1960.
Aujourd'hui, il travaille notamment avec les magazines Paris Match, Le Figaro Magazine et Elle.

31 mars 2015 : je photographie Charlize Theron au Gaumont Opéra pour l'avant première du film Dark Places

Charlize Theron, est une actrice et ancienne mannequin sud-afro-américaine. Elle acquiert le statut d'héroïne nationale dans son pays natal pour avoir remporté l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans Monster en 2003.

La liste des célébrités que j'ai photographiées :
Iris Mittenaere Miss Univers 2017, Jean Jacques Annaud, Yves Corbassiere, Francois Morel, Olivier de Kersauson, Laetitia Casta, Jean Baptiste Mondino, Abbe Pierre, Frederic Beigbeder, Adriana Karembeu, Yann Artus Bertrand, Jean Paul Gaultier, Remy Poinot, Paul Newman, Peter Beard, Genevieve De Fontenay, Jean Pierre Castaldi, Jean Claude Dreyfus, Henri Salvador, Karl Laerfeld, Tiki Olgado, Grace Jones, Rufus, Mareva Galanter, Bernard Werber, Claude Montana, Cyrielle Claire, Alexandre Devoise, Alexandre Barthet, Daniele Gilbert, Bruno Lochet, Emmanuelle Seigner, General Morillon, George Pernoud, Gilles de Gennes, Sonia Roland, Francis Mer, Guy Lux, Guy Marchand, Ines Sastre, Inna Zobova, Sabine Crossen, Cesar, Isaac Stern, La Boule, Carole Bouquet, Barbara Schulz, Laurent Rouquier, Laurent Gerra, Loana, Steevy Boulay, Loic Perron, Lolita Lempika, Louis Le Prince Ringuer, Lucien Clergue, Magloire Delcros Varaud, Marc Autheman, Marcel Desailly, Maria de Mederios, Marie Christine Marek, Michel Leb, Mme Genevieve De Fontenay, Christian De Duve, Annie Cordy, Francois de Clauset, Regine, Anouk Aimee, Nicolas Sachy, jean Pierre Papin, Elodie Gossuin, Cendrine Dominguez, Christian Blachas, Gerard Depardieu, Jean Michel Jarre, Lionel Jospin, Kenzo Takada, Marie Christine Powel, Maurice Andre, Jacques Chirac, Pascal Morabito, Pierre Mesmer, Jean Reno, Stephane Berne, Stephane Hessel, Dominique Strauss Kahn, DSK, Willy Ronis, Gerard Holtz, Alexis Gruss, Frederic Diefenthal, Sylvain Marconnet, Tiberi, Yves Raignier, Michel Hidalgo, Jean Luc Reichmann, Claude Lelouche, Amelie Mauresmo, Laurence Parisot, Didier Breton, Robert Hu, Maurice Herzog, Didier Deschamps, Jean Claude Trichet, Jerome Darran, Nicolas Cantelou, Gustave Parking, Nicolas Hulot, Gerard Jugnot, Yannick Noah, James Galway, Charlie Oleg, Frederique Bel, Jimmy Carter, Eddy Barclay, Olivia Adriaco, Agnes Boulard, Vincent Mac Doom, Viviane Blassel, Dean Collins, Helena Noguerra, Jean Louis Caffier, Robert Hu, le pere Fouras, Fort Boyard, Pierre Cardin, Jean Charles de Castelbajac, Dominique Perben, Ines de la Fressange, Mouna Ayoud, Jean Tiberi, Michel Hidalgo, Amanda Lear, Didier Deschamp, Alexis Gruss, Gerard Holtz, Emanuel Ungaro, Cendrine Dominguez, Jean Marc Sylvestre, Gerard Jugnot, Marc Autheman, Agnes Varda, Alain Rey, Alessandra Sublet, Alex Jaffrey, Alex Lutz, Alexandra Bronckaers, Alexandra Lamy, Alexandra Stewart, Alexandre Barthet, Alexandre Jardin, Amandine Bourgeois, Anais Delva, Andre Bercoff, Anna Wintour, Araceli Gonzalez, Arnaud Montebourg, Ary Abittan, Audrey Azoulay, Audrey Lamy, Augustin Trapenard, Alison Wheeler, Aure Atika, Aurelie Konate, Axelle Laffont, Behati Prinsloo, Tommy Hilfiger, Dee Hilfiger, Olivia Palermo, Johannes Huebl, Bernadette Chirac, Bernard Kouchner, Bernard Montiel, Bettina Rheims, Linda Hardy Miss France 1992, Camille Cottin, Camille Rowe, Capucine Anav, Caroline Roux, Catherine Deneuve, Frederic Mitterrand, Cedric Klapisch, Charlize Theron, Chiara Ferragni, Christelle Reboul, Christian Amatore, Christian Chabrol, Christina Pitanguy, Christine Ockrent, Christopher Lloyd, Claude Allegre, Claudia Cardinale, Clovis Cornillac, Cyrille Eldin, Pierre Moscivici, Damien Thevenot, Dana Delany, Daniel Constantini, Daniel Herrero, Daniela Lumbroso, Eric Ghebali, Daria Strokous, Darren Day, Suzanne Shaw, David Douillet, Deborah Francois, Didier Flamand, Disco Bitch, Dominique Chapatte, Edouard Montoute, Claude Perron, Elena Gordon, Elena Perminova, Elie Semoun, la reine Elisabeth II, Elodie Bouchez, Emmanuel Macron, Fabienne Carat, Francis Ford Coppola, Florence Arthaud, Franck Gastambide, Adrianna Gradziel, Franck Leboeuf, Franck Provost, Francois Hollande, Fleur Pellerin, Francois Xavier Demaison, Anne Marivin, Françoise Laborde, Elodie Gossuin Miss France 2001, Valerie Pecresse, Wendy Bouchard, Fred Testot, Frederic Bouraly, Frederic Lefebvre, Frigide Barjot, Gad Elmaleh, Philippe Noiret, Gerald Dahan, Gil Alma, Aminata Savadogo, Gil Alma, Gilles Dauphine, Frederic Suhit, Jean Gabriel Pierre, Gilles Grapinet, Thierry Breton, Gilles Lellouche, Giovanna Meneghel, Giuliano Peparini, Wise Fools, Gregory Cuilleron, Guilaume Durand, Harlan Coben, Helena Bordon, Helena Perminova, Heloise Letissier, Henry Giscard D Estaing, Herbie Hancock, Hermine, Hiara Ferragni, Hubert Reeves, Hugh Jackman, Igor, Grichka Bogdanoff, Ines de Dinechin, Inna Segal, Isabelle Alonso, Jacques Legros, Jacques Martin, Isabelle Aubray, Jane Birkin, Jean Dell, Carole Richert, Jean Francois Derec, Jean Louis Caffier, Jean Paul Agon, Conchita Wurst, Jean Paul Huchon, Jean Pierre Meyers, Irina Bokova, Jessie J, John Malkovich, Jonathan Lambert, Joyy, Juan Bagration Mukhransky y Ulloa, Julie de Bona, Renaud Leymans, Mathilde Lebrequier, Sophie Mounicot, Dounia Coesens, Julie Hantson, Pascal Obispo, Laury Thilleman Miss France 2011, Line Renaud, Pierre Berger, Julien Clerc, Karima Charni, Hedia Charni, Keith Jarett, Vladimir Ashenazy, Koichiro Matsuura, Kristina Bazan, Kristine Dzidziguri, Laeticia Fourcade, Lala Rudge, Lance Amstrong, Laura Haddock, Laurence Arne, Prince Salman Bin Abdulaziz Al-Saoud, Leelee Sobieski, Lenny Kravitz, Leonard Cohen, Les freres Taloche, Liliane de Bettencourt, Lilou Fogli, Jean Claude Gaysseau, Loana Petrucciani, Lorie Pester, Lou Lesage, Lucie Lucas, M Matthieu Chedid, Mac Lesggy, Mademoiselle Agnes, Manu Payet, Manuel Walls, Marc Galliet, Marc Jolivet, Marc Emmanuel Dufour, Maria Sharapova, Sylvie Tellier Miss France 2002, Mariah Carey, Marie Ange Casta, Marie-Ange Nardi, Marie Claire Pauwels, Marie Josee Croze, Marisa Berenson, Mathilde Seigner, Maurice Levy, Melanie Bernier, Melanie DouteyAlain Doutey, Michel Cymes, Michel Jazzi, Michel Leeb, Michel Edouard Leclerc, Michele Alliot, Miroslava Duma, Mouna Ayoud, Nagui, Natalia Vodianova, Ni Ni, Nicky Byrne, Nicolas Beytout, Nicolas Duvauchelle, Nicolas Saada, Odile Vuillemin, Oliver Merle, Olivia Adriaco, Olivia Palermo, Johannes Hueb, Olivia Palermo, Olivier Saladin, Ophelie Meunier, Ora-ito, Pascal Bataille, Paul Loup Sulitzer, Pauline Lefevre, Thierry Lhermitte, Pascale Louange, Richard Berry, Daniel Auteuil, Philippe Etchebest, Philippe Lellouche, Philippe Martinez, Baptiste Talbot, Philppe Labro, Pierre Etaix, Pierre Richard, Pierre William Glenn, Popeck, Raphael Ferret, Sophie de Furst, Raphael Mezrahi, Renan Luce, Reza Deghati, Robert Clark, Robert Hossein, Romain Migdalski, Rony Willis, Roselyne Bachelot, Rosie Huntington Whitele, Sabine Crossen, Sandrine Domingez, Sebastien Folin, Sebastien Hurtaud, Serena Williams, Serge Papin, Sevrine Ferrer, Sheila, Shirley Bousquet, Sigourney Weaver, Sophie Brafmann, Sophie Mounicot, Stone, Susana, Thomas Thevenoud, Tikki Olgado, Tomer Sisley, Tommy Hilfiger, Tonie Marshall, Uderzo, Ulyana Sergeenko, Ursula Andress, Usain Bold, Valerie Giscard d Estaing, Vincent Clerc, Vincent Mac Doom, Virginie Efira, Virginie Ledoyen, Wendy Bouchard, Yoann Freget, Yves Lecoq, Zinedine Soualem, Arthur Edwards, Bertrand Delanoë, Caroline Bal, Bernadette Chirac, Eric Colmet Daage, Louis Stettner, Luc Ferry, Masatami Takimoto, Pierre Gadonneix, Tex, Uwe Ommer, Ludovic Torbey, Véronique et Valérie Masson, Rama Yade, Serge Lepeltier, Eric-Emmanuel Schmitt, etc.
Je me prends pour l'astronaute Thomas Pesquet

L'odyssée de l'espace 2025 : La NASA promet "des preuves irréfutables" d'une vie extraterrestre en 2025.
De gauche à droite : Kepler 452b2015 l'exoplanète, Le Space Shuttle, le cowboy de l'espace Christian Fournier, la CFSS (Chris Fournier Space Station).

Frédérique et moi-même irons au décollage de la fusée Atlas V 401, en route vers la planète Mars, en Californie en mai 2018 ! Et nos noms seront gravés sur une plaque déposée sur Mars !


Je me prends pour Superman.




Je me prends pour un extraterrestre.



Je me prends pour un polyglotte.

Yes, je suis bilingue Français - Anglais.
Je me prends pour Patrick Demarchelier


J'ai photographié l'expo de Demarchelier, "expo lumières" au Petit Palais le 27 décembre 2008.
Je me prends pour Rony Willis.

J'ai photographié Rony Willis chez lui en 1998

Willy Ronis, né le 14 août 1910 à Paris et mort le 11 septembre 2009 à l'hôpital Tenon (20e arrondissement) à Paris, est un photographe français, lauréat du Grand Prix national de la photographie en 1979, et du prix Nadar en 1981.
Il est l’un des représentants les plus importants de la photographie humaniste française avec également Édouard Boubat, Jean-Philippe Charbonnier, Robert Doisneau, Izis et Sabine Weiss. Il définit l'école humaniste comme « le regard du photographe qui aime l'être humain ».

Je me prends pour Henry Cartier Bresson

02 mars 2014 : J'assiste à Henri Cartier-Bresson, l'exposition phénomène au Centre Pompidou.

Dix ans seulement après sa disparition, plus de cinq cents photographies et documents personnels sont réunis pour rendre compte du parcours et de toutes les réalisations de "l'Oeil du XXe siècle".
Deux heures de queue, mais cela vaut la peine


Je me prends pour Robert Doineau.

Robert Doisneau, né le 14 avril 1912 à Gentilly, et mort le 1er avril 1994 à Montrouge, est un photographe français, parmi les plus populaires après-guerre.
Il fut, aux côtés de Willy Ronis, d'Édouard Boubat, d'Izis et d'Émile Savitry l'un des principaux représentants du courant de la photographie humaniste française.

Je me prends pour Robert Capa.


Robert Capa — pseudonyme d'Endre Ernő Friedmann — né le 22 octobre 1913 à Budapest et mort le 25 mai 1954 en Indochine, est un photographe et correspondant de guerre hongrois.
Il a couvert les plus grands conflits de son époque et est l'un des fondateurs de la coopérative photographique Magnum, première de ce genre à voir le jour.

Je me prends pour Edmund Hillary

Ici, au somment de la JungFrau, avec Frédérique Gorsky

Edmund Hillary et le sherpa Tensing Norgay sont les premiers hommes à avoir gravi l'Everest, le 29 mai 1953
 
Je me prends pour Al Capone.
Alphonse Gabriel Capone, dit Al Capone, né à Brooklyn le 17 janvier 1899 et mort à Miami Beach le 25 janvier 1947, est un des plus célèbres gangsters américains du XXᵉ siècle
 
Je me prends pour Lucien Clergue.
J'ai photographié Lucien Clergue en 1999.
Depuis mes 20 ans, ses livres "La Camargue" et "Née de la vague" m'ont beaucoup impressionnés
Le 28 novembre 2015 : Je photographie l'expo Lucien Clergue au Grand Palais

Lucien Clergue, né le 14 août 1934 à Arles et mort le 15 novembre 2014 à Nîmes, est un photographe français.
En 1949, il apprend les rudiments de la photographie. En 1953, lors d'une corrida aux arènes d'Arles, il force le destin en mettant ses photos sous le nez de Pablo Picasso. Celui-ci est subjugué et demande à en voir d'autres. Pendant un an et demi, le jeune Clergue travaille dans le but d'envoyer des photos à Picasso et de nourrir sa curiosité.
C'est durant cette période que parallèlement aux « charognes », il crée la série des « Saltimbanques » ou « La grande récréation ».
Le 4 novembre 1955, pour la première fois, Lucien Clergue se rend à Cannes chez Picasso qui le reçoit à bras ouverts. Leur amitié durera près de trente ans, jusqu'à la mort du Maître en 1973. Le livre Picasso mon ami (Éditions Plume) retrace les moments importants de leur relation.
Les Baux-de-Provence, Rencontres d'Arles, en 1975. Dès 1968, il fonde avec son ami Jean-Maurice Rouquette, conservateur des Musées d'Arles et l'écrivain Michel Tournier les premiers éléments des Rencontres Internationales de la Photographie qui deviendront les Rencontres d'Arles et se tiennent chaque année à Arles au mois de juillet. Il invite à Arles les photographes les plus célèbres des États-Unis (Ansel Adams, André Kertesz, Robert Mapplethorpe…), du Japon (Eikoh Hosoe)… Ils donneront les premiers « atelier de photo » à Arles.
Lucien Clergue a œuvré sans cesse pour la reconnaissance de la photographie comme un art à part entière au même titre que la peinture la gravure ou la sculpture. Il y parviendra en l'inscrivant en tant que telle au Ministère de la Culture, puis en contribuant à la création de l'École Nationale Supérieure de la Photographie à Arles en 1982.
Lucien Clergue est certainement le seul autodidacte en France à être reçu Docteur en Photographie à l’Université de Provence, Marseille, en 1979. Sa thèse publiée sous le titre Langage des sables ne comporte aucun mot mais des images, c'est l'écriture avec la lumière, elle sera préfacée par Roland Barthes.
Il est régulièrement invité dans les plus grandes universités étrangères telles que Harvard et donne de nombreuses conférences à l’étranger.
Lucien Clergue en janvier 2013 à Luxembourg (photo François Besch). La ville d'Arles lui consacre en 2007 une très importante rétrospective à travers 360 photographies datées de 1953 à 2007. Il est exposé aux Rencontres d'Arles de 1971 à 1973, en 1975, 1979, de 1982 à 1986, en 1989, 1991, 1993, 1994, 2000, 2003 et 2007 et en 2014 pour ses 80 ans .
Ses œuvres figurent dans les collections de nombreux musées français et étrangers et chez des collectionneurs privés. Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 2003 et est élu membre de l'Académie des Beaux-Arts de l'Institut de France, le 31 mai 2006, à l'occasion de la création d'une nouvelle section consacrée à la photographie (no VIII).
Sa réception sous la coupole a eu lieu le 10 octobre 2007. Titulaire du premier fauteuil dédié à la photographie, Lucien Clergue a retracé dans son discours l'histoire de la photographie.
Je me prends pour Uwe Ommer.

Le 18 juin 2017 : Nu artistique avec Uwe Ommer dans le cadre du Forum Pro-Images au Studio Cyclone.

Uwe Ommer, né en Allemagne en 1943 est un photographe de mode et de publicité. Il vit en France depuis 1964.
Il travaille depuis les années 1970 pour de grandes marques comme Charles Jourdan, Martini Osvaldo, Ungaro, Kodak ou
Pirelli… et est aussi un infatigable voyageur qui multiplie les projets autour de ses deux sujets de prédilection, la beauté féminine et la famille, à travers le monde entier.
Il a publié de nombreux ouvrages et exposé sur tous les continents.
Il est collaborateur occasionnel du Studio Harcourt

La passion de la photographie s'empare d'Uwe Ommer dès qu’il reçoit, à l’âge de 16 ans, son premier appareil photo.
À 20 ans il s’installe à Paris, devient l’assistant de Jean-Pierre Ronzel (photographe publicitaire renommé et maître de la photographie grand format) et se fait rapidement remarquer dans l’univers de la photographie de mode et de publicité.

Uwe Ommer devient photographe pour le grand chausseur de l’époque, Charles Jourdan. Cette collaboration durera 15 ans.
C’est à cette même période qu’il découvre la beauté des femmes noires qu’il photographiera durant de nombreuses années. Il parvient, non sans mal, à imposer un mannequin noir en couverture du catalogue de Charles Jourdan et des magazines Photo et Zoom, et on découvre également la superbe plastique de ses nus africains dans Lui ou Esquire.
Cette décennie sera celle de la publicité, durant laquelle il illustrera les campagnes de nombreuses marques dont le chausseur italien Martini Osvaldo, Jourdan, toujours, et plusieurs calendriers, comme celui de Mintex en 1982, ou celui de
Pirelli en 1984.

En 2007, Uwe Ommer continue à magnifier le corps féminin; l’essor de la photographie amateur, favorisé par le développement de la photographie digitale et des smartphones, donnera lieu à l’exposition et l’ouvrage Do it yourself, préfiguration de l'engouement pour les selfies.
Je me prends pour Jacques Henri Lartigue

Jacques Henri Lartigue, né à Courbevoie le 13 juin 1894 et mort à Nice le 12 septembre 1986, est un peintre, écrivain et célèbre photographe amateur français découvert en 1963 par les Américains.

Je me prends pour Howard Hall.


Cherchez Frédérique …. Près de Playa Del Carmen, Mexique, 2011. Nikon D700 dans un caisson Ikelite. Mon cœur en bat encore…. Non, le requin baleine n'est pas dangereux. imaginez être devant ce très très gros poisson (non ce n'est pas un mammifère). Cela faisait 20 ans que j'espérais cette rencontre. Je le vois plein pot dans mon viseur, l'eau est relativement claire (il y a évidemment du plancton en suspension car c'est cela qu'il mange), j'entends l'obturateur qui fonctionne bien, je visionne très rapidement la photo, tout baigne. Ce sentiment est gravé à tout jamais dans ma mémoire. Puis Frédérique, bien briefée et très en forme, se rapproche de la grosse bête. Alors là, encore mieux. Un gros poisson, c'est bien. Un humain à deux mètres du gros poisson, c'est encore mieux. Si vous vous demandez quel diaphragme j'ai utilisé pour cette photo, je repondrais, tout comme Howard Hall (grand photographe sous-marin rencontré en Californie) m'a répondu : "tous."
Je me prends pour Man Ray.

Angie. Body shaped by a loving god. Un corps sculpé par un dieu favorable.

Man Ray, pseudonyme d’Emmanuel Radnitsky, est un peintre, photographe et réalisateur de cinéma, acteur du dadaïsme à New York, puis du surréalisme à Paris, né le 27 août 1890 à Philadelphie (États-Unis), et mort le 18 novembre 1976 à Paris (France).
Man Ray a perfectionné la technique du photogramme de Christian Schad et inventé la solarisation.

Je me prends pour Peter Lindberg.

29 septembre 2016 : Je photographie Peter Lindbergh chez Taschen.


J'ai photographié Petra Lindblad, célèbre mannequin, à Hollywood, en 1993.
Petra a été aussi photographiée, entre autres, par le célèbre photographe allemand Peter Lindbergh pour le magazine Vogue France.
Je rencontrerai Peter Lindberg plus tard, dans sa maison rue de Savoie à Paris, en 1997, pour lui donner des cours d'introduction au numérique, et encore plus tard, en septembre 2016 lors de sa séance de dédicaces chez Taschen.

Je me prends pour Annie Leibovitz.


Anna Lou (Annie) Leibovitz, née le 2 octobre 1949 à Waterbury, Connecticut, États-Unis, est une photographe américaine spécialisée dans les portraits de célébrités.
Son style est caractérisé par la mise en valeur du glamour de ses modèles (qui sont généralement des vedettes du cinéma, de la musique ou de la politique) et leur ostensible esthétisation, mettant toujours en avant un détail lié à la vie propre du personnage ou à son actualité publique.
Elle a partagé la vie de l'essayiste, historienne de la photographie et romancière Susan Sontag à partir de la fin des années 1980.
Je me prends pour Edmund Hillary et Tensing Norgay,
les premiers à escalader l'Everest, en 1953.
Je me prends pour Ernst Haas.
Ernst Haas naît à Vienne le 2 mars 1921. Il commence des études de médecine puis de peinture. Au début des années 1940 il se tourne vers la photographie puis vers le photojournalisme après la guerre. En 1947 un reportage sur le retour des prisonniers de guerre le rend célèbre. En 1949, Robert Capa lui fait intégrer Magnum.
Il s'installe aux États-Unis, et réalise ses premières photo en couleurs dans le désert du Mexique. C'est le début de ses recherches personnelles sur l'usage de la couleur en photographie. À partir de 1951, il devient collaborateur indépendant pour Life, Vogue, Esquire, Look. Il photographie New York (Images d'une ville magique) puis d'autres grandes villes : Paris, Venise. Il reçoit plusieurs prix.
À partir de 1964, il travaille pour le cinéma et la TV (The art of seeing).
En 1971 paraît The Creation qui sera vendu à 350 000 exemplaires.
Il meurt à New York le 12 septembre 1986.

Je me prends pour Irving Penn.
Après des études de design auprès d'Alexey Brodovitch, Irving Penn travaille comme graphiste à la Pennsylvania Museum & School of Industrial Art (université des Arts).
Il s'installe en 1938 à New York, où il se met à son compte. Son studio se trouve sur la Cinquième avenue. Il devient également l'assistant de Brodovitch lorsque ce dernier travaille pour Saks Fifth Avenue.
Recruté par Alexander Liberman pour intégrer l'équipe des photographes de Vogue, il fait sa première couverture du magazine, une nature morte, en 1943. C'est à ce moment-là que ces photographies paraissent régulièrement dans Vogue (160 couvertures en cinquante ans) et dans d'autres magazines. C'est pour Vogue, grâce à Edmonde Charles-Roux, qu'il commence sa célèbre série de portraits, Small trades (« Les petits métiers »). Les premiers paraîtront dans Vogue France en juin 1951. C'est l'écrivain et spécialiste des bas-fonds Robert Giraud, également camarade de Robert Doisneau, qui recrute pour Penn les différents modèles parisiens de cette série dont la suite sera réalisée à Londres et à New York. Les 216 photos de cet ensemble sont exposées entre septembre 2009 et janvier 2010 au Getty Museum de Los Angeles. Par la suite, une centaine de tirages sont exposés à la Fondation Cartier-Bresson jusqu'en juillet 2010.
Sa cote ayant monté à partir de 1951, Penn exécute des photos pour des commanditaires du monde entier. Il photographie de nombreuses personnalités du xxe siècle (peintres, musiciens, danseurs, écrivains notamment) et a pour mannequin fétiche, juste après la guerre, Régine Destribaud, ou Lisa Fonssagrives avec qui il se mariera.
Penn publie de nombreux ouvrages. Ce sont, avant tout, Moments préservés et Des mondes dans une petite chambre qui firent beaucoup parler d'eux dans le monde européen de la photo.
Il meurt à 92 ans dans son appartement new-yorkais de Manhattan.
29 Septembre 2017 : je visite l'expo Irving Penn au Grand Palais.

Ici, on voit une grande photo "making of" du photographe Irving Penn photographiant des mégos de cigarettes dans les rues de New York avec son Hasselblad + objectif Macro + 3 bagues allonges + ring flash. Son matériel est exposé dans une vitrine juste à côté. Une visiteuse en chapeau regarde ce tirage.

In 1972, Irving Penn produced a series of photographs of cigarette butts which had been smoked down to the end then discarded. He placed one, two or three of these on a white background and photographed them using a large-format camera. The prints were made in the platinum-palladium process that provides a rich tonal range, showing clearly the dirt, wrinkles, mud and dust that disfigured them. The elegance of these pictures is similar to that which we find in his pictures for Chanel’s cologne for men, for Clinique’s lipstick or in brightly colored still lifes of flowers. Whether the subject be cigarette butts or high fashion, they find equivalence through the elegance of Penn’s technique.
Je me prends pour Roger Ballen.
J'ai rencontré Roger Ballen le 9 Octobre 2017 : Dédicace & découverte de "Ballenesque au Leica Store Paris : une monographie signée Roger Ballen".
Roger Ballen (born in New York City, New York, United States, 1950) is an American photographer living in Johannesburg, South Africa, and working in its surrounds since the 1970s. His body of work, developed over a period of four decades, began in the documentary field but his approach has widened to allow for a fictionalised visual dialogue between individuals, their architectural space, found objects and domesticated animals. His approach has been hailed as among the most unusual and exciting developments in contemporary photography.
While Ballen's work is often described as "dark", he describes his photography as essentially psychological, and speaks of the images referring to humanity's "shadow side". He say: "Shadow is better than dark, because dark for a lot of people connotates evil, and I always say it’s just the opposite. [...] The pictures shouldn’t be seen as dark, and I’m not quite clear what is ‘dark’, anyway."
Critics have written about Ballen’s shift from depictions of the everyday to the creation of tableaux vivants noting that the dramatic arrangement has defied conventions of documentary photography.
In his preface to the second edition of Outland, art historian and curator Peter Weiermair has noted that Ballen’s move from the objective and representational to collaboration with his subjects has meant that he has forsaken the critical role as chronicler of events in favour of allowing his figures to become "protagonists in an existential drama". In earlier works these were individuals experiencing the dissolution of one order in South Africa in place of another; in the process they retreated to hidden territories explored by Ballen.
Weiermair notes that the game of showing and seeing, involving model and photographer, is rendered irrelevant, while Didi Bozzini writes that the relation between Ballen and his subjects is disruptive of the laziness of our everyday gaze.
According to Weiermair, it is the archetypal character of the images that "touches our subconscious", yet it is also through the conventions of black and white photography, outsider art and theatre of the absurd that we comprehend the interiority of Ballen’s landscapes. His practice has however been extended to include video and conceptual installations, allowing the photographic medium to be used to push the camera even further from its traditional role of "recording or capturing the real" while retaining its use as provocateur for an examination of all that is human, to paraphrase critic Robert J. C. Young.

Je me prends pour Ansel Adams.
Ansel Easton Adams (20 février 1902, San Francisco - 22 avril 1984, Monterey) est un photographe et écologiste américain, connu pour ses photographies en noir et blanc de l'Ouest américain, notamment dans la Sierra Nevada, et plus particulièrement du parc national de Yosemite. Une de ses plus célèbres photographies s'intitule Moonrise, Hernandez, Nouveau Mexique.
En collaboration avec Fred Archer, Adams développa le zone system, procédé qui permet de déterminer l'exposition correcte ainsi que l'ajustement du contraste sur le tirage final. La profondeur et la clarté qui en résultent sont la marque de fabrique des photographies d'Ansel Adams et de ceux à qui il a enseigné la technique. Dans un premier temps, Adams utilisera des appareils photographiques grand format (plus que 4 × 5 pouces), qui malgré leur taille, leur poids, le temps de mise en place et le prix des films sont un bon moyen, de par leur résolution élevée, de s'assurer du piqué de l'image.
Adams fonda le Groupe f:64 avec ses amis photographes Edward Weston et Imogen Cunningham, qui à leur tour, mettront en place le département de la photographie au sein du Museum of Modern Art. Les photographies intemporelles et visuellement saisissantes d'Ansel Adams sont de nos jours encore reproduites sur une grande variété de supports : calendriers, posters, livres, faisant de ses clichés des images célèbres et reconnaissables.
Une réserve de nature sauvage porte désormais son nom, au sud du parc national de Yosemite, en Californie.
Je me prends pour Louis Stettner.


J'ai photographié Louis Stettner en août 2016.

Le Centre Pompidou consacre Louis Stettner, le talentueux photographe américain du 20e siècle, lors d'une exposition du 15 juin au 12 septembre 2016.
On y retrouve alors de nombreuses photographies témoignant de la société du XXe siècle, en France comme aux Etats-Unis.
Pour cette exposition consacrée à Louis Stettner, le Centre Pompidou met en avant les épreuves vintages que le photographe a donné à l'établissement et revient sur plus de 80 ans de création photographique.
Né en 1922, Louis Stettner est l’un des derniers grands photographes américains de cette génération toujours actif à 93 ans. Considéré comme le Robert Doisneau américain, le photographe n'a cessé d'immortaliser le Paris poétique des années d’après-guerre, le New York en mouvement des années 1950, à 1970, la qualité atmosphérique des ambiances urbaines avec un style remarquable et une incomparable acuité.
Influencé par Atget, Lewis Hine et encouragé par Brassaï, Willy Ronis et Doisneau, Louis Stettner fait partie des "street photograph" humanistes, qui témoignent de la société dans des photographies engagées. Cela est dû à ses fréquents allers-retours entre la France et les États-Unis : il combine alors la street photography à l’américaine et la photographie humaniste à la française.
Cette exposition est l'occasion de célébrer les nombreux dons que le photographe a fait au Centre Pompidou en 2013, souhaitant que le Musée d'Art Moderne national devienne le lieu de référence pour son oeuvre !

Je me prends pour Paul Strand
Paul Strand est né à New York le 16 octobre 1890 dans une famille originaire de Bohême. Ses grands-parents sont arrivés de Bohême vers 1840. Son père, Jacob Stransky, a changé son nom en Strand peu de temps avant la naissance de Paul, son fils unique. Il tient une quincaillerie.
C’est en 1915 qu’il estime être devenu réellement un photographe. Il avait travaillé sérieusement durant huit ans, et soudain il a ressenti qu’il avait franchi un nouveau pas et eût plus de confiance en la qualité de ses photos. Il en rassemble donc une sélection qu’il va soumettre à Stieglitz. Ce dernier est impressionné, il appelle Edward Steichen qui se trouvait au fond de la galerie, et déclare à Strand qu’il peut dorénavant considérer le 291 comme sa maison. Pour le jeune Paul Strand, c’était comme se voir offrir le monde sur un plateau. En mars 1916, il expose pour la première fois chez Stieglitz et plusieurs de ses photos sont publiées au cours de l’année dans Camera Work. La revue paraîtra pour la dernière fois en 1917, pour des raisons financières, avec un numéro qui lui sera entièrement consacré. Dans son introduction, Stieglitz déclare que les photos de Strand sont dépourvues de tout artifice, de toute tentative de mystifier un public ignorant et les photographes eux-mêmes. « Ces photos, dit-il, sont l’expression directe du temps présent. » À 25 ans, Strand rejoint le groupe prestigieux des artistes du cercle de Stieglitz, Edward Steichen, Frank Eugene et Alvin Langdon Coburn, pour ne citer que les photographes. Stieglitz ne faisait aucune différence entre les différentes formes d’art et nombre de peintres le soutenaient dans ses efforts pour faire reconnaître la photographie comme art à part entière.

Strand tirait ses photos sur un papier au platine qu’il importait directement d’Angleterre. D’un prix très élevé, ce papier lui offrait une échelle de valeurs la plus étendue qui soit, du noir le plus profond au blanc pur, et il l’améliora encore par des expérimentations pour enrichir et approfondir la richesse des tons obtenus, ajoutant au papier déjà préparé une nouvelle couche d’émulsion au platine qu’il fabriquait lui-même, puis, après l’impression, il effectuait encore un virage à l’or pour intensifier la richesse des noirs. Tout cela rendait chaque tirage très onéreux et demandait un temps excessif aussi était-il quasi impossible qu’il en vive et il devait poursuivre également une activité commerciale.

Je me prends pour Edward Weston.
Edwards Weston (24 mars 1886 à Highland Park en Illinois - 1er janvier 1958 à Carmel-by-the-Sea en Californie) est un photographe américain, cofondateur du groupe f:64. La majeure partie de son travail a été effectuée en utilisant une chambre photographique de 8×10 pouces.
En 1932, il fonde avec Ansel Adams le groupe f:64 qui devient un haut lieu de la « photographie pure ».

Je me prends pour Richard Avedon
Richard Avedon (15 mai 1923, New York - 1er octobre 2004, San Antonio, Texas) est un photographe de mode puis un portraitiste américain.
Il a réalisé un travail qui allait du reportage photo à la mode, des orphelins de Danang pendant la guerre du Viêt Nam aux portraits de Marilyn Monroe, Brigitte Bardot ou Sophia Loren. Il restera connu pour ses innombrables portraits en noir et blanc. Avedon a su faire du portrait photographique un art véritable après avoir initialement rencontré le succès avec la photographie de mode.

Je me prends pour David Bailey
David Bailey, né le 2 janvier 1938 à Leytonstone (Londres), est un photographe de mode et de portrait anglais, connu entre autres pour son rôle majeur de photographe du British Vogue dans les années 1960, ainsi que pour avoir inspiré au réalisateur Michelangelo Antonioni le personnage de Thomas le photographe pour son film Blow-Up.

Je me prends pour Helmut Newton.

Helmut Newton, né Helmut Neustädter, le 31 octobre 1920, à Berlin et mort le 23 janvier 2004, à Los Angeles, est un photographe australien d'origine allemande. Il est le porte parole du "porno chic"
Il est connu pour ses photographies de mode et de nus féminins. Il a photographié de nombreux modèles parmi lesquelles Catherine Deneuve, Sylvie Vartan, Brigitte Nielsen, Grace Jones, Kate Moss, Karen Mulder, Monica Bellucci, Cindy Crawford et Claudia Schiffer.

Je me prends pour Peter Beard


Peter Beard et Christian Fournier en 1998
Remerciements à Olivier de Felice de m'avoir permis de rencontrer ce très grand photographe et d'assister à une de ses séances de prises de vue avec les sœurs Chaplin comme modèles et Topolino comme maquilleur.

Peter Beard est né le 22 janvier 1938 à New York et a grandi sur la côte Est des États-Unis (New York, Long Island). Il commence à prendre des photographies et à tenir un journal dès 1949. En 1955, il fait son premier voyage en Afrique. De 1957 à 1961 il étudie l'histoire de l'art à l'université Yale. En 1961, il rencontre au Danemark Karen Blixen (auteur de Out of Africa entre autres) avec qui il travaille jusqu'en 1962. La même année il décide de s'installer au Kenya dans une ferme nommée Hog Ranch à côté de celle de K. Blixen.
À partir de 1964, il étudie les éléphants, les crocodiles et les hippopotames de Tsavo Park (Kenya). Il publie son premier livre en 1965 : The End of the Game, qui témoigne d'une façon originale (mélange de photographies, textes, documents) de la disparition des éléphants au Kenya
À partir de 1972, il collabore avec Andy Warhol, Francis Bacon (peintre), ou encore Truman Capote.
En 1975 a lieu sa première exposition de photographies à la Blum-Helman Gallery de New York, suivie d'une exposition plus importante en 1977 au Centre international de la photographie de New York (photographies, journaux, objets africains, souvenirs personnels). En 1978, il fait son premier film documentaire pour ABC, Wild World of Sports.
En 1996, il est attaqué et grièvement blessé par un éléphant mais survit. La même année, la première grande rétrospective de son travail se tient au Centre national de la photographie à Paris.
En 2004, il écrit un livre pour sa fille, Zara (née en 1988) : Zara's Tales : From Hog Ranch - Perilous Escapades in Equatorial Africa.
Depuis 1972, il habite à New York et au Kenya.
En 2009, il est sollicité pour être le photographe du calendrier Pirelli, série qu'il réalise au Botswana, au milieu des bêtes sauvages, assisté par une jeune photographe franco-sénégalaise, Delphine Diallo

Je me prends pour Diane Arbus



Diane Arbus, née Diane Nemerov (New York, 14 mars 1923 – id., 26 juillet 1971), est une photographe de rue américaine notoire pour ses portraits de rue effectués au reflex 6x6 à deux objectifs équipé d'une torche à lampes flash au magnésium de forte puissance. Elle a aussi réalisé un projet sur une communauté de handicapés mentaux.
Je me prends pour Herb Ritts.

Le 30 septembre 2016 : Je photographie l'esposition Herb Ritts à La Maison Européenne de la photographie.
Herb Ritts était un photographe de mode américain né à Los Angeles le 13 août 1952 et mort le 26 décembre 2002 à Los Angeles. Il est particulièrement célèbre pour ses photos en noir et blanc et ses portraits inspirés de la sculpture grecque classique. Quelques-unes de ses photos les plus célèbres sont des nus d'hommes et de femmes.
Je me prends pour Jean-Baptiste Mondino.

Jean-Baptiste Mondino et Christian Fournier en 2004.
Jean-Baptiste Mondino (né le 21 juillet 1949 à Aubervilliers) est un réalisateur de clips et un photographe français. Il a dès 1974 renoué avec un principe de mise en images utilisé par le chanteur Antoine dans son clip Les élucubrations d'Antoine : ne plus faire de la simple chanson filmée, mais enchaîner des plans inattendus dans un mini-film dont la chanson ne constitue plus qu'une bande-son. Il a réalisé en 1983 La Danse des mots. Il est connu pour ses fréquentes collaborations avec Madonna et ses réalisations et photos pour Les Rita Mitsouko, Thomas Fersen, Prince, Alain Bashung, Étienne Daho, Vanessa Paradis, Alain Chamfort, Björk, Texas et bien d'autres. Il a également réalisé de nombreux films publicitaires, notamment pour les parfums Jean Paul Gaultier ou des photos pour le sac Lady Dior.



Je me prends pour Edward Steichen
Edward Steichen, né Édouard Jean Steichen, est un photographe et peintre américain d'origine luxembourgeoise, né le 27 mars 1879 à Bivange au Luxembourg et mort le 25 mars 1973 à West Redding dans le Connecticut.
Éditeur de magazine, galeriste et conservateur du MoMA de New York (1947-1962), il a été un trait d'union culturel entre les États-Unis et l'Europe.

Je me prends pour Bruce Weber
Bruce Weber est un photographe et cinéaste américain né le 29 mars 1946 à Greensburg en Pennsylvanie, États-Unis. Il est surtout célèbre pour ses campagnes de publicité pour les marques de vêtements Calvin Klein, Abercrombie & Fitch, Moncler, et Ralph Lauren.

Je me prends pour Bill Brandt

Hermann Wilhelm Brandt est né à Hambourg en Allemagne, d'un père anglais, dirigeant d'une société d'import export et d'une mère allemande versée dans les arts. Il suit très tôt des cours de dessin avec K. E. Ort, architecte de Prague. La plus grande partie de son éducation se déroule à Vienne.
Il grandit alors que la Première Guerre mondiale fait rage. Doté de la double nationalité anglaise et allemande, il en souffre beaucoup (en Allemagne durant la Première Guerre mondiale) et décide de renoncer à sa culture germanique.
Il contracte peu après la tuberculose et passe 4 ans, de 1924 à 1927, dans un sanatorium de Davos en Suisse. Il part ensuite pour Vienne pour poursuivre son traitement par une psychanalyse auprès de Wilhelm Stekel, un disciple de Freud contesté et parfois considéré comme un charlatan. Il fait la connaissance de la pédagogue, écrivaine et philanthrope Eugénie Schwartzwald chez qui il rencontrera le poète Ezra Pound dont il fera le portrait ainsi que divers représentants de l'avant-garde viennoise. C'est Eugénie Schwartzwald qui l'a introduit auprès de la photographe Grete Holliner chez qui il a appris le métier. Impressionné par son talent, Pound le recommande à Man Ray qui le prendra comme assistant en 1929 lorsque Bill Brandt arrivera à Paris. Il vit alors l'âge d'or du surréalisme qui le marque profondément et fait la connaissance de Brassaï avec qui il noue des liens d'amitié. Outre son travail auprès de Man Ray, il fait de nombreuses photos des rues de Paris, sur les traces de Eugène Atget, mort quelques années plus tôt et tombé dans l'oubli, que les surréalistes redécouvrent et considèrent comme un "proto-surréaliste".
En 1931 après avoir voyagé avec sa femme Eva, il se rend à Londres où il commence un travail photographique documentaire sur les contrastes et les classes de la société britannique.
Il publie un ouvrage sur ce travail, The English at Home (1936) suivi par A Night in London (1938), influencé par Man Ray et par surtout le Paris de nuit de son ami Brassaï. En 1938, dans un autre ouvrage publié, A Camera in London, il expose son credo sur la photographie.
À partir de 1937, il vit de contributions régulières à des magazines comme Harper's Bazaar, Lilliput, Picture Post (ces deux derniers créés par un célèbre émigré allemand, Stefan Lorant) et The Bystander. Il se fait connaître par un reportage sur les inégalités sociales en Grande-Bretagne.
Après la Seconde Guerre mondiale, Brandt se concentre sur les portraits d'artistes britanniques pour Lilliput, le Picture Post et Harper’s Bazaar. Il s'intéresse aux paysages et aux atmosphères qui s'en dégagent. Il compile ses images dans Literary Britain (1951). Enfin, avec un appareil grand angle Kodak (ceux qui étaient alors utilisés par la police), il se consacre au nu, travail qu'il publie dans Perspective of Nudes (1961).
La période créative d'après la Seconde Guerre mondiale se définit par un passage au travail au grand angle et des tirages de plus en plus contrasté–une atteinte du diabète déclenché pendant la guerre pouvant avoir influencé cette évolution.
Le travail se fait alors de plus en plus personnel et prenant comme sujet /métaphore le corps de la femme nue, souvent tronqué, distordu, d'abord dans des lieux privés puis sur les plages de Normandie ou à la Baie des Anges.
En 1979, il reçoit la médaille du progrès de la Royal Photographic Society.
Brandt est un des plus influents photographes anglais du xxe siècle. Il a ouvert, avec ses noirs et blancs fortement contrastés, de nombreuses perspectives esthétiques.

Je me prends pour Brassai
Gyula Halász naît le 9 septembre 1899 à Brassó, en Transylvanie, alors partie intégrante du royaume de Hongrie (depuis 1920 : Brașov, en Roumanie), d'un père hongrois et d'une mère arménienne. Sa famille emménage en 1903 à Paris, où ils rejoignent le père qui enseigne la littérature à la Sorbonne pour l'année 1903-1904.
Jeune homme, Gyula Halász étudie la peinture et la sculpture à l'école des beaux-arts de Budapest, avant de rejoindre la cavalerie austro-hongroise pour y servir durant la Première Guerre mondiale. En 1920, il se rend à Berlin où il travaille en tant que journaliste, tout en suivant les cours de l'Académie des beaux-arts Berlin-Charlottenburg.
Halász déménage en 1924 pour Paris. Seul, il apprend le français en lisant les œuvres de Marcel Proust. Installé à Montparnasse, au cœur du Paris artistique des années 1920, il se lie à Henry Miller, Léon-Paul Fargue et Jacques Prévert.
Il reprend sa carrière de journaliste. Il écrivit plus tard que la photographie l'avait aidé à saisir la nuit parisienne, la beauté des rues et des jardins, qu'il pleuve ou qu'il vente. En utilisant son lieu de naissance, Gyula Halász se forge dès 1923 le pseudonyme de Brassaï, qui signifie « de Brassó ». C'est sous ce nom qu'il s'impose comme celui qui a su capturer l'essence de la ville dans ses clichés, publiant un premier recueil en 1932, intitulé Paris de nuit, qui rencontre un grand succès et le fera même surnommer « l'œil de Paris » par Henry Miller dans l'un de ses essais.
En 1931, il immortalise le bal de la mi-Carême du parc d'attractions parisien Magic City. Phare des nuits homosexuelles à Paris, ce bal se déroulait sur la grande piste de danse avec orchestre, au 1er étage du no 188, rue de l'Université. En dehors de ses photos du Paris interlope et sombre, Brassaï s'est aussi intéressé à la haute société, aux intellectuels, à la danse et à l'opéra. Il photographia nombre de ses contemporains, tels Salvador Dalí, Pablo Picasso, Henri Matisse, Alberto Giacometti, et certains des écrivains majeurs de l'époque : Jean Genet, Henri Michaux.
Il est également l'auteur de photographies de mode, entre autres une série commandée par Carmel Snow, du couturier Christian Dior. Une de ses photographies de la série des Graffiti sera utilisée en couverture du recueil de Jacques Prévert, Paroles, en 1946.
Ses photographies offrirent à Brassaï une célébrité internationale. En 1956, son film Tant qu'il y aura des bêtes gagne un prix à Cannes puis, en 1974, il est nommé chevalier des Arts et des Lettres, avant de recevoir, en 1976, les insignes de chevalier de la Légion d'honneur. Il gagne le premier Grand Prix national de la photographie, deux ans plus tard, à Paris.
En plus de ses œuvres photographiques, Brassaï écrivit dix-sept livres et de nombreux articles, dont Histoire de Marie, publié avec une introduction d'Henry Miller.
Il demeurait au no 16, rue du Saint-Gothard.
Brassaï est enterré à Paris au cimetière du Montparnasse.
Je me prends pour Karl Lagerfeld, le photographe.
J'ai photographié Karl Lagerfeld en Novembre 2010
Karl Lagerfeld, né Karl Otto Lagerfeldt le 10 septembre 1933 à Hambourg en Allemagne, est un grand couturier, photographe, réalisateur et éditeur allemand.
Se disant « dilettante professionnel », il est le directeur artistique de la maison de haute couture Chanel à Paris depuis 1983, de la maison italienne Fendi à Rome depuis 1965 et de sa propre ligne depuis 1984.

Je me prends pour Terry Richardson
Né à New York en 1965, Terry Richardson grandit à Hollywood. Fils du photographe Bob Richardson, il a une enfance mouvementée. Son père est atteint de schizophrénie. Le petit Terry, souffre également de troubles psychiatriques prononcés : il entend fréquemment « des voix ». Il étudie à Hollywood High School, à Los Angeles. S'il passe une grande partie de son adolescence sur la Côte Ouest - dans le milieu punk de Los Angeles, il rejoint la scène underground de l'East Village - à New York, dès le début des années 1990. Plus tard, la photo l'aidera à se détacher d'un père tyrannique.
Terry Richardson a réalisé des photos pour des marques prestigieuses comme Sisley, Hugo Boss, Gucci, Cesare Paciotti, Jimmy Choo ou Miu Miu. Il a notamment photographié les mannequins Kate Moss, Barbara Palvin, Cara Delevingne, Gisele Bündchen, Candice Swanepoel, Charlotte Free ou Miranda Kerr ainsi que des célébrités comme Rihanna, Dennis Hopper, Faye Dunaway, Catherine Deneuve, Chloë Sevigny, Barack Obama, Lady Gaga, Jackass, Matthew Gray Gubler, Lindsay Lohan, Beyonce, Amy Winehouse, Cameron Diaz, Lana Del Rey, Sky Ferreira, Naya Rivera, Selena Gomez, Rae Sremmurd et Miley Cyrus. Il réalise aussi le clip de Miley Cyrus Wrecking Ball sorti le 8 septembre 2013.
Ses photographies apparaissent dans les magazines Rolling Stone, GQ, Vogue, Vanity Fair, i-D, Purple Magazine, Vice ou encore Lui.
Il travaille également pour le Calendrier Pirelli.

Je me prends pour Robert Mapplethorpe
12 mai 2014 : Je photographie à l'Expo Mapplethorpe au Grand Palais

Robert Mapplethorpe (4 novembre 1946, Floral Park (en), État de New York – 9 mars 1989, Boston) est un photographe américain célèbre pour ses portraits en noir et blanc très stylisés, ses photos de fleurs et ses nus masculins.
Le caractère cru et érotique des œuvres du milieu de sa carrière a déclenché des polémiques sur le financement public de l'art aux États-Unis (culture wars).

Je me prends pour Horst Phorst

Horst P. Horst, né le 14 août 1906 à Weißenfels - 19 novembre 1999 à Palm Beach Gardens en Floride, est un photographe de mode américain d'origine allemande.

Je me prends pour Jeanloup Sieff

Jeanloup Sieff naît de parents d'origine polonaise. Ancien élève des lycées Chaptal et Decour, il suit des études de lettre durant (2 semaines), ainsi que des études de photographie à l'école Vaugirard durant 3 semaines.
Il voit sa première parution en 1950 au magazine Photo-Revue. Sa première série de mode est réalisée deux ans plus tard, durant ses années d'études de philosophie, avec un mannequin de chez Fath qu'il aborde dans la rue. Entre 1953 et 54, pendant sept mois, il suit des cours à l'École de photographie de Vevey. À l'issue de cette formation il débute comme reporter-photographe indépendant et participe à un magazine disparu, Nouveau Fémina. Par la suite, il travaille pour ELLE dans la rubrique des informations générales et passe rapidement à la photographie de mode, remplaçant Lionel Kazan à la tête du studio du magazinen.
Jeanloup Sieff photographie les plus grands modèles des années 1950 et 1960, tels Dorian Leigh, et en fin de carrière, Marie-Hélène Arnaud, Simone D'Aillencourt avec qui il travaille souvent, la « superbe » — d'après ses mots — Ivy Nicholson, Denise Sarrault dont elle dit qu'« il fut mon porte-bonheur » à la suite de la série de mode que Jeanloup Sieff réalise à Monte-Carlo avec elle pour le Jardin des Modes en avril 1960; par la suite, ils travailleront de nouveau ensemble plusieurs fois, toujours pour le Jardin des Modes, mais également pour Harper's Bazaar. Il travaille également avec la protégée de David Bailey, le modèle alors mondialement connu Jean Shrimpton pour le Vogue américain, Hiroko Matsumoto le mannequin-cabine vedette de Cardin ou Nico avant que celle-ci ne soit connue. Il photographie aussi Jane Birkin, alors âgée de dix-neuf ans, pour Harper's Bazaar.
Jeanloup Sieff entre à l'agence Magnum en 1958 et la quitte l'année suivante. Il obtient alors le prix Niépce pour un reportage sur le Borinage en Belgique. Au début des années 1960, il rejoint Frank Horvat à New York et partage avec lui un studio durant six mois. À la même période, Jeanloup Sieff commence sa collaboration, sous la responsabilité de Beatrix Miller (en) et Norman Parkinson ainsi que pour peu de temps David Hamilton comme directeur artistique, avec le magazine britannique Queen, suivi peu après par les photographes anglais Terence Donovan et Brian Duffy puis bien d'autres. Durant la même époque il travaille également avec les Américains ; sous contrat avec Ladies Home Journal, Sieff est aussi publié dans le Harper's Bazaar à de nombreuses reprises. À partir de 1963, il collabore également régulièrement au British Vogue. D'autres magazines tels le Glamour anglo-saxon ou Nova publieront ses photos.
Il photographie nu le couturier Yves Saint-Laurent pour une publicité en 1970 ; cette photo fait alors scandale. L'année suivante, il fait la couverture de Photon.
En 1972, il est invité d'honneur des Rencontres d'Arles où a lieu la projection du film Jacques-Henri Lartigue et Jeanloup Sieff présenté par Michel Tournier.
En 1997, il entreprend un travail sur les lieux de la Première Guerre mondiale.
Jeanloup Sieff meurt à Paris à 66 ans.

Je me prends pour Sarah Moon


Marielle Warin naît dans une famille juive contrainte à quitter la France occupée. Elle rejoint l'Angleterre. Sarah Moon exerce alors la profession de mannequin de 1960 à 1966, et se tourne vers la photographie à partir de 1970. Elle devient célèbre pour sa campagne de publicité pour Cacharel. Dans son travail pour la mode, elle a su montrer les femmes sous un angle particulier du fait de sa relation avec les modèles dont elle a partagé l’univers pendant sa jeunesse. Les regards et les attitudes qu’elle a su capturer laissent apparaître dans ses clichés une certaine complicité qui l’a distinguée des hommes dans la photographie de mode.
Après quinze ans de travail dans la mode, répondant aux commandes de nombreuses marques telles que le magazine Vogue, les Maisons de couture telles que Chanel ou Dior, la carrière de Sarah Moon prend un tournant lorsque l’artiste décide de se consacrer davantage à une photographie plus personnelle encore, plus introspective et cette fois, purement artistique. Elle « sort » alors des studios de ses mises en scènes pour la mode, et fait de Paris son terrain de jeux, par goût dit-elle, et par « commodité », même si la ville n’est jamais réellement le sujet de ses photographies mais bien plus un décor méconnaissable. Ce sera d’ailleurs à cette époque qu’elle adoptera le Polaroïd noir et blanc avec négatif comme support de son expression.
Elle est exposée aux Rencontres d'Arles en 1980, 1981, 1994, 2005 et 2006.
En 2013 a lieu l'exposition « Alchimies », présentant ses photographies sur le thème de la nature, au Muséum national d'histoire naturelle (Paris).
Je me prends pour Bettina Rheims.


13 février 2016 : Je photographie l'expo Bettina Rheims à La Maison Européenne de la photographie.

Si c'était moi qui publiait cela, on me traiterait de pornographe.
Le 5 novembre 2015, au Salon de la Photo, à Paris, Je rencontre et photographie Bettina Rheims, célèbre photographe et Jean-Luc Monterosso, directeur de la Maison européenne de la photographie.

Bettina Rheims est née le 18 décembre 1952 à Neuilly-sur-Seine. Son père, Maurice Rheims est membre de l’Académie Française tout en exerçant la profession de commissaire-priseur. Sa sœur Nathalie Rheims est productrice. Elle a eu un enfant avec le romancier Serge Bramly en 1980, mais est actuellement mariée à Jean-Michel Darrois, un avocat. Elle est également apparentée à la famille Rothschild, par son arrière-grand-père.

Bettina Rheims a été mannequin, puis journaliste, ensuite propriétaire d’une galerie avant de devenir photographe à part entière. La carrière de photographe de Bettina Rheims démarre en 1978. Elle réalise cette année-là une série sur un groupe de strip-teaseuses qui donnera lieu à ses premières expositions. Ce travail révèle le sujet de prédilection de Bettina Rheims, le modèle féminin, auquel elle reviendra fréquemment durant sa carrière. Nus explicites en pleine lumière, très vulgaires, pornographiques diront certains. Pièces aux murs défraîchis, papiers peints passés, mais dans son fond s’attache à mettre en scène des modèles non professionnelles pour jouer de l’érotisme. Bettina Rheims transcende ainsi le corps pour atteindre la féminité primitive. Parallèlement, Bettina fait de multiples photographies à la demande de célèbres magazines, des spots publicitaires, des photos de mode, des jaquettes de disques, des affiches de cinéma. Parmi ces portraits les plus connus on peut notamment citer : Madonna, Catherine Deneuve, Charlotte Rampling, Carole Bouquet, Marianne Faithfull, Barbara, Kylie Minogue, Claudia Schiffer, Asia Argento.
En 1989, Bettina Rheims publie un ouvrage intitulé « Female Trouble ». Plus tard, elle réalise une collection de portrait d’adolescents androgynes qu’elle baptise Modern Lovers qui est édité et exposé en France à la Maison européenne de la Photographie , puis en Grande-Bretagne et enfin aux Etats-Unis. En travaillant avec Serge Bramly, elle réalise la célèbre « Chambre Close » entre 1990 et 1992. Ce livre remporte un succès planétaire et reste à ce jour un best-seller. Parallèlement, Bettina publie le livre intitulé « Animal » ainsi qu’un ouvrage sur les transsexuels « Les Espionnes ». En 1995, Bettina Rheims est invitée par Jacques Chirac à la fin de la campagne présidentielle à travailler en coulisses à une série de clichés retraçant la dernière ligne droite de l’élection. Après l’élection, la Présidence de la République mandate Bettina Rheims pour réaliser le portrait officiel de Jacques Chirac.

Jean-Luc Monterosso (né en 1947) est le fondateur et directeur de la Maison européenne de la photographie, à Paris (MEP). Diplômé en philosophie, il intègre en 1974 l'équipe de préfiguration du Centre Pompidou. En 1979, nommé délégué général de l'association Paris Audiovisuel, il crée la biennale du mois de la photo à Paris.

En 1986, il fonde avec Christian Mayaud la revue La Recherche Photographique, éditée par Paris Audiovisuel et l’université Paris VIII et en confie la rédaction en chef à André Rouillé.
De 1986 à 1996, il est responsable de l’Espace photo des Halles, établissement qui disparaîtra lors de l’ouverture de la Maison européenne de la photographie, en février 1996.
En 2004, les villes de Berlin, Vienne, Rome et Bratislava s’associent au Mois de la Photo qui prend le nom de Mois Européen de la photographie.
De 2011 à 2013, Jean-Luc Monterosso assume la direction artistique du festival de la photo méditerranéenne à Sanary-sur-Mer (Photomed). Il est directeur de la collection Les grands photographes chez Pierre Belfond, et signe chaque année depuis 2010 avec Dominique Goutard, sur Arte, l’émission Arte Vidéo Night, consacrée à la création vidéo et numérique.
Je me prends pour Antoine Schneck.




Antoine Schneck, né le 27 août 1963 à Suresnes, est un photographe français représenté par la galerie parisienne Berthet-Aittouarès.
1992 Lauréat de la Fondation CARAT, 1999 Lauréat du prix "Attention talent" de la Fnac, 2009 Premier prix du portrait de la Hahnemühle Fine art expositions : - 2015 Antoine Schneck, du masque à l'âme, Galerie Berthet-Aittouarès, Paris. Exposition personnelle. - 2015 ArtParis, Galerie Berthet-Aittouarès, Grand Palais (Paris), Exposition de groupe. - 2014 Soldats inconnus, salle des Palmes, Arc de triomphe de l'Étoile, Paris. Exposition personnelle. - 2012 ArtParis, Galerie Berthet-Aittouarès, Grand Palais, Paris. Exposition de groupe. - 2011 ArtParis, Galerie Berthet-Aittouarès, Grand Palais, Paris. Exposition de groupe. Tsiganes en Roumanie, Fondation SAM pour l’art contemporain. Exposition personnelle. Orangerie du Sénat. Exposition personnelle. Les Gisants, Basilique de Saint-Denis, Centre des Monuments Nationaux. Exposition personnelle. - 2010 Antoine Schneck, Galerie Berthet-Aittouarès, Paris. Exposition personnelle. Maliens, ArtParis, Galerie Berthet-Aittouarès, Grand Palais, Paris. Exposition de groupe. Leur chien, Musée de la Chasse et de la Nature, Paris. Exposition personnelle. Arts d’Afrique noire. Photographies d’Antoine Schneck, Cité de l’écrit et des métiers du livre, Montmorillon. Exposition personnelle. Art Elysées, Galerie Berthet-Aittouarès, Paris. Exposition de groupe. Antoine Schneck. 40 photographies, Galerie Berthet-Aittouarès et Galerie Aittouarès, Paris. Exposition personnelle. - 2009 : Indiens, ArtParis, Galerie Berthet-Aittouarès, Grand Palais, Paris. Exposition de groupe. Formule 1, Installation dans l’usine Ferrari, Maranello, Italie. Triptyque, Angers. Exposition collective. Antoine Schneck, Galerie Berthet-Aittouarès, Paris. Exposition personnelle. Art Elysées, Galerie Berthet-Aittouarès, Paris. Exposition de groupe. - 2008 : Miao, ArtParis, Galerie Berthet-Aittouarès, Grand Palais, Paris. Exposition de groupe. Antoine Schneck, Portraits d’Afrique, Parcours des Mondes, Galerie Berthet-Aittouarès, Paris. Exposition de groupe. Miao, Art Elysées, Galerie Berthet-Aittouarès, Paris. Exposition de groupe. Tribal Portraits, vintage and contemporary photographs from African continent, Galerie Bernard J. Shapero Rare Books, London. Exposition de groupe. - 2007 : Portrait de Placido Domingo, Façade de l’Opéra de Washington, États-Unis.
24 septembre 2016 : J'assiste à l'exposition soldats inconnus à l'Arc de Triomphe.
Le photographe Antoine Schneck est à l'honneur de cette exposition
dans laquelle il rend hommage à 18 soldats inconnus durant la Grande Guerre.

Antoine Schneck au Grand Palais.
10-13 novembre 2017 : Le Salon de la Photo à Paris.


Antoine Schneck.



Je me prends pour Bérénice Abbot.


Berenice Abbott, née le 17 juillet 1898 à Springfield (Ohio) et morte le 9 décembre 1991 à Monson (Maine), est une photographe américaine.
À dix-neuf ans, Berenice Abbott fuit une enfance malheureuse dans une famille décomposée en rejoignant l'université de l'Ohio et rapidement les Beaux-Arts de la ville de New York où elle fréquente Greenwich Village et ses cercles d'artistes et d'intellectuels. Elle y rencontre Man Ray, la baronne Elsa von Freytag-Loringhoven ou encore Marcel Duchamp. Après quelques essais en sculpture et en peinture, elle se lance dans l'aventure du voyage en embarquant vers Paris en mars 1921. Là, elle travaille dans l'atelier d'Antoine Bourdelle, puis dans l'atelier de Constantin Brancusi.
Après avoir découvert Eugène Atget en 1925 grâce à Man Ray, elle lui achète quelques tirages. En 1927, elle se décide à lui demander de poser pour elle. Quand elle vient lui présenter ses photos, il est trop tard. Le photographe dont elle admirait tant l'œuvre était mort peu après la séance. Elle profite de sa bonne situation financière pour acheter toutes les archives négligées d'Atget avec le soutien du galeriste Julien Levy. Elle ne cessera de défendre son œuvre par des livres et des expositions, ce sera un déchirement quand, plus tard, elle devra vendre 50 % des droits. De par les articles et les livres qu'elle a publiés sur le travail d'Atget, Berenice Abbott a contribué à faire connaître son œuvre. Elle collabore au nouveau magazine français illustré VU.
En 1935, un poste d'enseignement de la photographie lui assure un revenu fixe et son projet est enfin reconnu par le Federal Art Project. Elle peut alors s'y engager pleinement et le projet débouche en 1937 sur une exposition au musée de la ville de New York3, suivi d'un portfolio dans le magazine Life et d'un livre en 1939. Forte de ce succès elle continue à valoriser l'œuvre d'Atget et découvre celle d'un autre photographe dédaigné des pictoralistes : Lewis Hine.
Elle s'intéresse désormais à la photographie scientifique estimant que, alors que la majorité en ignore tout, la science domine le monde contemporain. Elle fait le pari que la photographie doit contribuer à la culture scientifique des Américains, mais elle sera bien seule à défendre cette conviction. Déjà oubliée de la mode photographique, elle repart en quête de financements, vivant dans l'intervalle de maigres commandes. C'est le lancement de Spoutnik par l'URSS en 1957 qui lui donnera raison. Les États-Unis, craignant d'être dépassés par les Soviétiques, décident de financer davantage de projets scientifiques. Berenice Abbott obtient de collaborer avec le Massachusetts Institute of Technology et peut en quelques années réaliser les photos auxquelles elle pense depuis vingt ans.
Je me prends pour Bruce Gilden.


Bruce Gilden, né le 16 octobre 1946, est un photographe new-yorkais qui s'est consacré à la street photography.
Il est membre de Magnum Photos depuis 2002.
Je me prends pour Pascal Rostaing.
Ici Jean Réno au Festival de Cannes 1998
Pascal Rostaing est un paparazzi, l’un des plus célèbres de la profession, le paparazzi qui tutoie Hollande, Trierweiler et Sarkozy. Une photographie réussie est pour lui une photographie publiée, comme celle de Mitterrand et Mazarine, de Cécilia Sarkozy et Richard Attias.

Je me prends pour Martin Parr
Martin Parr (né le 23 mai 1952 à Epsom) est un photographe britannique, membre de la coopérative photographique Magnum Photos depuis 1994.
Il naît dans une petite ville de banlieue au Sud de Londres dans le Surrey. Son père, provincial du Nord, avait choisi d’installer sa famille issue de la petite bourgeoisie traditionnelle dans ce centre cosmopolite.
Vers l’âge de 13 ans, il se passionne pour la photographie, s’intéressant au travail de Bill Brandt et à l’œuvre d’Henri Cartier-Bresson qui exposent alors à Londres.
Il étudie la photographie à Manchester, ville industrielle du Nord, à l'école Manchester Polytechnic, de 1970 à 1973. Il y passe des moments difficiles mais, finalement, ce choix de lieu de résidence lui sera favorable. Il opte en effet pour des sujets locaux éloignés du caractère attractif et cosmopolite de la capitale. Il se lance alors dans une étude de la culture prolétarienne, allant jusqu’à travailler au centre de vacances de Butlin, dans l’Est du Yorkshire.
En 1980, Martin Parr et sa femme Susie s’installent en Irlande et, en 1982, il publie un premier ouvrage, Bad Weather. Il a choisi un sujet qui préoccupe de façon obsessionnelle les Britanniques. Il réalise des photos sur presque rien, sur l’ennuyeux (il dira plus tard que la notion de l’ennui le fascine). Toujours en 1982, il rentre en Angleterre et s’installe près de Liverpool. C’est aussi un tournant majeur, celui du passage à la couleur qu’il ne quittera plus.
En 2004, il est commissaire des Rencontres internationales de la photographie d'Arles. Son travail y est exposé en 2009.
Martin Parr est représenté par la galerie Kamel Mennour à Paris.

Je me prends pour Paolo Roversi

Paolo Roversi (né en 1947 à Ravenne, en Émilie-Romagne) est un photographe de mode et portraitiste italien vivant à Paris.
Il apprend la photographie en autodidacte lorsqu'il est enfant, puis va se perfectionner chez un photographe local. Adolescent, il est porté vers la littérature et la poésie de Pétrarque, Leopardi et Eugenio Montale ainsi que celle d'autres auteurs comme Kerouac et Ginsberg qu'il rencontre.
En 1968, étudiant à Bologne, il suit les cours d'Umberto Eco et y ouvre un studio de prise de vues dans une cave2. Il collabore alors avec l'Associated Press puis s'installe à Paris sur les conseils de Peter Knapp, directeur artistique de Elle. Arrivé à l'hôtel, il ouvre son studio parisien dans un immeuble cubiste des années 1930. Il travaille pour l'agence Huppert puis devient l'assistant de Lawrence Sackman.
Paolo Roversi choisit de devenir photographe indépendant ; il sera alors publié par Elle, Depeche Mode, Marie Claire, le British Vogue ou Vogue Italia, i-D, Interview… Petit à petit il assoit sa renommée et rencontre des grands noms de la photo : Peter Knapp, Helmut Newton, Guy Bourdin…
La renommée arrive au début des années 1980 avec l'adoption d'un outil, le dos Polaroid de format 20 × 25, « qui révèle l'image comme par magie après une minute », mais qui trois décennies plus tard disparaît peu à peu de sa technique.
Vers la même période, une campagne publicitaire pour Dior ainsi que des images pour Yohji Yamamoto ou Rei Kawakubo vont asseoir sa renommée.
Tous les grands magazines le publient, mais ses photos sont aussi accrochées à la galerie Pace-MacGill, l'une des plus importantes de New York. Il a photographié la plupart des grands mannequins du xxe siècle, dont Isabella Rossellini, Kate Mossn 1, Laetitia Casta5, ou Natalia Vodianova.
Il est exposé en 2008 aux Rencontres d'Arles. Une projection de son travail eu lieu au Théâtre antique, dans le cadre de la soirée Mano à Mano avec Peter Lindbergh.
Se définissant comme un « photographe lent », élégant, parlant couramment français, il appartient au carré des photographes de mode les plus connus au monde mais est également un photographe de nu.
J'ai rencontré Paolo le 9 octobre 2017 lors de la remise du Prix Picto de la photo de mode 2017 au Palais Galliera avec Paolo Roversi en présence de Philippe Gassman, président de Picto Foundation et Olivier Saillars, directeur du Palais Gallieria.
Je me prends pour William Klein.

William Klein, né le 19 avril 1928 à Manhattan, New York, est un peintre, plasticien, photographe de mode et de rue, auteur-photographe, réalisateur de films documentaires, de fiction et publicitaires. Citoyen américain, il vit et travaille à Paris.
Il a révolutionné le genre de la photographie de mode, domaine dans lequel Il a influencé des artistes comme Helmut Newton, Richard Avedon, Frank Horvat, David Bailey et Jeanloup Sieff. En photographie de rue, il a réalisé des livres marquants ayant pour thème cinq grandes capitales : New York, Rome, Moscou, Tokyo et enfin Paris, où il vit depuis 1948.
Je me prends pour Bill Cunningham

William John Cunningham Jr. Il est né le 13 mars 1929 à Boston. Il est issu d'une famille catholique irlandaise, et est le second enfant d'une fratrie de quatre.
Bill Cunningham est célèbre pour ses clichés de looks de rue et son style de photographie sur le vif. Il est l'un des tout premiers à découvrir Azzedine Alaïa dans les années 1980.
Il est décoré en 2008 du titre de chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres par le ministre de la culture français.
Il a été l'objet d'un documentaire, Bill Cunningham New York, réalisé par Richard Press et sorti en 2011.
Je me prends pour David Alan Harvey

David Alan Harvey (June 6, 1944) is an American photographer. Harvey is based in North Carolina and New York City and has been a full member of the Magnum Photos agency since 1997. He has photographed extensively for National Geographic magazine, and in 1978 was named Magazine Photographer of the Year by the National Press Photographers Association. Harvey is publisher and editor of Burn Magazine, an online publication featuring the work of emerging photographers.
Je me prends pour Arthur Edwards, le photographe de "The Sun".

The Sun is a tabloid newspaper published in the United Kingdom and Ireland.
Since The Sun on Sunday was launched in February 2012, the paper has been a seven-day operation. As a broadsheet, it was founded in 1964 as a successor to the Daily Herald; it became a tabloid in 1969 after it was purchased by its current owners. It is published by the News Group Newspapers division of News UK, itself a wholly owned subsidiary of Rupert Murdoch's News Corp.
The Sun has the largest circulation of any daily newspaper in the United Kingdom, but in late 2013 slipped to second largest Saturday newspaper behind the Daily Mail. It had an average daily circulation of 2.2 million copies in March 2014. Between July and December 2013 the paper had an average daily readership of approximately 5.5 million, with approximately 31% of those falling into the ABC1 demographic and 68% in the C2DE demographic. Approximately 41% of readers are women and 59% are men. The Sun has been involved in many controversies in its history, including its coverage of the 1989 Hillsborough football stadium disaster. Regional editions of the newspaper for Scotland, Northern Ireland and the Republic of Ireland are published in Glasgow (The Scottish Sun), Belfast (The Sun) and Dublin (The Irish Sun) respectively.
On 26 February 2012, The Sun on Sunday was launched to replace the closed News of the World, employing some of its former journalists. The average circulation for The Sun on Sunday in March 2014 was 1,686,840; but in May 2015 The Mail on Sunday sold more copies for the first time, an average of 28,650 over those of its rival: 1,497,855 to 1,469,195. Roy Greenslade issued some caveats over the May 2015 figures, but believed the weekday Daily Mail would overtake The Sun in circulation during 2016.

J'ai rencontré Arthur Edwards le 5 avril 2004 lors de l'Entente Cordiale à Paris avec la Reine Elisabeth II et Jacques Chirac

Arthur John Edwards (born 1940), MBE, is a British photographer, working for The Sun newspaper, who specialises in pictures of the British royal family, with whom he has toured often.
Edwards' was born on 12 August 1940 and educated at St Bernard's Roman Catholic Grammar School, Stepney, London. His mother worked as a cleaner and bought him his first camera, after saving from her wages.
He appeared as a "castaway" on the BBC Radio programme Desert Island Discs on 25 September 2011.
Edwards was made a Member of the Order of the British Empire (MBE) for "outstanding service to newspapers" and was awarded an honorary doctorate by Anglia Ruskin University in 2012.

Je me prends pour Philip Plisson

Spécialiste incontesté de la photographie maritime, Philip Plisson est un photographe français. Photographe de mer dans l'âme, il a su séduire par son œil précis et imaginatif sur la beauté du monde marin. Le livre La mer, préfacé par Yann Queffélec, est l'un de ses plus grands succès.

Je me prends pour OSS 117.



Je me prends pour Dean Collins.

Dean Collins (à droite) et Christian Fournier en 1992.
With a combination of wit and the ability to reduce complicated concepts to workable solutions, Dean Collins was the Dean of photographic instruction. God of Lighting, Lighting Rock Star, the late great Dean Collins has been called many things, and all of them point to the fact that he knew light better than, perhaps, anybody else you’ve ever studied under.

Collins, born in 1953 in Oceanside and a 1970 graduate of Vista High School, was renowned for his lighting and camera techniques as well as educational videos and seminars.

Upon hearing of the death, Roger Daines, president of the Professional Photographers of California, posted a Web site message recognizing Collins as his mentor and writing that Collins "was to photography like Edison was to electricityóó a creator and innovator."

In his early 20s, Collins began giving lectures in lighting and technique after starting his professional career at Dunlap-Tierney Studies in Los Angeles County. He subsequently spent several years in Europe learning in advanced commercial photo studios.

Much of his work focused on controlling light and understanding its behaviour in capturing images. In the early 1980s, he and a partner founded Finelight Publishing and refined the publishing of photo lighting materials.

In 1990, he began experimenting in electronic imaging, leading to a close association with Adobe Systems. Collins' company,Software Cinema, now produces a variety of training resources for Adobe's Photoshop software program.

"He passed those on to photographers worldwide who laud him for helping them open their eyes," Whitehouse said.

Collins always displayed a keen wit and engaging style when conducting a seminar, Whitehouse and Harrison said.

"He was dynamic and charismatic and very funny," she said. "Some people keep their inner music inside. He let his music out his entire life."

Collins' work included production of catalogues, corporate photography and portraits of the rich and famous, including late President Ronald Reagan, the Washington Redskins football team and other professional athletes.

"From the day they gave him his first camera, he just became absolutely obsessed," Kip Collins said. "He was an incredibly busy guy who lectured all over the world and was very free with his knowledge and about his photography."

Collins was recently awarded a Lifetime Achievement Award from the Professional Photographers of America and held an honorary degree from Brooks Institute of Photography.

Je me prends pour Sigmund Freud

Sigmund Freud, né Sigismund Schlomo Freud le 6 mai 1856 à Freiberg (Autriche) et mort le 23 septembre 1939 à Londres, est un neurologue autrichien, fondateur de la psychanalyse.
Je me prends pour Henri Salvador.

Henri Salvador et Christian Fournier en 1989. Henri Salvador, né à Cayenne, en Guyane, le 18 juillet 1917 et mort à Paris le 13 février 2008, est un chanteur et humoriste français. Compositeur et guitariste, il joua à ses débuts dans des orchestres de jazz français. Sa longue carrière (débutée dans les années 1930), prend une nouvelle dimension lorsqu'il entame à partir de 1948, une carrière de chanteur. Artiste populaire, apprécié d'un large public, on lui doit de nombreuses chansons qui aujourd'hui encore demeurent dans les mémoires : Syracuse ; Maladie d’amour ; Le Loup, la Biche et le Chevalier (Une chanson douce) ; Le lion est mort ce soir ; Dans mon île ; Le travail c’est la santé ; Zorro est arrivé…

Je me prends pour Jean-Jacques Annaud dans son film "L'amant"

Jean-Jacques Annaud et Christian Fournier dans la maison de production de Jean-Jacques en 1999.

Jean-Jacques Annaud, fils d’un cheminot de la banlieue parisienne et d'une mère secrétaire de direction, est issu d’un milieu modeste. Son héros est Jean Renoir qui poussait à comprendre les raisons de l’autre.
Il fait des études de lettres et de grec ancien. Après avoir suivi l’enseignement de l’École Louis Lumière, puis de l’IDHEC, il fait ses armes en réalisant un grand nombre de films publicitaires pour le producteur Tony Blum.
Il obtient en 1973 la Palme d'Or du Festival de Cannes des Films Publicitaires pour un court-métrage à gros budget, Crackers Belin. Son premier film, la Victoire en chantant (1976) est un échec, mais après des retouches portant principalement sur la bande-son, il obtient l’année suivante l'oscar du meilleur film étranger sous le titre Black and White in Color et ressort en France comme Noirs et Blancs en couleur (1977).
Jean-Jacques Annaud est alors sollicité pour réaliser Coup de tête, écrit par Francis Veber et interprété par Patrick Dewaere.
Il s'attaque ensuite à des projets coûteux et ambitieux tels que La Guerre du feu (1981) ou bien encore L'Ours (1988), deux films pour lesquels il reçoit le césar du meilleur réalisateur, et montre un savoir-faire de technicien solide quand il adapte Le Nom de la rose d'Umberto Eco en 1986 ou L'Amant de Marguerite Duras en 1992.
Le cinéaste est réputé pour être perfectionniste et un technicien hors pair, s'attachant à superviser lui-même chaque étape de la fabrication de ses films (et de leur portage sur DVD).
Le réalisateur avait une bonne presse, jusqu'aux années 1990, où cela se gâte avec Sept ans au Tibet. Le pire est atteint avec Sa Majesté Minor qui laissa dubitatif la critique. Mais il fut toujours éreinté par Libération et ses deux plus fameux critiques, Serge Daney et Gérard Lefort. Ses films ont toujours été bien accueillis par le public, à la notable exception de Sa Majesté Minor, et de Or Noir, « deux catastrophes commerciales consécutives... radicales ».
Le 21 novembre 2007, Jean-Jacques Annaud est élu à l'Académie des beaux-arts au fauteuil de Gérard Oury (1919-2006), dont il prononce l'éloge lors de sa réception sous la Coupole, le 28 mars 2012. Il fut introduit par son ami Roman Polanski.
En 2012, il est président du jury du 16e Festival international du film de Shanghai, avec notamment l'actrice Heather Graham dans le jury.
En 2015, sort Le Dernier Loup, adapté du roman Le Totem du loup de Jiang Rong.
Je me prend pour Usain Bold


Usain St. Leo Bolt (né le 21 août 1986 dans la paroisse de Trelawny) est un athlète jamaïcain, spécialiste du sprint, sextuple champion olympique et huit fois champion du monde, détenteur de trois records du monde : 100 m (9 s 58), 200 m (19 s 19) et 4 × 100 m (36 s 84). Il est le premier athlète à avoir conservé ses titres olympiques du 100 m, du 200 m et du relais 4 × 100 m, de Pékin les 16, 20 et 22 août 2008, à Londres les 5, 9 et 11 août 2012, et le premier olympien à avoir remporté quatre médailles d'or individuelles et six en tout dans les épreuves de sprint en athlétisme. Il devient à ce titre l'un des plus grands sprinteurs de tous les temps, se qualifiant lui-même de « légende »4. Il est également l'athlète le plus décoré des championnats du monde d'athlétisme, totalisant, après ceux de Moscou 2013, huit médailles d'or et deux en argent. Ses records du 100 et du 200 m datent des Championnats du monde de Berlin, respectivement les 16 et 20 août 2009, alors que celui du relais 4 × 100 m a été établi lors des Jeux olympiques de Londres le 11 août 2012. Aux Jeux olympiques de Pékin, Bolt avait établi les deux précédents records du monde du 100 m (9 s 69) et du 200 m (19 s 30), tous deux améliorés de onze centièmes de seconde à Berlin, un écart exceptionnel. À Pékin, il est devenu le premier athlète masculin à gagner ces trois épreuves aux cours des mêmes Jeux olympiques depuis Carl Lewis en 1984, et le premier coureur de l'histoire à établir les records du monde dans ces trois disciplines lors des mêmes Jeux. Il a répété le même triplé à Londres. Son nom et ses performances en sprint lui ont valu le surnom de « Lightning Bolt » (« l'Éclair », ou « la Foudre »)2. C'est le premier sprinter à améliorer trois fois de suite le record du monde du 100 m et à obtenir la plus nette amélioration du record depuis le passage au chronométrage électroniq
Usain Bold lors de la campagne de pub Samsung du 4 au 6 juillet 2013 au Circuit Ducatti du Mans et au Stade de France.


Je photographie Usain Bolt au Pavillon Gabriel en 2013.
Usain St. Leo Bolt (né le 21 août 1986 dans la paroisse de Trelawny) est un athlète jamaïcain, spécialiste du sprint, sextuple champion olympique et huit fois champion du monde, détenteur de trois records du monde : 100 m (9 s 58), 200 m (19 s 19) et 4 × 100 m (36 s 84). Il est le premier athlète à avoir conservé ses titres olympiques du 100 m, du 200 m et du relais 4 × 100 m, de Pékin les 16, 20 et 22 août 2008, à Londres les 5, 9 et 11 août 2012, et le premier olympien à avoir remporté quatre médailles d'or individuelles et six en tout dans les épreuves de sprint en athlétisme. Il devient à ce titre l'un des plus grands sprinteurs de tous les temps, se qualifiant lui-même de « légende »4. Il est également l'athlète le plus décoré des championnats du monde d'athlétisme, totalisant, après ceux de Moscou 2013, huit médailles d'or et deux en argent. Ses records du 100 et du 200 m datent des Championnats du monde de Berlin, respectivement les 16 et 20 août 2009, alors que celui du relais 4 × 100 m a été établi lors des Jeux olympiques de Londres le 11 août 2012. Aux Jeux olympiques de Pékin, Bolt avait établi les deux précédents records du monde du 100 m (9 s 69) et du 200 m (19 s 30), tous deux améliorés de onze centièmes de seconde à Berlin, un écart exceptionnel. À Pékin, il est devenu le premier athlète masculin à gagner ces trois épreuves aux cours des mêmes Jeux olympiques depuis Carl Lewis en 1984, et le premier coureur de l'histoire à établir les records du monde dans ces trois disciplines lors des mêmes Jeux. Il a répété le même triplé à Londres. Son nom et ses performances en sprint lui ont valu le surnom de « Lightning Bolt » (« l'Éclair », ou « la Foudre »)2. C'est le premier sprinter à améliorer trois fois de suite le record du monde du 100 m et à obtenir la plus nette amélioration du record depuis le passage au chronométrage électronique en 1968

Je me prend pour Daguerre, l'inventeur de la photographie. Ici à Cormeilles en Paris, sa ville natale. Merci à Christine Noval Gutierrez, Monique Faget et Thuy Perchez


Info technique : Quand on utilise une chambre photographique, l'image sur le verre dépoli est très sombre. On est donc obligé d'ouvrir le diaphragme au maximum pour y voir quelque chose, donc la profondeur de champ est très faible. Si les deux personnes ne sont pas sur le même plan, l'une est floue. Mais juste avant de prendre la photo, on ferme le diaphragme à une taille plus réduite, donc plus de profondeur de champs, et les deux filles seront nettes.

Je me crois chez Beneton
Benetton Group est une entreprise italienne, fondée en 1965 dans la province de Trévise par Luciano, Gilberto, Giuliana et Carlo Benetton, et qui œuvre dans le domaine de la mode et de l’habillement. La société produit plus de 150 millions de vêtements par an, distribués par un réseau de plus de 6 500 points de vente dans plus de 120 pays, affichant un chiffre d’affaires total de plus de deux milliards d’euros.
Le groupe doit surtout sa notoriété à sa communication d’avant-garde et provocatrice, aujourd’hui conçue par Fabrica, le centre de recherche sur la communication du Groupe Benetton.
Je me crois dans le film "Emmanuelle"
Emmanuelle est un film érotique français réalisé par Just Jaeckin sur un scénario de Jean-Louis Richard d'après le roman éponyme d'Emmanuelle Arsan, mettant en scène Sylvia Kristel dans le rôle-titre, Alain Cuny, Marika Green et Christine Boisson. Distribué par Parafrance Films, ce film est sorti le 26 juin 1974 en France. Il a donné lieu à une série de films et de téléfilms mettant en scène le même personnage.
Entouré à sa sortie d'un parfum de scandale, le film joint érotisme chic et décors exotiques dans un scénario qui explore plusieurs aspects d'une sexualité découverte ou fantasmée, mais sans scènes explicites, les rapports sexuels étant plus suggérés que réellement montrés.

Je me prends pour le magazine Penthouse

En 1993, je publie une superbe série dans le magazine Penthouse.

Merci au mannequin Sandrine.
Penthouse, is a men's magazine founded by Robert C. "Bob" Guccione. It combines urban lifestyle articles and softcore pornographic pictorials that, in the 1990s, temporarily evolved into hardcore.
Although Guccione was American, the magazine was founded in 1965 in the United Kingdom. Beginning in September 1969, it was sold in the United States as well.
Je me prends pour Bernard Werber

Je sais, c'est horrible.

J'ai rencontré Bernard Werber plusieurs fois dans les années 2000. Ici, lors de la première du film de Claude Lelouch et Bernard Werber "Nos Amis Les Terriens" le 11 avril 2007 à Paris. Je sais, c'est horrible.

Je me prends pour Saint Exupéry
Je passe ma licence d'aviation privée (Private Pilot Licence, FAA) aux USA, en 1982

Je passe ma licence d'aviation privée (Private Pilot Licence, FAA aux USA, en 1982, validée en France en 1986) au Missouri pour accéder, entre autres, aux paysages fabuleux d'Alaska. A moi les grandes étendues sauvages. Avec mon appareil photo, bien sûr. Je me sens prêt pour "National Geographic".
Avec l'aile au-dessus du cockpit, les Cessna sont l'idéal pour la photo aérienne. Le Cessna 152 un des avions de tourisme monomoteur biplace le plus populaire du monde, vitesse maxi 204 km/h, train tricycle fixe, hélice McCauley à pas fixe, masse maximale au décollage : 757 kg, autonomie 5H, distance de décollage : 408 m.
Ici dans le petit Cessna 152, lors de mon premier cross-country en solo. Le temps est très mauvais. Je vole en dessous des nuages. J'avais fixé mon appareil photo Nikon F3 dernier cri et son fish-eye 16mm F2,8 sur un pied et assujetti, avec du gaffer, le pied derrière les sièges. Déclenchement à distance avec la commande scotchée au manche.

I get my Private Pilot Licence, FAA, in 1982, (validated in France in 1986) in Missouri, to access, among others, the fantastic Alaskan landscapes. Wilderness, here I come. With my camera, of course. I feel ready for "National Geographic".
With the wing above the cockpit, Cessnas are ideal for aerial photography. The 152 is the most popular single engine, two passenger planes in the world. Maximum speed 204 km/h, fix landing gear, fix pitch McCauley propeller, take off maximum weight: 757 kg, flight autonomy 5H, runway take of: 408 m.
Here in the small Cessna 152, during my first cross-country solo flight. Weather is bad. I fly below the clouds. I had secured my Nikon F3 and its fish-eye Nikkor lens 16mm F2.8 on a tripod, solidly tapes with gaffer behind the seats. Remote control triggering with the remote attached to the yoke.
Antoine de Saint-Exupéry, né le 29 juin 1900 à Lyon et disparu en vol le 31 juillet 1944 en mer, au large de Marseille, mort pour la France, est un écrivain, poète, aviateur et reporter français.
Je me prends pour Rémy Poinot,
le photographe pionier de la photo numérique en France.


J'ai rencontré et photographié Remy Poinot en 1999. Il est ici son studio rue de Montorgueil à Paris. Remy est un autre précuseur de la photo numérique en France. Il habite maintenant à Neuilly-Plaisance.

Rémy Poinot est aujourd'hui autant sollicité pour sa vision photographique qu'en qualité de conseil par tous ceux qui veulent comprendre les mutations technologiques et préparer l'avenir.
A l'âge de 8 ans, Rémy côtoie déjà les grands photographes de mode qui le font rêver.
Ses études de droit et de physique l'amènent au journalisme, puis à la photographie.
Parcours pour le moins étrange mais un photographe n'est-il pas un écrivain de lumière ?

Sa passion pour la technique et son goût du risque l'amèneront à réaliser des prises de vues les plus complexes.
Il photographie pour l'armement, l'aviation, pour la médecine, le nucléaire et bien sûr pour la publicité car il sait concrétiser les rêves des créatifs les plus ambitieux.
C'est donc tout naturellement qu'il prend le virage du numérique en étant le premier photographe en France à s'équiper d'ordinateurs haut de gamme pour traiter ses images.
Grâce à sa vision du futur, il devance les changements en surfant sur toutes les vagues.

Je me prends Olivier de Kersauson.

J'ai photographié Olivier de Kersauson en Novembre 2000.
Olivier de Kersauson de Pennendreff, dit Olivier de Kersauson, né à Bonnétable dans la Sarthe le 20 juillet 1944, est un navigateur, chroniqueur et écrivain français.
Le vicomte Olivier de Kersauson est le septième d'une famille de huit enfants, nés de Henri de Kersauson (1906-1990) et de Jeanne Buffet (1911-2011)
En 1967, il effectue son service militaire dans un régiment de parachutistes d'infanterie de marine où il est affecté sur la goélette Pen Duick III à la demande d'Éric Tabarly, qu'il considère par la suite comme son « maître ». Il terminera au grade de quartier-maître. Dès lors, il devient l’un des équipiers favoris de Tabarly, puis même, sera le second à bord de plusieurs Pen Duick, apprécié pour « sa force digne d’Hercule, son engagement et son humour », selon Tabarly.
Il reste aux côtés d’Éric Tabarly jusqu’en 1974. Il commence ensuite une carrière indépendante de ce dernier non sans succès. À Noël 1975, l'avarie de Kriter II dans la course Londres-Sydney-Londres et le mystère qui entoura durant quelques jours le sort de l'équipage (14 personnes, la plupart jeunes marins sans grande expérience) le portent sur le devant de la scène médiatique. Il termine quatrième de la première Route du Rhum en 1978 avec Kriter IV.
Il se lance dans l'aventure des multicoques dans les années 1980. En 1986, il fait construire au chantier CDK son premier trimaran de 23 mètres, Poulain qui devient Un Autre Regard, puis Charal, un trimaran de 27 mètres en 1992, rebaptisé Lyonnaise des Eaux-Dumez avec lequel il s'engage dans le Trophée Jules-Verne en 1994. Avec Sport Elec, il reprend le trophée à Peter Blake et le conserve pendant cinq ans.
Avec Géronimo, un trimaran géant de 34 mètres baptisé en 2001, il fait notamment trois tentatives consécutives avant de battre une nouvelle fois le record du Trophée Jules Verne en 2004 ainsi que de nombreuses courses dans le Pacifique.
Il est propriétaire de deux restaurants Le Tour du Monde à Brest et à Larmor-Plage près de Lorient.

Je me prends pour Benny Hill
Alfred Hawthorn Hill dit Benny Hill est un acteur et chanteur comique britannique né le 21 janvier 1924 à Southampton et mort le 20 avril 1992 à Teddington. Il est essentiellement connu pour son émission The Benny Hill Show, diffusée de 1955 à 1989.
En 1969, son émission quitte la BBC pour Thames Television. Elle durera vingt ans, s'arrêtant en 1989 après une émission spéciale. On y retrouve à chaque épisode les courses poursuites en accéléré sur le thème de Yakety Sax, ponctuées par La Lettre à Élise de Beethoven ou la mélodie de la chanson Bruxelles de Jacques Brel, des batailles de tartes à la crème et d'autres formes d'humour potache. Les autres thèmes musicaux récurrents de la série sont Mahna Mahna de Piero Umiliani et, moins connu, Gimme Dat Ding du groupe The Pipkins.

Je me prends pour Jacques-Yves Cousteau


Dans toute ma jeunesse, je souffre d'asthme héréditaire et n'ai pas le droit de faire du sport, même pas de courir dans la cour de récréation. Donc, je ne sais pas ce que sont des barres parallèles, le lancer du poids, taper dans un ballon, etc.. Bien triste. Mais plus tard, une fois aux USA, j'ai pris ma revanche et ai fait de la plongée sous-marine dans le monde entier.

J'ai passé mon premier diplôme en 1980 avec le chef instructeur plongée de la police de Miami, Bruce Garrisson, un mec super. Il m'a juste dit, mets ta bouteille sur ton dos, ton masque sur ton nez et viens avec moi, suis-moi bien de près et on va s'éclater. Aucune appréhension, juste magnifique, un monde nouveau, des poissons colorés partout, un état d'apesanteur, le pied total.
J'ai bien sûr suivi de près mon instructeur, qui n'avait d'ailleurs pas l'intention de me lâcher d'un pouce (ils ne parlent pas en centimètre là-bas).
Ma première parole, une fois sorti, a été : où puis-je acheter un Nikonos. J'étais accro. Puis j'ai suivi mon cours Padi Open Water et ai appris les dangers et comment les éviter. Puis j'ai passé tous mes diplômes jusqu'au Nitrox.
Quelques-unes de mes plongées :
France, Italie, Grèce, Malte, Mer Rouge (Hurghada, Safari au bord du désert et El Gouna), B
ermudes, Bahamas (Nassau, Freeport, Eleutera, San Salvador), Cayman, Haïti, St. Domingue, Puerto Rico, Antigua, Iles Vierges US et Britanniques, Guadeloupe, St Martin, Martinique, St Lucie, St Eustache, Barbade, Trinidad, Curaco, Mexique (Puerto Vallarta, Cabo, Mazatlan, Acapulco, Cozumel, Playa del Carmen, Cancun, Mer de Cortez), Floride (Florida Keys, Clearwater, Tampa), Ohio (lac Erié), Honduras (Roatan, San Blas), Californie (Los Angeles, Catalina, Monterey, San Francisco), Colombie (Malpelo), Hawai, Canada (Vancouver Island), Alaska (Juneau, Ketchikan), Indonésie (Bali, Pulau Sepa), Philippines, Malaisie (Sipadan, Kota Kinabalu, Bornéo, Java, Sumatra), Thaïlande (Puket), Chine (Canton), Micronésie (Guam), Venezuela, Colombie, Amazonie, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Madagascar, Requins baleines (Mexico), Sous glace (Tignes, France), Bonaire, fosses de plongée Charenton et Villeneuve-la-Garenne (île de France)

-- Certification Padi "Basic" en 1980 avec Bruce Garrison, chef instructeur plongée de la Police de Floride, dans les eaux douces des sources de la Floride du Nord.
-- Certification Padi "Advanced" et "Dive Master" en Ohio en 1982. Plongée dans le lac Erié, dans des puits et des carrières. Utilisation du masque industriel Kirby-Morgan.
-- Certifications "Rescue" Padi et Naui en Californie in 1993.
-- Reportage sur la survie en eau froide, utilisation de combinaisons isolantes sèches. Alaska. Publications dans le magazine "Asian Diver" (Singapour), 1994.
-- Photos humoristiques sous-marines. Grand Cayman. Publications dans "Photo Magazine", France, 1986.
-- Reportage sur les expéditions avec les requins, en Californie, publications dans "Oceans" (France), 1994 et Scuba World (Angleterre) 1995.
-- Reportage sur les tortues de "Sipadan Island". Publication dans "Photo-Asia" magazine (Singapour), 1992.
-- Exposition de mes photographies sous-marines à "Scuba 92" en Californie.
-- Expédition au Vanuatu (Pacifique Sud) pour photographier les dugongs (vaches marines). Première mondiale : photos de dugong et humain en milieu naturel. 1993. Publications en Angleterre (Scuba World), Australie (Sport Diving), Asie (Asian Diver), France (Hebdo) et Canada (Diver Magazine).
-- Expédition en Nouvelle-Calédonie pour photographier les caves de calcites englouties de l'Ile des Pins. 1993. Publications dans "Sport Diving" (Australie).
-- Publication d'un portfolio dans "Chasseur d'Images" (France) Sept. 1994. -- Publication d'un livre en avril 1996, "Emotions sous-marines", 128 pages, 107 photos. Mise en page, textes et photographies de Christian Fournier. Quinze années de plongées autour du monde, de rencontres surprenantes ou attendrissantes, de paysages spectaculaires ou mystérieux. Des photos insolites et émouvantes, des souvenirs à faire découvrir et à partager. Quand la photographie devient Emotions.....
-- Expédition à Madagascar en avril 2001, publication pour le magazine Plongeurs International.
-- Publication du reportage "Dugong" dans le magazine Chasseur Francais en avril 2002.
-- Voyage à El Gouna, Egypte, en mars 2002, publications pour le magazine Plongeurs International.
-- Voyage en Polynésie, en octobre 2002, publications pour le magazine Plongeurs International.
-- Voyage à Sipadan, Malaisie, en mars 2003, publications pour le magazine Plongeurs International.
-- Voyage à Saint Eustache, Caraïbes, en mai 2032, publications pour le magazine Plongeurs International.
-- Certification Nitrox PADI le 31 mai 2003.
-- Mars 2004, Pucket, Thaïlande
-- De 2004 to 2012 , plongées dans des fosses autour de Paris, en Belgique et des piscines dans le sud de la France
-- Août 2011, requins-baleines et cénotes au Yucatan, Mexique.
-- Janvier 2012, sous la glace du lac de Tignes, France
-- Août 2012, Bonaire aux Antilles Néerlandaises.


Cherchez Frédérique …. Près de Playa Del Carmen, Mexique, 2011. Nikon D700 dans un caisson Ikelite. Mon cœur en bat encore…. Non, le requin baleine n'est pas dangereux. imaginez être devant ce très très gros poisson (non ce n'est pas un mammifère). Cela faisait 20 ans que j'espérais cette rencontre. Je le vois plein pot dans mon viseur, l'eau est relativement claire (il y a évidemment du plancton en suspension car c'est cela qu'il mange), j'entends l'obturateur qui fonctionne bien, je visionne très rapidement la photo, tout baigne. Ce sentiment est gravé à tout jamais dans ma mémoire. Puis Frédérique, bien briefée et très en forme, se rapproche de la grosse bête. Alors là, encore mieux. Un gros poisson, c'est bien. Un humain à deux mètres du gros poisson, c'est encore mieux. Si vous vous demandez quel diaphragme j'ai utilisé pour cette photo, je repondrais, tout comme Howard Hall (grand photographe sous-marin rencontré en Californie) m'a répondu : "tous."

Emotions sous - marines par Christian Fournier
Son titre le suggère : l’Émotion est le fil conducteur de cet ouvrage. Émotion qui, je l’espère, se dégage des photos de cet album.
En quinze années de plongées autour du globe, j’ai réalisé de nombreuses photos, insolites, attendrissantes, inquiétantes ou mystérieuses ; je vous présente mes préférées.
Toute la conception de ce livre repose sur la beauté de l’Image.
Informations, explications ou anecdotes vous permettant de mieux “vivre” et comprendre les photos sont regroupées, à la fin de l'ouvrage. Le monde sous-marin est magique, le pénétrer est riche d’émotions.
Je souhaite vous les faire partager. Bonnes Émotions. Christian Fournier
Je me prends pour Geneviève de Fontenay


Geneviève Mulmann, dite Geneviève de Fontenay, née le 30 août 1932 à Longwy, est l'ancienne présidente du Comité Miss France et de l'élection Miss Nationale et 'actuelle présidente d'honneur du Comité Miss Prestige National.
J'ai photographié 7 Miss France, dont une Miss Univers.
1 - Linda Hardy Miss France 1992
2 - Mareva Galanter Miss France 1999
3 - Sonia Rolland Miss France 2000
4 - Elodie Gossuin Miss France 2001
5 - Sylvie Tellier Miss France 2002 et directrice générale de la société Miss France
6 - Laury Thilleman Miss France 2011
7 - Iris Mittenaere Miss France 2016 et Miss Univers 2017.

Je me prends pour un photographe de l'AFP ou de Reuters.
J'ai photographié 5 chefs d'états

Jimmy Carter, Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac, François Hollande, Emmanuel Macron.



J'ai photographié 25 ministres français
1 - Emmanuel Macron. 2 - Maurice Herzog. 3 - Valérie Pecresse. 4 - Valéry Giscard d'Estaing.
5 - Dominique Strauss-Kahn. 6 - Arnaud Montebourg. 7 - Michèle Alliot-Marie. 8 - David Douillet. 9 - Roselyne Bachelot.
10 - Claude Allègre. 11 - Francis Mer. 12 - Lionel Jospin. 13 - Manuel Walls. 14 - Audrey Azoulay. 15 - Pierre Mesmer. 16 - Pierre Moscovici. 17 - Frédéric Lefebvre. 18 - Bernard Kouchner. 19 - Dominique Perben. 20 - Jacques Chirac. 21 - Fleur Pellerin. 22 - Thierry Breton. 23 - Serge Lepeltier. 24 - Nicolas Hulot. 25 - Jean-François Copé.


Je me prends pour un Scottish Lord


Je me prends pour Olivier Föllmi.

Olivier Föllmi, né le 28 février 1958 à Saint-Julien-en-Genevois est un photographe franco-suisse. Il est particulièrement connu pour ses photos de l'Himalaya, notamment du Zanskar et du Tibet et de leurs habitants.
J'ai photographié Olivier Föllmi au Salon de la Photo à Paris en 2017
Je me crois au Paris-Dakar


Je me prends pour David Copperfield, le magicien


Je me crois dans Jurassic Park


Je me crois dans Back to the Future


J'ai rencontré Christopher Lloyd, alias le docteur Emmett Brown, en février 2016 au Paris Manga et Sci-Fi-Show.

Avec Christopher Lloyd, alias le docteur Emmett Brown, de "Retour vers le futur".
Christopher Allen Lloyd, né le 22 octobre 1938 à Stamford, a gagné trois Emmy Awards.
Le célébre "almanac" ne sert plus à rien.

Je me prends pour The Beatles.
Je me prends pour un Sultan


Je me prends pour le fantôme de l'Opéra


Je me prends pour un être évolué


Je me prends pour Al Giddings.


Août 2011: À l’intérieur de l'épave Mama Viña près de Playa Del Carmen, Mexique. Environ 15 minutes de bateau, environ 30 mètres de profondeur, sol sablonneux et bonne visibilité. Vous pouvez apercevoir Frédérique illuminant de son phare les glass fish.

Giddings is well known in the entertainment industry for his creative directing and undersea camera work, demonstrated in such classic films as THE DEEP and the James Bond classics FOR YOUR EYES ONLY and NEVER SAY NEVER AGAIN. Giddings pushed underwater film techniques and technology to the edge as director of underwater photography for 20th Century Fox's blockbuster THE ABYSS, which captured an Academy Award nomination for outstanding cinematography. He also served as Co-producer/Director of Underwater Photography on Jim Cameron's 1997 Fox spectacular, TITANIC, the highest grossing film in movie history. In addition, Giddings directed and filmed the heart stopping under-ice sequences in DAMIEN: OMEN II, and Disney's NEVER CRY WOLF.
Giddings has directed and filmed dozens of films for television, including specials on the ANDREA DORIA, the North Pole, deep-sea volcanoes, the great whales and great white sharks. In 1996 he coproduced and codirected GALAPAGOS: BEYOND DARWIN, for the Discovery Channel, the third-highest rated show in Discovery's 15-year history, and BLUE WHALE: LARGEST ANIMAL ON EARTH for ABC World of Discovery. Four television specials, BLUE WHALE, SHARK CHRONICLES, MYSTERIES OF THE SEA, and THE LIVING EDENS: PALAU, have earned Giddings Emmy® Awards.

Giddings' topside cinematography produced spectacular white-water sequences for the CBS miniseries DREAM WEST. He produced and directed OCEANQUEST, a five-part NBC ocean adventure series which captured the number one slot in prime-time ratings. Giddings and his company produced four highly acclaimed one-hour specials, WATER GIFT OF LIFE (hosted by Gregory Peck), IN CELEBRATION OF TREES (Discovery Channel), TITANIC: TREASURE OF THE DEEP (CBS, hosted by Walter Cronkite) and OCEAN SYMPHONY, Giddings music video which won the American Film Institute's highest award. His most recent work in IMAX Productions, WHALES and GALAPAGOS 3-D, are garnering national attention and setting attendance records around the world.

Je me prends pour un Emir


Je me prends pour un Maharaja


Je me prends pour Lavoisier.
Antoine Laurent de Lavoisier (Paris, 26 août 1743 - Paris, 8 mai 1794) est un chimiste français. Il est considéré comme le « père de la chimie moderne », car ses découvertes démentirent les lois de l'alchimie utilisées jusqu'alors — selon lesquelles tout élément pouvait apparaître, disparaître ou se transformer en un autre.
Je me prends pour Antoine (le chanteur, les élugubrations)


En 1984, Je passe mes diplômes de voile, pour de superbes photos de croisières à la voile aux Caraïbes (surtout les Bahamas, les îles vierges US et britanniques : Tortola, Virgin Gorda, et Jost Van Dyke), en Floride et en Californie.
Vivent les belles plages désertes! Merci Antoine, Oh Yea! (pour les jeunes, ceci est une référence à une vieille chanson).
Je trouve cela extraordinaire. Les cartes de navigation des îles vierges sont quasiment des photos aériennes. Choisi ton île, s'il y a déjà un bateau à l'ancre, prends la suivante et tu auras toute l'intimité possible. Sea, Sex and Sun (pour les jeunes, ceci est encore une référence à une vieille chanson). C'est fabuleux les îles désertes.
Calme, propre, bleu et blanc. J'ai peur que 30 ans après, avec le développement du tourisme, cela soit devenu plus difficile, comme mes plages désertes de Cozumel, au Mexique où je suis retourné en 2011 et les ai retrouvées habitées. Bon, moi je n'ai pas fait d'enfants, qui n'ont pas fait d'enfants, qui n'ont pas fait d'enfants, etc..
Je me prends pour Jules Cesar
Je me prends pour Vasco de Gama


La liste de mes voyages :
1953-1980 : Pas-de-Calais, Angleterre (Londres, Reading, Lake District, Peak District, Cambridge, Oxford, Ecosse, Pays de Galles), Italie (Rome, Capri, Venise), Grèce (Corfou), Norvège (Oslo).
1980-1989 USA et Caraïbes : Bahamas (Nassau, Freeport, Eleutera, San Salvador), Cayman, Haïti, St. Domingue, Puerto Rico, Antigua, Iles Vierges US et Britanniques, Guadeloupe, St Martin, Martinique, St Lucie, St Eustache, Barbade, Trinidad, Curaco, Bonaire, Floride (Florida Keys, Clearwater, Tampa), Ohio (lac Erié), Honduras (Roatan, San Blas), Californie (Los Angeles, Catalina, Monterey, San Francisco);
1983 Colorado; 1984-1989 Alaska (Juneau, Mendenhall glacier, Skagway, Ketchikan, Glacier Bay, Bettles); 1984 Haiti (Port-au-Prince, Cap Haïtien, la Citadelle La Ferrière, le palais de Sans-Souçi, Labadie); 1985 San Blas, Canal de Panama, 1987 Amazonie (Belem, Manaus); 1989 Hawai (Maui et son Parc national de Haleakalā, Molokai, Oahu, Kauai); 1991 Bali (Kota de Denpasar, lac et volcan Batur, Ubud, Tulamben); 1991 chine (Shanghai, Canton, Tsingtao); 1991 Jakarta; 1991 Nias; 1991 Sipadan; Indonésie (Bali, Pulau Sepa), Philippines, Malaisie (Sipadan, Kota Kinabalu, Bornéo, Java, Sumatra); Nouvelle-Calédonie (Nouméa, Yaté, Iles de Pins); 1993 Vanuatu; 1996 Red Sea; 1998 Cannes; 2001 Moscou; 2001 Madagascar; 2002 El Gouna Egypte; 2002 Polynèsie (Morea, Bora-Bora, Rangiroa, Tikehau); 2002-Etretat; 2003 Sipadan, Bornéo; 2003 St Eustache, Caraïbes;
2004 Thaïlande, Puket; 2004 Bari Italie; 2005 et 2007 Inde, Jaipur, Trichy, Guruvayoor, Udaipur, Chennai, Pushkar, Periyar, Kumarakom, Bikaner, New Dehli, Le temple de Kari Mata, Mahabalipuram, Kanchipuram, Rajasthan, Mandawa, Mettupalayam, Tanjore, Pondichery, Jaisalmer, Madurai, temple Meenakshi Amman, Mahabalipuram, Kanchipuram, etc…; 2005 Angleterre Brighton; 2005 Auvergne; 2006 Tanzanie, Serengeti, N'gorogoro, Kilimanjaro; 2006 Croatie; 2006 Guedelon, Périgord, Lubéron; 2007 Grèce; 2008 Le Mont St Michel; 2008 Hollande Keukenhof; 2008 Belgique; 2008 St Tropez; 2008 en Sardaigne; 2008 Bruges: 2008 South Africa; 2008 Amsterdam; 2009 Belgique Namur; 2009 Iceland; 2009 Bavière et Belgique; 2009 Amsterdam, 2010 Waterloo; 2010 Canada, Montréal, Québec, Tadoussac, la Seigneurie du Triton; 2010 Guedelon et Boutissaint; 2008 Amsterdam, 2010 Canaris; 2011 La Transbaie 2et Marcanterre; 2011 Vosges; 2011 Mexique Cozumel, Play del Carmen; 2011 Grèce, 2012 Tignes; 2012 Alsace; 2012 Bonaire; 2012 Cabourg; 2012 London Olympics; 2012 Pas-de-Calais, Arras, Leeward; 2012 Espagne Saragossa; 2013 UK, Reading Oxford; 2013 Las Vegas, Brice Canyon, Cedars; 2013 Malte; 2014 Cotentin;
2014 Istanbul; 2014 Normandie, Ecosse; 2014 Dubaï, 2015 Costa Rica, Vosges, Bretagne, Marseille, Budapest (Hongrie); 2016 Cracovie (Pologne), Normandie, Barcelone, Londres, Hastings, Lisbonne, 2017 Madère, etc.


Je me prends pour Little Big Man


Je me prends pour Eric Tabarly



Je me prends pour Coluche


Merci pour tout, Coluche
Revendiquant sa grossièreté mais, selon lui-même, « sans jamais tomber dans la vulgarité », l'humoriste donne très tôt un style nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression, au music-hall, en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. En 1974, il devient célèbre en parodiant un jeu télévisé : Le Schmilblick (sketch). En 1984, il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans Tchao pantin. Tour à tour provocateur ou agitateur par ses prises de position sociales, il se présente à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer2. Devenu très populaire et apprécié du public, il fonde en 1985 l'association Les Restos du Cœur, relais d'aide aux plus pauvres, quelques mois avant de mourir dans un accident de moto.

J'ai visité et photographié les entrepôts des Restos du Cœur en 2014, toujours en pleine activité, 29 ans après. Bravo Coluche. En tant que SDF en 1993, je sais de quoi je parle (voir page 41, ma ruine).

2016 : La tombe de Coluche à Montrouge. Coluche est mort à 42 ans.

Ne vous plaignez pas de vieillir, tout le monde n'a pas ce privilège.
31 octobre 2016 : Expo Coluche à l'Hôtel de Ville.
Je me prends pour un riche touriste


Je me prends pour Uncle Sam
Je me prends pour un junky


Avec mes collègues, on se prend pour les Marx Brothers


Je me prends pour un chinois

Je me prends pour les Monty Python

Monty Python est le nom d'une troupe d'humoristes britanniques rendue célèbre initialement grâce à sa première création, la série télévisée Monty Python's Flying Circus dont la diffusion débuta à la BBC le 5 octobre 1969 et qui se poursuivit durant 45 épisodes jusqu'au 5 décembre 1974. Elle était composée de six membres : Graham Chapman, John Cleese, Eric Idle, Michael Palin, Terry Jones et Terry Gilliam. Tous les membres du groupe sont anglais, sauf Terry Gilliam qui vient des États-Unis, et Terry Jones, d'origine galloise.
Je me prends pour John Cleese
Je me crois dans Histoire d'Eau (Oui, d'eau, pas d'ô)

Histoire d'O est un roman français signé par Pauline Réage, née Anne Desclos) publié en 1954 aux éditions Pauvert et ayant reçu le prix des Deux Magots l'année suivante.
Le roman s'ouvre au moment où une jeune femme appelée O, libre et indépendante (libre sexuellement, pour les années 1950), est emmenée en taxi par son amant René dans un château, situé à Roissy, où l'on « dresse » les femmes. Elle y devient esclave, de son plein gré. Elle y souffre (elle doit s'accoutumer au fouet) et n'y connaît au fond que peu de plaisirs si ce n'est celui d'appartenir à quelqu'un. C'est dans le donjon de Samois qu'elle est marquée au fer rouge aux initiales de son maître. O promet, par amour, de se soumettre à tout ce que voudrait son amant, d'abord René, puis sir Stephen — auquel il finit par la donner — et elle s'exécute.
Le roman comporte une part de réalisme passé : à Roissy, on pratique un enfermement qui rappelle celui imposé aux pensionnaires des maisons closes, avant leur interdiction en 1946 à la suite des campagnes de Marthe Richard.

17 juin 2015 : Nu artistique, Hommage à Helmut Newton, au Studio StarCréation, Modèle Aleksa Slusarchi, Maquilleuse Lucky Nguyen, Photographie et infographie Christian Fournier, casting Pat Denton.
Je me crois dans "3H10 pour Yuma"

3 h 10 pour Yuma (3:10 to Yuma) est un film américain réalisé par Delmer Daves, sorti en 1957.
Adapté d'une nouvelle d'Elmore Leonard, Three-Ten to Yuma, parue en mars 1953 dans Dime Western Magazine, il a fait l'objet d'un remake réalisé par James Mangold et sorti en 2007.
Je me crois dans "La Belle et la Bête"
Johnny Depp ?

Je me crois avec Jules Vernes.


Je me prends pour un pompier

This is a fake photo: do not call me if your house is on fire.
Ceci est un montage photographique : ne m'appelez pas si votre maison brûle.

Je suis un pilier
Je me crois à la cour de Louis XIV à La Galerie des Glaces.

Merci à Frédérique Gorsky.
Je me prends pour Liu Bolin, le roi des trompe-l'œil.

Trouvez le zèbre.

Je me prends pour Father Ted.

Father Ted est une série télévisée britannico–irlandaise en 24 épisodes de 24 minutes et un épisode de 55 minutes, créée par Graham Linehan et Arthur Mathews et diffusée entre le 21 avril 1995 et le 1er mai 1998 sur Channel 4 et sur RTE Two en Irlande. Acclamée par la critique et récompensée par plusieurs BAFTA Awards, elle fait l'objet de rediffusions régulières en Royaume-Uni et en Irlande.
Cette série raconte les mésaventures de trois prêtres et de leur gouvernante, exilés sur Craggy Island, petite île au large des côtes irlandaises. Leur comportement, indigne de l'Église catholique, a conduit leurs supérieurs à leur infliger ce bannissement : le père Ted Crilly a détourné des dons récoltés par l'église ; le père Jack Hackett est un alcoolique obsédé par les femmes dont le vocabulaire est principalement constitué des mots « Drink! Feck! Arse! Girls! » (« Boire ! Baiser ! Cul ! Filles ! ») et le père Dougal McGuire est un simple d'esprit.
Je me prends pour le magazine PlayBoy.
Je participe à un shoot PlayBoy en 1985 sur un bateau de croisère, le S/S Rhapsody.

Remerciement à David Macey de m'avoir permis de participer à ce shoot Playboy. Merci à la Playmate Susan Schott.
Je me crois avec Abba

ABBA est un groupe de pop suédois fondé à Stockholm en novembre 1972.
Le groupe est originellement composé d'Agnetha Fältskog, Anni-Frid Lyngstad, dite « Frida », Benny Andersson et Björn Ulvaeus. Les initiales des quatre prénoms formant l'acronyme et palindrome ABBA, ce n'est qu'en 1976 que le désormais célèbre ambigramme, avec un B inversé, sera utilisé comme logo.
Je me prends pour Amundsen

Roald Engelbregt Gravning Amundsen né le 16 juillet 1872 à Borge en Norvège et mort le 18 juin 1928 vers l'île aux Ours, est un marin et explorateur polaire norvégien.
Je me prends pour le magazine "PHOTO"

PS : Ceci est une fausse couverture
J'ai photographié son rédacteur en chef Eric-Colmet-Daage en 2010

Éric Colmet Daâge, né en 1948 à Paris, est Editor At Large du magazine Photo après en avoir été longtemps rédacteur en chef.
Après des études secondaires au lycée Saint-Jean-de-Passy et à la suite d'une rencontre de son père avec Henri Cartier-Bresson, il devient assistant du photographe Benjamin Auger à Salut les Copains.
En 1967, il est assistant du directeur artistique de Photo, Régis Pagniez, puis de Guy Trillat. En 1970, il prend la direction artistique de Son-Magazine.
En 1972, il devient directeur artistique de Photo, rédacteur en chef du magazine depuis la naissance du magazine. En 1992, il participe avec Éric Neveu à la création de Newlook3. Parallèlement, de 1985 à 2000, il crée et dirige dans Lui la rubrique « La Défonce du Consommateur » qui présentait chaque mois des objets insolites et originaux, puis les nombreux hors-série de Lui consacré à ces mêmes objets.
En 2014, il est nommé Editor At Large de Photo.
Je me prends pour David Hamilton

David Hamilton est un photographe et réalisateur britannique né à Londres le 15 avril 1933 et mort à Paris le 25 novembre 2016.
Installé en France dès les années 1950, il se fait connaître par ses photos qui mettent principalement en scène des jeunes adolescentes dans des poses érotiques.
Quand on dit flou artistique, à qui pensez-vous ?
Au photographe David Hamilton bien sûr. Ce Londonien élégant de 83 ans vit à Saint Tropez sur la French Riviera propice aux photos pour sa belle lumière. Il fut introduit par Peter Knapp en 1959 chez ELLE en tant que maquettiste. Il devint directeur artistique du magazine Queen l’année suivante. Ensuite il devint de nouveau directeur artistique au Printemps pendant 2 ans où il fût gentiment remercié. Il commença la photographie à l’âge de 33 ans. Il devint un artiste photographe reconnu en s’inspirant des compositions picturales de peintres renommés. On peut le qualifier de photographe impressionniste. Il a notamment été influencé par les danseuses d’Edgar Degas pour ses portraits et Robert Demachy pour les nus.
Sa base artistique: lumière naturelle et flou artistique
La lumière naturelle fut pour lui la meilleure révélation pour ses photographies. Les lumières douces du matin et celles du soir sont devenues ses supports favoris. Toutes ses images sont enveloppées par un joli flou artistique et des contours estompés par un halo lumineux qui donne de la poésie à l’image.
Equipé d’un Minolta SRT 303 et d’optiques Minolta MC Rokkor, David Hamilton a défrayé la chronique pendant des années avec ses photos portraits de jeunes filles nues. De nombreux procès d’intention injustifiés lui ont été faits. Il était à la recherche de la candeur d’une certaine jeunesse, de la frontière mince entre l’adolescence et l’âge adulte. Il n’y avait rien de sexuel… Dans les années 70, 80 et milieu 90, personne n’y trouvait rien à redire sauf quelques exceptions dans des villes puritaines des Etats-Unis. Sa notoriété fut immense. De nos jours le puritanisme et la peur de la pédophilie furent l’œuvre de son déclin.
David Hamilton est un photographe à mi-chemin entre la peinture et la photographie. Ce célèbre artiste photographe utilisait des films sensibles avec un grain photo marqué. C’est cet effet impressionniste et ces halos lumineux toujours présents dans ses images enrobant et estompant les contours, qui en font sa marque de fabrique. Il a inventé ce style inimitable. Les mots ‘Lumière hamiltonienne’ sont entrés dans le dictionnaire.
Dans ces années glorieuses beaucoup de photographes ont voulu l’imiter (ceux qui le critiquent aujourd’hui) par l’adjonction de lentilles floues devant leur objectif. Mais cela n’est pas possible, ça ne marche pas et pour cause: sa technique est simple mais coûteuse, il appliquait de la vaseline sur la lentille avant de son objectif, ainsi la lumière ne pouvant totalement rentrer, ricochant, laissait ce fameux halo lumineux flou. L’optique bien grasse sur sa face frontale en gardera les traces.
Je me vois dans le film Halloween


Je me prends pour F. Baumgartner,
qui a réalisé le plus haut saut en chute libre jamais réalisé à l'époque, depuis une altitude de 39 376 mètres.
J'ai effectué mon service militaire à la base militaire disciplinaire de Drachenbronn dans les Vosges. le parachutisme m'a beaucoup plu : pendant les 20 secondes de chute libre, personne ne peut vous engueuler

Je refais du parachutisme 15 ans plus tard au Canada, près de Vancouver, avec Angel Swanson
Je me prends pour Herbie Hancock
J'ai rencontré Herbie Hancock lors du mariage de Chloé et Gérald à Monte Carlo et sur le yacht Christina "O" le 28 aout 2010.

Il est né le 12 avril 1940 à Chicago, est un pianiste et compositeur de jazz. Il est l'un des musiciens de jazz les plus importants et influents. Il a mêlé au jazz des éléments de soul, de rock, de funk, de disco ainsi que, parfois, quelques rythmes issus du rap.
Je me prends pour Walker Evans
Le 15 juillet 2017, je visite'expo du photographe Walker Evans au Centre Pompidou.

Walker Evans, né le 3 novembre 1903 à Saint-Louis, Missouri, et mort le 10 avril 1975, à New Haven, Connecticut, est un photographe américain.
Figure majeure de la photographie américaine du xxe siècle, Walker Evans conservera de sa vocation littéraire le souci d'un regard attentif sur les villes et sur ceux qui y vivent.
Par sa portée humaniste et documentaire, l'œuvre qui marque très tôt sa différence avec les courants contemporains saura influencer toute une génération. En 1935, Walker Evans part en mission et rapporte des photographies s'inscrivant dans la lignée de ses précédents travaux.
Prises à la Chambre photographique, d'une impeccable précision, elles s'attachent à l'architecture vernaculaire, aux intérieurs, aux pancartes et aux affiches autant qu'aux problèmes directement traités par la FSA.
Son impact dépasse l'influence stylistique individuelle et s'étend désormais à la conception même du projet de la FSA, s'agissant en particulier de l'élargissement thématique de l'ensemble du traitement des seuls problèmes agricoles vers un projet de documentation visant l'ensemble de la société et de la culture vernaculaire.

Je rentre dans sa photo.
Je me prends pour le peintre Monet.
1982, Missouri, USA . J'ai créé cette photo grâce au vent qui secouait doucement les fleurs. J'ai utilisé différentes combinaisons de vitesses d'obturation pour obtenir le léger flou de premier plan, et de diaphragmes pour le flou d'arrière-plan. Pas de Photoshop.

1982, Missouri, USA. I created this photo thanks to the wind which gently swayed the flowers. I used different combinations of shutter speeds to get the blur effect in the foreground, and apertures to get the background blur. No Photoshop.
Je visite, en octobre 2016, avec Frédérique Gorsky, la demeure de Claude Monet, à Giverny.
Je me prends pour un grand philosophe.
Je me prends pour Carl Sagan.
Le 27 septembre 2015 : La lune de sang
Prises de vue et montage intervallomètre : Christian Fournier. Lieu : les locaux de L'AFA (Association Française d'Astronomie) au Parc Montsouris à Paris.
Photos and timelapse by Christian Fournier in Parc Montsouris near Paris.

Dans la nuit du 27 au 28 septembre 2015 a eu lieu une éclipse lunaire exceptionnelle. Le satellite particulièrement près de la Terre sera teinté de rouge et il disparaîtra totalement pendant plusieurs minutes. Les éclipses lunaires totales ou partielles peuvent sembler moins spectaculaires car plus fréquentes que les éclipses solaires totales. Celle qui se déroula dans la nuit du 28 septembre prochain a mérité néanmoins d'avoir les yeux au ciel quelques minutes pour la voir. En effet, il s'agit d'une "super-lune". L'astre dont l'orbite réalise une ellipse autour de la Terre se trouva très près de nous (363 104 km pour être précis) et a paru plus grosse dans le ciel. Par ailleurs, l'alignement avec le soleil donne à la lune une teinte écarlate particulière. Elle est alors surnommée "Lune de Sang". C'est la conjonction de ces deux phénomènes astronomiques qui rend l'événement exceptionnel. Ce type d'éclipse se produit rarement et la prochaine visible depuis la France aura lieu en 2033.

I used two Nikon boddies D600. One with a Nikkor 80-200mm F2.8 for the time-lapse and the other with a Sigma 500mm for the close-ups. Both on tripods of course, equipped with Manfrotto micrometric heads. Antivibration, mirror up, noise reduction, remote triggering to avoid shake, drastic exposure bracketing, raw format, lens correction with Lightroom, moon always in the centre of the frame for better lens definition. The sky was very clear and had been for the past two days without a single cloud (rather rare for Paris), the air was crisp, the visibility very sharp (very rare in Paris). During the day, we had a special and unique carless day which reduces pollution (I am not sure it contributed to this exceptional visibility though). We were in a wooded small recreational small park in Paris, with not to much light pollution (for Paris). Not many stars were visible tough.

J'ai utilisé deux boîtiers Nikon D600. Un avec un Nikkor 70-200mm F2.8 pour l'intervallomètre et l'autre avec un 500 mm pour les gros plans. Tous deux sur pieds Manfrotto à têtes micrométriques. Anti-vibration, miroir relevé, réduction du bruit, contrôle à distance pour éviter de bouger les boîtiers, bracketing de l'exposition, exposition toujours inférieure à 4 secondes pour éviter le flou de bougé dû au mouvement de la lune, format raw NEF, correction de l'objectif avec Lightroom, réduction du bruit avec Lightroom. Le cours de la Nikon School sur Lightroom m’a bien été utile. Le ciel était dégagé et ce depuis les deux jours précédents sans nuages (plutôt rare à Paris), l'air était tonifiant (très rare à Paris). Ce même jour, c'était "Paris sans voiture" pour la première fois. Je ne suis pas sûr, mais cela a peut-être contribué à l'exceptionnelle visibilité. Nous étions au Parc Montsouris à Paris, avec peu de lumière parasite. Mais peu d'étoiles étaient visibles.
Carl Sagan (1934 – 1996) est un scientifique et astronome américain. Il est l'un des fondateurs de l'exobiologie. Il a mis en place le programme SETI de recherche d'intelligence extraterrestre. Il est aussi renommé pour son scepticisme.

Carl Sagan était professeur et directeur de laboratoire à l'Université Cornell et a contribué à la plupart des missions automatiques d'exploration spatiale du système solaire.

Il est également connu pour avoir coécrit un article annonçant les dangers de l'hiver nucléaire.
Pendant la première guerre du Golfe, Sagan a prédit que la fumée engendrée par les bombardements américains des puits et raffineries de pétrole irakiens entraînerait des conséquences proches de l'hiver nucléaire.

Sagan est surtout connu du grand public pour ses œuvres de vulgarisation scientifique. Il a écrit et raconté la série télévisée
Cosmos (treize épisodes vus par 10 millions de téléspectateurs) dans laquelle il développe, entre autres, un calendrier cosmique. Celui-ci sera souvent repris par la suite dans plusieurs livres et documentaires de vulgarisation de l'astronomie.

Sagan fut l'un des pères fondateurs d'un des groupes sceptiques américains, le Committee for Skeptical Inquiry, qui considère qu'
aucune preuve de l'existence du paranormal n'a été apportée à ce jour. Son ouvrage The Demon-Haunted World est considéré comme un classique du scepticisme scientifique.


Le plus incroyable, c'est qu'il soit complétement inconnu en France, bien qu'ayant quasiment sauvé la planète d'une guerre nucléaire en rencontrant Ronald Regan et Gorbatchev à l'époque de la guerre froide et l'accumulation inconsidérée de bombes atomiques dans chaque camp et leur expliquant qu'ils étaient comme deux guerriers dans un garage inondé d'essence et se menaçant chacun avec une boîte d'allumettes.
Je me prends pour un pilote de ligne.
Je me prends pour une femme, mais cela ne marche pas.
Je me prends pour Casanova
Bien qu'il soit souvent associé à Don Juan comme séducteur, la vie Giacomo Casanova ne procédait pas de la même philosophie : ce n'était pas un collectionneur. Parfois présenté (ainsi par Fellini dans son film homonyme) comme un pantin ou un fornicateur mécanique, qui se détourne de sa conquête dès lors qu'elle s’est donnée à lui, il s'attachait, il secourait éventuellement. Personnage historique et non de légende, jouisseur et exubérant, il vécut en homme libre de pensée et d'action, des premiers succès de sa jeunesse à sa longue déchéance.

That was in the 1980s: There was a feeling of freedom and enjoyment and optimism.

Hommage aux femmes que j'ai rencontrées.
C'étaient des femmes adorables et je les remercie toutes.
Nous nous sommes bien amusés, sans arrières pensés ou faux espoirs.
Après la pilule, avant le sida, avant les Spring Breaks, la croisière s'amuse. Merci aussi au Dr Ruth*.
THE LOVE BOAT.
Je ne mourrai donc pas frustré, comme tant d'autres ...

Grâce à elles, j'ai vécu des tranches de vie incroyables, partagé et compris leurs vies aussi variées que passionnantes. J'ai appris les classes sociales, les religions, les coutumes, l'éducation nationale, la mode, la politique, la vie professionnelle, la morale, les relations conjugales, les dessous, les sous-vêtements, etc., des USA.

Du coup, j'ai une vision claire et concrète de la vie des Américains dans les années quatre-vingt.
Ceci est donc un reportage social, intime et culturel. On y voit des activités et endroits variés. C'est un témoignage inestimable de ces belles années 80. Presque tous les états (géographiques, physiques, vestimentaires, émotionnels) sont représentés.

Pour info, je ne suis pas Mick Jagger, je n'ai pas couché avec toutes les filles de mes photos.
Leur compagnie suffisait souvent à mon émerveillement.
Cela montre aussi que j'arrive à faire des photos partout et en toutes circonstances.
Pour info, je ne sais pas danser, je ne fume pas et je ne bois pas.

Whatever happens on cruiseships stays on cruiseships

Pour info, la discothèque Dazzles du S/S Norway, ancien paquebot France, était interdite aux employées femmes car le pourcentage homme/femme était trop défavorable à la gent féminine. Les photographes, musiciens, croupiers, et autres employés masculins étaient au contraire encouragés à la fréquenter. Ils leur suffisaient d'aller seuls au bar pour se trouver immédiatement assaillis par une myriade de passagères prêtes à les attirer dans leur cabine.

*Ruth Westheimer (born June 4, 1928), better known as Dr. Ruth, is an American sex therapist, media personality, and author. The New York Times described her as a "Sorbonne-trained psychologist who became a kind of cultural icon in the 1980s.… She ushered in the new age of freer, franker talk about sex on radio and television. She encouraged sex and more sex and participated in the 1980 sex revolution in the USA.

Je me prends même pour un photographe de croisières !


Et ça marche.
Je suis un gangster


Je me prends pour La Palisse : s'il n'y avait pas de photographes, cette page n'existerait pas.
Jacques II de Chabannes dit Jacques de La Palice (ou de La Palisse), né en 1470 à Lapalisse dans le Bourbonnais et mort le 24 février 1525 à Pavie en Italie, était un noble et militaire français, seigneur de La Palice, de Pacy, de Chauverothe, de Bort-le-Comte et de Héron, ainsi que maréchal de France. Il servit sous trois rois de France (Charles VIII, Louis XII et François Ier) et participa à toutes les guerres d'Italie de son temps.

Lapalissade : Définition : affirmation ou réflexion par laquelle on exprime une évidence ou qui cherche à démontrer quelque chose qui se démontre par soi-même.
Terme dérivé du nom de Jacques de Chabannes, seigneur de La Palice (ou La Palisse) sur le tombeau duquel on trouve inscrit l'épitaphe : « Hélas s'il n'était pas mort / Il ferait encore envie. »

Non, je n'ai pas été photographe de la deuxième guerre mondiale !

Je photographie juste des reconstitutions historiques.

J'ai le don d'ubiquité

Le photographe/ mannequin de mode/ sosie de George Clooney, Christian Fournier, se prépare à poser pour une foule en délire lors de la Fashion Week de Paris en Octobre 2015.
Christian Fournier montre sa magnifique tenue de photographe : pantalons noirs, T-shirt noir brodé du célèbre logo "prisedevue.com" et son extraordinaire jaquette, noire elle aussi, brodée avec le logo, munies de nombreuses poches accueillant objectifs, piles et accus variées. Sur cette jaquette est cousu un harnais qui permet de renvoyer le poids du luxueux mais très lourd Nikon D4 et ses objectifs et flashs, des fragiles vertèbres aux solides épaules de la star de la prise de vue.
Grâce à sa grande expérience de la pédagogie (il a commencé comme prof de maths) la star de la photo enseigne aussi aux mannequins à marcher lors d'un défilé. De plus, tout comme les électrons en mécanique quantique (que Christian Fournier connaît bien), cet incroyable photographe peut être à plusieurs endroits en même temps, ce que ses clients lui demandent constamment.
Cette incroyable photo, d'ailleurs réalisée par Christian Fournier lui-même en intervallomètre, a capturé ce phénomène, une grande première en mécanique quantique et en photographie.

Rocco Siffredi ?
Rocco Tano, dit Rocco Siffredi, est un acteur, réalisateur et producteur italien de films pornographiques, né le 4 mai 1964 à Ortona (province de Chieti, dans les Abruzzes).
Je me prends pour l'inventeur du photobombing

Photobombing en 1984, comment gâcher le portrait de quelqu'un. On le faisait souvent, pour les amis, jamais pour les passagers. On faisait aussi de beaux portraits des amis, en même temps. Jamie Harrison et moi-même grimaçants en arrière-plan.
Je me prends pour l'inventeur du selfie

My very first selfie, 1986.
Un selfie, autoportrait, ou encore égoportrait en québecquois, est un autoportrait photographique pris dans un contexte social (en couple ou au sein d'un groupe), festif ou touristique (avec un arrière-plan célèbre) avec un smartphone, soit tenu à bout de bras, soit fixé au bout d'une perche à selfie.
Généralement pris sur le vif, un selfie est habituellement réalisé avec un appareil photographique numérique, un téléphone mobile (smartphone ou photophone), voire une webcam. Il est ensuite souvent partagé avec d'autres personnes par l'intermédiaire de MMS ou téléversé sur les réseaux sociaux pour, notamment, attester de sa présence sur un lieu ou auprès de quelqu'un (notamment lors d'une photo volée ou consentante aux côtés d'une célébrité), indiquer son profil utilisateur ou son avatar sur un réseau social, partager son état du jour ou publier certaines scènes particulières (tel le sexting / selfie d'Anthony Weiner en 2011).
J'ai pris ce selfie, à bout de bras avec mon Nikon D4 muni de l'objectif fish-eye Nikkor 16mm F2,8. Avec la claque de vent et les vibrations de l'hélico, ce n'était pas facile.

En hélico pour photographier la première croisière du navire Le Piana, de Split, Croatie à Trieste, Italie avant son itinéraire régulier en décembre 2011.
Le Piana est un navire mixte (ferry / roulier) qui relie actuellement Marseille à Bastia tous les jours pour le compte de La Méridionale. C'est le plus important des navires de La Méridionale en termes de fret linéaire (garages pour 200 voitures - 2,5 km de véhicules) et le deuxième plus important, après le Girolata, en termes de capacité passagers 700 personnes) de la compagnie Marseillaise.

Je me prends pour Hara-Kiri



11 janvier 2015 : Marche républicaine "Charlie" Place de la République, environ 1,5 million de personnes Panoramique de 130 Mo, 20 photos verticales, réalisées avec un objectif de 14mm Nikkor, avec un Nikon D750 de 25 millions de pixels, au bout d'un monopode de 2,5 m de haut.
En septembre 2016, je rends hommage au professeur Choron
Je me prends pour Hubert Reeves.

J'ai retrouvé, en 2015, mon ancienne règle à calcul, pas utilisée depuis ma Maîtrise de maths en 1974 ! Je ne sais même plus m'en servir avec grâce.
En arrière-plan, vous pouvez voir mes écrans 30" sans reflets. Mon ordinateur Mac dernier cri, la tour cylindrique qui ressemble à un cendrier ou un vase en argent est ici cachée car en bas du meuble. Mes appareils photo Nikon sont, en situation de studio, comme ici, connectés à mon ordinateur, ce qui permet d'acquérir et visionner mes photos (même 3000 photos de 80 Mo chacune) en temps réel. Cela permet une grande efficacité et rapidité pour mes clients.
Que de bouleversements technologiques depuis 1974 !

J'ai rencontré Hubert Reeves en septembre 2007.

Hubert Reeves, né le 13 juillet 1932 à Montréal, est un astrophysicien, communicateur scientifique et écologiste franco-canadien.
Ayant commencé sa carrière en tant que chercheur en astrophysique, il pratique aussi la vulgarisation scientifique depuis les années 1970 et s'avère aussi un militant écologiste depuis les années 2000.
Je me prends pour un prof de Maths.

Au Parc de Sceaux, j'en profite pour illustrer ma version simplifiée du théorème de Thalès
Je me positionne pour que mon ombre se termine au même endroit que celle de l'arbre.
Le théorème de Thalès est un théorème de géométrie qui affirme que, dans un plan, une droite parallèle à l'un des côtés d'un triangle sectionne ce dernier en deux triangles semblables.
La légende raconte que Thalès de Milet (environ 626-547 av JC) avait été invité par le roi Amasis, averti de ses grandes connaissances. Thalès se montra à la hauteur de sa réputation : le roi déclarait ne pas connaître la hauteur des fantastiques pyramides déjà presque bimillénaires.
Les droites (AP) et (BC) sont parallèles donc les triangles DBC et DPA sont semblables et les côtés AP, PD, AD sont proportionnels aux côtés BC, BD et CD. Comme les lignes PD, BC, CB et BD sont mesurables, on calcule AP. Magique. Non : mathématique. Bravo Thalès.

AP/PD = CB/BD => AP x PD / BD
Exemple : si je mesure 2m, que mon ombre portée mesure 5 mètres et que je suis à 10 m de l'arbre, l'arbre fait 2x20/5 = 4 m de haut.

J'ai même passé ma licence de Maths en 1975!
Octobre 74 à Juin 75 : Licence de Mathématiques à l'Université d'Amiens.

La topologie est une branche des mathématiques concernant l'étude des déformations spatiales par des transformations continues (sans arrachages ni recollement des structures).


Je me prends pour un professeur d'histoire de la photographie
Frédérique Gorsky et Christian Fournier lors de la journée "Le Grand Siècle" en 2013 à Vaux le Vicomte.
Costumes par Carole Hivet.
Prise de vue à la chambre 4x5 pouces, procédé collodion humide.
Certes double anachronisme, car le procédé photographique n'existait pas encore sous Louis XIV,
et la chambre photo n'existe plus en 2013, mais bon, comme l'a dit Napoléon Bonaparte, il ne faut pas croire tout ce que l'on voit sur Internet.


Je me prends pour un professeur de photographie


1 - Eline, qui n'est pas un mannequin professionnel, mais très douée
2 - Nikon D3x de 25 millions pixels avec Nikkor 105mm F2.8
3 - Profoto flash D1 air déclenchés à distance par le déclencheur adéquat n° 9
4 - Coupe flux Profoto pour contrôler le faisceau lumineux sur les cheveux d'Eline
5 - Réflecteur et nid d'abeille Profoto pour contrôler la douceur et les ombres sur le visage d'Eline
6 - 3 rouleaux de papier blanc, gris et noir de 2,72 m de large sur 11 m de long
7 - Support barre transversale et chaînes Manfrotto pour manipuler rapidement mes trois rouleaux de papier de fond
8 - Carton bulle blanc comme réflecteur, maintenu précisément en place grâce à un Manfrotto Magic Arm n°12
9 - Déclencheur Profoto pour les flashs
10 - Pied colonne Manfrotto qui n'a pas servi pour ce shoot, car je prends mes portraits à main levée pour plus de flexibilité et rapidité
11 - Ecran 30 pouces calibré. Il y en a un deuxième à côté, hors champs.
12 - Magic Arm Manfrotto
13 - Hors champs : ordinateur Mac 3,7 Ghz Quad-Core Intel Xenon E5 qui permet d'afficher instantanément toutes les photos en pleine résolution (80 Mo chaque photo)
Hors champs : le photographe Christian Fournier qui a fait cette photo et même aussi toutes les photos d'Eline


Exemple shoot dans mon petit studio parisien

19 décembre 2014 : Portraits d'Eline
Je me prends pour un professeur d'informatique.
Ma station informatique dans mon petit studio parisien
1- Ordinateur Macintosh MACPRO 3,7 GHz Quad-Core Intel Xeon E5
2- Ventilateur pour éviter les surchauffes
3 - Scanner Epson Expression 1680 Pro avec retro éclairage
4 - Têtes Flash Profoto de rechange
5 - Ventilateur de bureau
6 - Ecrans 30 pouces calibrés et anti reflets
7 - Microphone Shure PG 48 + pied de studio
8 - iPhone 6
9 - Webcam iSight
10 - Disque dur externe Thunderbold LaCie 4T
11 - Boîtier fibre optique et WiFi SFR
12 - Disque dur externe Thunderbold LaCie 3T
13 - Lecteurs cartes CompactFlash et SD
14 - Numériseur son FastTrack Solo
15 - Buffalo - Graveur externe BluRay et DVD
16 - Lecteur CD Atoll CD80
17 - Ampli Atoll IN 100
18 - Calibrateur d'écran : Greta MacBeth
19 - Caisson de basse Voledyne CHT-12R
20 - Onduleur MGE 1200VA
21 - Horloge (non, pas atomique)
22 - Enceinte A2T Premium 2
23 - 3 cadres numériques 15" telefunken 15001
24 - Enceinte A2T Premium 2
25 - Mascote prisedevue.com
26 - TV Panasonic plasma 16/9 TH-37PX60E
27 - Récepteur SFR TV
28 - Lecteur enregistreur DVD Sony RDR-HXD870
29 - Imprimante Canon Pixma MG5450
30 - MacBook Pro 17" 2.93GHz Intel Core 2 Duo, 4GB 1066MHz DDR3 SDRAM 2X2GB, 320GB
31 - Ipad black 64G Wifi modèle MC707NF
32 - Pied colonne Manfrotto 806.

Bien-sûr, tout cela est interconnecté. Je ne vous dis pas le nombre de fils cachés derrière le meuble.
Je me prends pour le peintre Courbet.

"Balayage blasé ou consciencieux" photographie par Christian Fournier :
une œuvre d'art peut en cacher une autre,
Musée d'Orsay, le 3 février 2013, lors d'un événementiel Q-Med. "L'Origine du Monde" est un tableau de nu féminin réalisé par Gustave Courbet en 1866. Il s'agit d'une huile sur toile de 46 cm par 55 cm, exposée au musée d'Orsay depuis 1951. Le tableau représente le sexe et le ventre d'une femme allongée nue sur un lit, les cuisses écartées, et cadrés de sorte qu'on ne voit rien au-dessus des seins ni en dessous des cuisses.

La réponse : ce gars se demande s'il préfère mon nu sur île déserte (ci-dessus) à celui de Courbet.

Ou la mienne ? Je parle de la photo.
Je me prends pour un grand acteur de cinéma.

J'installe un studio de mode aux Buttes Chaumont et joue mon métier de photographe pour le tournage de Alizés Film, TF1, Femmes de loi, saison 2, épisode 34 : Une femme parfaite
Séries TV, Genre : Policier, Date de sortie : mai 2008, Durée : 1h
Réalisateur : Hervé Renoh Avec : Natacha Amal (Elisabeth Brochène), Noémie Elbaz (Emilie Jeanson), Esteban Carvajal Alegria (Aymeric Delarive), Sabine Crossen (Fantomas)
Merci à Louise pour les photos de moi.






J'enseigne les similitudes photo/vidéo.
Je me prends pour Douglas Adams.


Je suis allé en 2016 me recueillir sur la tombe de Douglas Adams au cimetière de Highgate, près de Londres. Tout comme Zaphod Beeblebrox, je pense que mon troisième bras me va bien.
Douglas Noel Adams, né le 11 mars 1952 à Cambridge et mort le 11 mai 2001 (à 49 ans) à Santa Barbara, est un écrivain et scénariste anglais. Il est surtout connu pour son œuvre Le Guide du voyageur galactique (The Hitchhiker's Guide to the Galaxy), une saga de science-fiction humoristique dont il scénarisa le feuilleton radio original puis écrivit la « trilogie en cinq volumes » de romans.


Mais je suis Christian Fournier. Je fais de la mode, de l'événementiel, industrie, de archi, portraits, médical, objets, culinaire, déco, lingerie, mariage, plongée, presse, sport, reconstitutions historiques et art.



« N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. » Albert Einstein


Mode
Evénementiel

Industrie


Reportage pour MAX STREICHER GmbH & Co, compagnie allemande construisant un pipeline pour gaz naturel à travers l'Europe en 2013. J'ai utilisé un fisheye Nikkor 16mm plein format sur un boîtier Nikon D750 au bout d'un monopode avec un flash Nikon SB900. La perspective est corrigée avec Adobe Lightroom.


Archi




Portraits



Médical



Nature morte



Culinaire
Spectacles



Déco



Mariage


Plongée


Août 2011: À l’intérieur de l'épave Mama Viña près de Playa Del Carmen, Mexique. Environ 15 minutes de bateau, environ 30 mètres de profondeur, sol sablonneux et bonne visibilité. Vous pouvez apercevoir Frédérique illuminant de son phare les glass fish.

Presse



Sport

Reconstitutions historiques


Corporate



Célébrités.


Adriana Karembeu pour la Croix Rouge Française en 2002-2003-2004.


Luxe


22-27 octobre 2016 : L'Oréal à Lisbonne, Portugal.


Caritatif
24 septembre 2016 : Sensibilisation pour la viande "éthique". Place de la République.
Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir manger de la viande issue d'animaux bien traités, de leur naissance à l'abattage. Est-ce possible ? Si oui, quels labels garantissent une viande "éthique" ? « Nous payons tous pour que soient fabriqués des animaux qui vont être abattus pour enrichir des industriels et leurs actionnaires »
Les animaux d'élevages industriels vivent dans des conditions épouvantables, bloqués dans des habitacles très petits, où ils ne peuvent même pas se retourner, au sens propre du terme. On leur retire leurs petits sans qu'ils aient même pu le voir, le sentir, le lécher. Les animaux ont une grande sensibilité maternelle et doivent souffrir terriblement.
Le livre "Sapiens : Une brève histoire de l'humanité" par Yuval Noah Harari décrit bien ce problème : Le traitement réservé aux animaux domestiques y est décrit comme l’un des plus grands crimes de l’histoire"

Humour
Plateaux de tournages.


Merci à tous et toutes. Ici un shoot pour FT1 aux Buttes Chaumont lors d'un épisode de "Femmes de loi"
J'installe un studio de mode aux Buttes Chaumont et joue mon métier de photographe pour le tournage de Alizés Film, TF1, Femmes de loi, saison 2, épisode 34 : Une femme parfaite Séries TV, Genre : Policier, Date de sortie : mai 2008, Durée : 1h, Réalisateur : Hervé Renoh Avec : Natacha Amal (Elisabeth Brochène), Noémie Elbaz (Emilie Jeanson), Esteban Carvajal Alegria (Aymeric Delarive), Sabine Crossen (Fantomas) Merci à Louise pour les photos de moi.


Astronomie
Le 27 septembre 2015 : La lune de sang

Prises de vue et montage intervallomètre : Christian Fournier. Lieu : les locaux de L'AFA (Association Française d'Astronomie) au Parc Montsouris à Paris.

Dans la nuit du 27 au 28 septembre 2015 a eu lieu
une éclipse lunaire exceptionnelle. Le satellite particulièrement près de la Terre sera teinté de rouge et il disparaîtra totalement pendant plusieurs minutes. Les éclipses lunaires totales ou partielles peuvent sembler moins spectaculaires car plus fréquentes que les éclipses solaires totales. Celle qui se déroula dans la nuit du 28 septembre prochain mérita néanmoins que l'on lève les yeux au ciel quelques minutes pour la voir. En effet, il s'agit d'une "super-lune". L'astre dont l'orbite réalise une ellipse autour de la Terre se trouva très près de nous (363 104 km pour être précis) et parut plus gros dans le ciel. Par ailleurs, l'alignement avec le soleil donne à la lune une teinte écarlate particulière. Elle est alors surnommée "Lune de Sang". C'est la conjonction de ces deux phénomènes astronomiques qui rend l'événement exceptionnel. Ce type d'éclipse se produit rarement et la prochaine visible depuis la France aura lieu en 2033.


J'ai utilisé deux boîtiers Nikon D600. Un avec un Nikkor 70-200mm F2.8 pour l'intervallomètre et l'autre avec un 500 mm pour les gros plans. Tous deux sur pieds Manfrotto à têtes micrométriques.
Anti-vibration, miroir relevé, réduction du bruit, contrôle à distance pour éviter de bouger les boîtiers, bracketing de l'exposition, exposition toujours inférieure à 4 secondes pour éviter le flou de bougé dû au mouvement de la lune, format raw NEF, correction de l'objectif avec Lightroom, réduction du bruit avec Lightroom. Le ciel était dégagé et ce depuis les deux jours précédents sans nuages (plutôt rare à Paris), l'air était tonifiant (très rare à Paris). Ce même jour, c'était "Paris sans voiture" pour la première fois. Je n'en suis pas sûr, mais cela a peut-être contribué à l'exceptionnelle visibilité. Nous étions au Parc Montsouris à Paris, avec peu de lumière parasite. Mais peu d'étoiles étaient visibles.


Pédagogie.

 

Pour calibrer votre écran de façon basique.
Si vous ne voyez pas de différence entre les deux cases blanches, c'est que votre écran est trop clair. Inversement pour les deux premières cases noires, écran trop sombre. C'est approximatif évidement, mais une petite aide quand même.




Des Panoramiques.


Des voyages.
Ici, au Vanuatu, Mélanésie, dans le Sud-Ouest de l'océan Pacifique.

Comme disait Coluche : "La main de l'homme blanc n'y a pas encore mis le pied."



Je joue avec le feu.

Je joue avec la pluie.

Je joue avec la glace.

Je joue avec le brouillard.

Je joue avec la lumière.

Je joue avec la boue.

Je joue avec mon fish-eye.

Des gens qui pleurent

Des gens qui rient

Je joue avec l'insolite

Je shoote la nuit.

Je shoote le jour.

Je shoot à droite
Je shoot à gauche

Je donne dans le macabre

Je joue avec les reflets

Je me prend pour mon agent
Je me vois en SDF
Vidéo.

30 décembre 2016 : Prises de vues vidéo en multicam de tutos pour Howards : comment mettre une pochette, faire un nœud de cravate simple ou double avec ou sans pin, etc.


Déplacement d’un studio vidéo complet : 2 cameras Nikon D600 vidéo 4K avec cartes SD x1000, Objectif Nikkor 24-70mm F2.8, macro Nikkor 60mm, macro Nikkor 105mm, Nikkor 70-200mm F2.8, 1 pied vidéo + 1 tête vidéo fluide, 4 mandarines 800w, 4 adaptateurs parapluie, un micro Nikon ME-1 sur caméra 2, un pied/perche spécial audio, un micro shure spécial voix, camionnette Toyota.
Art


J'ai fait cette photo à côté de chez moi, à Port Royal, Paris. Cette fontaine s'appelle : "La fontaine des quatre parties du monde". Le monde que je parcours toujours pour vous procurer de belles photos.



La maintenant célèbre Marketa. Wikipedia : Après avoir fait une apparition dans l'édition spéciale du magazine Playboy du 31 janvier 2006, elle ouvre son site web officiel le 5 février 2006. La même année, elle est élue playmate du mois.

L'Abbé Pierre. Cet homme est extraordinaire. Son humilité m'a marqué à jamais.
La plupart des photos que vous voyez sur mon site sont à vendre,
sauf bien sûr, celles pour lesquelles je n'ai pas d'autorisation de modèles ou de décors.
Contactez-moi pour le savoir
Vous pouvez aussi m'employer comme photographe ou professeur.



Propriété intellectuelle Copyright 2018 Christian Fournier.
Tous droits réservés. L’ensemble des textes, photographies, graphes, fichiers son, fichiers vidéo et fichiers animation fait l’objet d’une protection au titre du droit de la propriété littéraire et artistique et en vertu d’autres lois sur la protection de la propriété intellectuelle. Leur reproduction, leur modification et leur utilisation sur d’autres sites web sont interdites.



1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 Table des matières